Peut-on connaître le caractère de son bébé dès le plus jeune âge ?

Peut-on connaître le caractère de son bébé dès le plus jeune âge ?

Vaste question que celle de la place de l’inné et de l’acquis dans le développement comportemental de nos têtes blondes. Leur caractère est-il inscrit dès les prémices de leur développement dans leur patrimoine génétique ? Notre tout petit est-il capable de manifester les bribes d’un tempérament qui se révèlera plus tard ? Ou est-ce que leur personnalité se façonne au fil du mois et des âges, au hasard d’évènements familiaux ?

Nous avons rencontré trois mamans ; Françoise, Emilie et Anne, toutes les trois convaincues que des facettes du caractère de leurs enfants se sont manifestées dès le plus jeune âge et jusqu’au prémice de la vie.

Francoise, mère de quatre enfants

Elle est marquée par les premières heures de chacun de ses bébés. L’aîné avait besoin de ses bras, ses petits doigts agrippant sa peau, sa main. Pour le second, le seul de ses enfants né le jour de son terme, l’accouchement était bouclé en une heure. Son troisième nouveau-né était très calme, et dégageait beaucoup de douceur et de sérénité. Quant au p’tit dernier, rien ne s’est passé « comme pour les autres », «c’est celui qui m’aura le plus décontenancé».
Il s’est invité dans la famille au moment ou nous nous attentions le moins, comme s’il avait déjà choisi son moment. Sa naissance ne s’est pas passée comme les trois précédentes et j’ai assez vite compris qu’il fallait s’abandonner à ses choix qu’il nous invitait à comprendre au travers de ses attitudes de nourrisson. L’exemple le plus flagrant pour moi a été la décision qu’il a pris de ne plus être allaité. Il avait un an et c’était net.»

Aujourd’hui, ses enfants abordent l’adolescence. Elle affirme que beaucoup de comportements qu’elle observait déjà à leur plus jeune âge n’ont pas changé. « Mon ainé a besoin de notre soutient, de notre approbation. Nous l’avons pourtant toujours encouragé à se faire confiance. Le second est un rêveur, son monde est souvent lointain et il ne revient parmi nous qu’au dernier moment, pour réussir ce qu’il a à entreprendre. Et que de matins il a fallu le tirer de sous sa couette ! Mais il battait des records de temps pour s’habiller et avaler son petit déjeuner ! ». Les deux suivants ont également confirmé ce qu’elle ressentait : l’empathie et la tendresse n’ont pas quitté son troisième et le quatrième semble continuer à se démarquer par « des choix surprenants. Ce n’est pas un enfant que l’on peut forcer. Les décisions doivent venir de lui. Nous devons feinter si nous voulons arriver à nos fins, à nous ! ». Françoise tempère néanmoins ; « Je n’ai vraiment pas compris tout de suite à quel type d’enfant j’avais à faire, ça aurait été leur poser des étiquettes. C’est en les observant mois après mois, années après années que j’ai réalisé que leurs attitudes globales ne variaient pas en grandissant ».

Emilie, maman de jumeaux de quatre ans

Elle reconnaît également aujourd’hui les traits de caractère bien personnels qu’elle constatait déjà dès leur naissance. « Tout bébé, ma fille se mettait en colère lorsqu’elle était contrariée ; la faim, la couche souillée… Alors que mon fils était beaucoup plus placide. J’ai pris l’habitude, pour avoir la paix, de la faire passer en premier lorsque je ne pouvais pas les satisfaire en même temps. Aujourd’hui, elle est toujours beaucoup moins patiente et s’agace plus vite que mon fils. Elle est aussi plus téméraire là où son frère est plus observateur.» Un doute de mère bien légitime plane « est-ce moi qui l’ai encouragé, par facilité, à ne pas savoir attendre… ? Je dois faire attention à ce que son frère ne subisse pas trop ce trait de caractère ! »

Anne, mère de d’une fillette de six ans et d’un petit garçon de deux ans

Anne confirme : « je reconnais que ma fille est une enfant discrète mais au caractère entier. Toute petite, on ne l’entendait pas. Mais il fallait avoir l’oeil sur ce qu’elle faisait, elle bravait discrètement les interdictions, comme pour en expérimenter elle-même les conséquences. C’est toujours le cas aujourd’hui, avec la curiosité et une petite pointe d’effronterie en plus ! ».

Elle regarde son petit garçon jouer, « Je ne saurais pas encore dire quel seront les traits de caractère qui émergeront le plus chez lui… L’avenir nous le dira ! »

Christel

© photo Maman VOgue