Pensées pour les mamans seules

Pensées pour les mamans seules

Qu’il est bienvenu le weekend, lorsque le rythme se détend et que l’on sait que l’on sera 2 pour gérer les enfants, 2 pour sortir boire un verre ou dîner au restaurant, 2 pour canaliser des monstres gentils mais bruyants, ou pour faire finir l’assiette de haricot verts du petit dernier dans un déjeuner de famille, ou l’on vous fait sentir que les cris sont un peu dérangeants.

Et pourtant, parfois, mon cœur d’épouse et de maman se serre à la pensée de celles pour qui le weekend est source d’anxiété, de déprime et de tristesse. Parce que leur mari n’est pas là, parce que, parti pour de longs mois, on ne pourra pas se reposer sur lui, parce qu’il faudra encore et encore aller à la messe seule et la passer quasiment intégralement dehors, trouver des activités pour les enfants qui, eux, ont tellement besoin du sourire de leur maman. Il faudra éventuellement sortir le soir sans voir dans le regard de sa moitié que notre tenue lui plaît et si le maquillage est bien parfait. Et pire que tout, je crois, il faudra déjeuner le dimanche seule avec les enfants, toujours souriante et finalement finir la journée en se disant que, ouf, la semaine va recommencer… Mes pensées vont pour ces mamans seules.

Alors certes, c’est vrai, une femme qui a le bonheur d’avoir fondé une famille n’est pas vraiment seule et doit se dire et se rappeler qu’elle est très gâtée d’avoir un mari bien vivant et des enfants bien présents. Et pourtant qu’ils sont durs ces moments où les familles sont réunies, pour une épouse dont le mari est loin, et qu’ils sont légitimes les moments de fatigues et de déprime pour les mamans seules !

C’est pourquoi nous qui ne sommes pas seules, plions nous en quatre pour ces mamans esseulées ! Parce que souvent, on se manifeste facilement pour des cafés et goûters en semaine mais, le week-end, il est facile et bien normal d’être tenté de se replier un peu sur son bonheur familial. Et pourtant, il est tellement important de ne pas être seul le dimanche, tellement facile de proposer un déjeuner ou un dessert avec une famille au cœur un peu gros parce que papa est loin et ne reviendra pas de sitôt.

Une joie est tellement plus belle lorsqu’elle est partagée et les mamans seules sauront vous remercier de leur avoir un peu changé les idées. Ah oui et aussi, un petit conseil lorsque vous en croisez une qui vous dit que sur 6 mois d’absence 3 sont passés… surtout, évitez de lui dire, « ah oui déjà la moitié », ou encore « déjà, que le temps passe vite »! Ces petites phrases se veulent très gentilles mais sont un brin maladroites et peuvent faire croire que, décidément, vous n’avez rien compris alors que si, justement, vous voulez essayer de comprendre et d’aider, mais que, simplement, ce n’est pas toujours facile de trouver les mots justes. Alors un coup de fil, un déjeuner, un moment d’amitié, ou une phrase qui témoigne de votre admiration devant cette maman seule qui garde le sourire dans la difficulté, ça, je vous assure, ça regonfle à fond et ça donne envie d’avancer !

©www.orlane-photos.fr

Camille Jaeger

Fascinée par les femmes qui ont marqué l’histoire, Camille aime aussi puiser dans les charmes du passé afin de dépoussiérer et moderniser l’art de vivre à la française.

Elle espère vous transmettre ce goût pour les choses simples mais belles, et cette envie de mettre à l’honneur la vraie féminité, celle qui allie rigueur et beauté, culture et légèreté, et nous rend fières d’être ce que nous sommes!