Passer aux couches lavables: quel impact sur mon quotidien ?

Passer aux couches lavables: quel impact sur mon quotidien ?

Quand le scandale sur les couches jetables/serviettes hygiéniques a éclaté l’année dernière, j’ai arrêté de tergiverser, de nourrir cette culpabilité sourde sur l’impact écologique de mes déchets et je suis passée au tout lavable. Pour moi, pour mes enfants, pour toute la famille, et je ne reviendrai jamais en arrière !

Le tout lavable ?

Concrètement, cela signifie que :

Forcément ce changement radical par rapport à des habitudes classiques interroge mon entourage. D’une part, on me demande si tout cela est bien hygiénique et d’autre part si tout cela n’est pas trop contraignant.

Ce que ça change concrètement :

  1. J’ai pris 3 nouvelles habitudes.
  2. Je lance un peu plus de machines, mais je ne fais quasiment pas de manipulation supplémentaire.
  3. J’ai découvert deux fonctions jusqu’alors inexploitées de ma machine : la fonction pré-lavage et la fonction 60°.
  4. L’huile essentielle de Tea Tree est devenue ma meilleure amie.
  5. J’ai investi dans plusieurs bacs à linge sale en plastique.
  6. Et j’ai opté pour une lessive spéciale couches lavables (Soapix, Bambinex, Ecodoo, Potion…) que j’utilise pour tout le linge et je n’utilise plus d’adoucissant.

comment demarrer les couches lavables de bebe

Habitude 1 : Les couches lavables

Quand nous avons pris la décision de passer au tout lavable notre seconde fille avait 6 mois et demi. Cela signifie d’une part que nous avions trouvé notre rythme et d’autre part qu’elle était diversifiée ce qui se traduit par des selles plus solides. La transition jetable/lavable a été simplifiée par ces deux éléments. J’ai choisi de privilégier les modèles de couche TE2 plus flexibles et économiques. Si on schématise la couche TE2, elle est composée d’une enveloppe imperméable en forme de couche dans laquelle on clipse un insert (disons une serviette hygiénique géante). L’enveloppe-couche se réutilise 2 à 3 changes et l’insert se change une fois souillé.

L’insert part directement dans le bac à linge sale 1 « couches » (bac ouvert et aéré, pas de trempage nécessaire) dans lequel je laisse un tissu imprégné de 3-5 gouttes d’huile essentielle de Tea Tree. Le soir, j’ajoute les 2 ou 3 couches qui auront servies dans la journée. Je prends tout et je lance une machine avec un cycle prélavage 40°. Une fois la machine terminée, je mets mes 2 ou 3 couches à sécher sur le séchoir et les inserts partent au sèche-linge avant de rejoindre le tiroir pour une nouvelle utilisation. Tous les 3 mois je décrasse tout grâce à un cycle sans savon à 60°.

Une question cruciale reste en suspend, je vous vois venir : « et pour les selles ? parce que pas question d’en avoir plein les mains… ». Je suis bien d’accord. Je prends l’insert où la selle (solide, rappelez-vous) a été moulée (d’où l’importance de ce détail) et je le retourne au-dessus de mes toilettes, la selle se décolle toute seule et tombe grâce à notre bonne vieille gravité. La chasse d’eau fait le reste. Donc à moins d’une maladie ou d’une poussée dentaire violente, je ne mets pas les mains dans le caca. Mieux : je n’ai plus d’odeur désagréable dans mes poubelles.

Pour vous dire l’entière vérité, comme je suis un peu maniaque, je rince quand même l’insert avec un peu de savon car j’aime qu’il reste bien blanc, mais cela n’est pas une obligation.

Habitude 2 : Les protège-slips / serviettes hygiéniques lavables

Les protège-slips lavables se lavent avec le reste du linge sans aucun soucis.

Les serviettes hygiéniques lavables sont mises à tremper dans mon bac à linge sale 2 « serviettes » dans de l’eau à température du corps (le froid referme le textile, le chaud cuit le sang) avec 3 gouttes d’huile essentielle de Tea Tree. Si je ne peux pas les faire tremper immédiatement, un trempage de 5 minutes avant lessive suffit. Une fois trempée, je presse bien, je frotte un peu… et 90% du sang part. Ensuite, je lance un cycle 40° avec le reste du linge. Le sang ne tâche pas et part très bien en machine car ce sont les mouvements de pressions qui permettent de bien laver. L’efficacité et l’absorption sont identiques au jetable pour peu que vous choisissiez le format adapté à votre flux, et c’est bien plus sain et confortable.

Lire : Comment fabriquer soi-même ses serviettes hygiéniques ?

IMG_2959

Habitude 3 : Les carrés /gants de toilette / essuie-tout et mouchoirs

Tout ce petit monde est stocké dans le bac à linge sale 3 « autres » dans lequel je laisse un tissu imprégné de 3-5 gouttes d’huile essentiel de Tea Tree et se lave en machine à 40° en cycle normal avec le reste du linge ou avec les couches lavables. En cas de linge particulièrement sale ou de maladie, je le fais tremper avec un désinfectant liquide écologique et je lave à 60° voire à 90°.

Bilan

Mon mari était réticent, il faut le dire. Il trouvait que ce changement allait nous compliquer la vie. Aujourd’hui, après 6 mois à ce régime, le constat est qu’une fois les habitudes installées, la charge supplémentaire est marginale donc vite intégrée et largement compensée par:

  • La certitude d’utiliser et de porter produits sains pour notre corps et celui de nos enfants
  • La satisfaction de réduire notre impact écologique.

Chez nous le changement a été radical, mais il n’a pas à l’être chez tout le monde. Adopter une de ces trois habitudes fera déjà une grande différence pour la planète, alors pensez-y ! 🙂

Mathilde M, auteure du blog www.mesloupiottes.com

© Annaclick

 

À lire aussi :

Comment motiver mon enfant à enlever ses couches ?

Des couches vraiment saines pour bébé ? Le bon plan des mamans !

Couches lavables ou couches jetables ?

Les Mamans

Marie, Paola, Bérénice, Florence, Tiphaine, Astrid, Lorraine... Plus d'une centaine de mamans participent à l'élaboration de ce site, pour une plus grande diversité de conseils, d'avis, de bons plans, de coup de pouce et de témoignages.

Vous voulez nous aider ? Vous avez besoin de conseils ? Vous voulez donner votre témoignage ?
N'hésitez-pas à nous contacter !