Devenez la plus heureuse des mamans

ET RECEVEZ NOS MEILLEURS ARTICLES POUR ÊTRE UNE MAMAN COMBLÉE

Cliquez sur votre semaine de grossesse

Et le papa, il t’aide beaucoup… en vrai ?

Et le papa, il t’aide beaucoup… en vrai ?

La « charge mentale » des femmes est un sujet qui a fait couler beaucoup d’encre ces derniers mois. Elle se définit comme un syndrome d’épuisement qui incombe aux femmes fatiguées de devoir penser à tout. En bref, les femmes gèrent énormément de choses à la maison, en plus d’un travail quelquefois, et ne se sentent pas du tout aidées -ou même soutenues mentalement- au quotidien par leurs maris !

D’où la question « le papa t’aide-t-il beaucoup ? ». Cela dépend bien évidemment des couples, des hommes, de l’éducation reçue, des modes de vie etc. Mais il faut avouer que, dans la majorité des cas, très naturellement la mère s’implique d’avantage avec les enfants. Cela s’explique par la relation privilégiée créée in utero bien sûr, et par ce lien d’attachement si naturel à la naissance. Il y a également certaines choses physiologiques que seule la maman peut faire, comme l’allaitement par exemple, et puis elle a cela dans ses tripes aussi !
Mais la mère peut être aussi très « maman louve » ; elle peut prendre beaucoup de place inconsciemment et n’en laisser que très peu au papa. Certaines se sentent épuisées mais préfèrent tout maitriser de peur que le travail soit moins bien fait.

Alors comment peuvent faire les papas pour nous aider, alléger notre quotidien et participer de façon équilibrée à l’évolution des enfants. Dialoguer, déculpabiliser ensemble et toujours être en accord pour se sentir soutenue sont des aides indispensables.

Le dialogue

Avec l’arrivée d’un enfant, la vie à deux se voit chamboulée et demande une réorganisation générale. La première aide qu’on pourrait requérir de la part du papa est le dialogue. Parfois, le simple fait d’échanger sur les idées, les façons de faire ou de penser est une aide précieuse pour les jeunes mamans. La communication permet d’éviter certains malentendus qui pourraient être à l’origine d’une dispute qui aurait pu être tout simplement évitée. Il n’en faut parfois pas beaucoup pour se sentir aidée. Et puis le papa apprend ce qui est pour lui naturellement moins instinctif. Préparer un biberon ou habiller son enfant n’est pas la mer à boire, et cela fait aussi partie de ces petits rituels qui sécurisent l’enfant et qui valorisent une relation père-enfant !

Le soutien

Vous pouvez également solliciter le soutien de votre époux dans de nombreuses situations, qu’il s’agisse simplement de confirmer votre position sur un sujet précis (allaitement, tétine ou dodo du bébé) ou encore de vous soutenir publiquement face à la famille ou aux amis. C’est là encore une aide précieuse car le soutien permet de montrer que les violons sont accordés et évite à la maman de batailler sur certains sujets qui peuvent donner lieu à débat. Au moins ici, les parents sont d’accord et c’est la seule chose qui compte.

Le partage des tâches

De façon plus pragmatique, il faudrait presque faire une liste des tâches nouvelles depuis l’arrivée de l’enfant et regarder de plus près celles qui peuvent être partagée entre les deux parents : changements de couches, passage à l’école ou à la crèche, rendez-vous chez le docteur, activités périscolaires etc.
Bien sûr, il faut prendre en compte l’emploi du temps souvent chargé du papa. Son aide sera peut-être plus concentrée sur les corvées domestiques : repas, ménage, vaisselle… ou même administratives avec les factures et autres papiers à gérer. Tout cela peut être partagé. Il suffit simplement de se mettre d’accord et d’établir un « qui fait quoi ».

Il arrive que le papa se sente gauche avec un bébé, ne sache pas toujours comment faire pour aider, changer une couche, gérer les doses du biberon, donner un bain… N’hésitez pas à prendre le temps de lui apprendre, il sera finalement très heureux de profiter de son enfant, et vous ravie d’avoir un peu de temps libre !

Des papas qui s’y collent

A notre génération, de plus en plus de papas sont réellement beaucoup plus présents qu’auparavant. Leur paternité est vécue totalement, et ils sont heureux de pouvoir participer pleinement à la vie de famille. Fini le simple côté autoritaire paternel, et bienvenue aux parties de foot, aux heures de bain et aux petits plats mijotés pour que toute la famille passe une bonne soirée. Cela leur remet le sens des priorités dans leur tourbillon métro-boulot-dodo, parce qu’une famille c’est ce qu’il y a de plus important, et les enfants grandissent tellement vite… non ?

Laisser un commentaire