Papa, Maman, pourquoi vous vous disputez tout le temps ?

Papa, Maman, pourquoi vous vous disputez tout le temps ?

Gloups … Il paraît que la vérité sort de la bouche des enfants ?

Cette question fait quand même froid dans le dos et peut nous laisser sans voix, sans savoir quoi répondre face à la lucidité de nos enfants. Comme toujours, leurs questions sont de merveilleuses opportunités de dialogue, d’apprentissage sur la vie et sur le fonctionnement des hommes dans le monde des grands. Il est bien sûr évident que le conflit, pouvant entraîner agressivité, excitation et violence verbale sont au maximum à éviter au sein de la famille. Mais nous connaissons la réalité, et nos désaccords s’élèvent parfois au-dessus de notre désir de paix. N’oublions pas que la famille est le premier lieu de construction des personnalités et du vécu de nos enfants. Si nous leur montrons que la vie de famille, que le couple, est un chemin fleuri ou coloré sur lequel il est possible de rencontrer des petites embuches et parfois aussi de grands obstacles difficilement franchissables, mais qu’ils ne viendront jamais abîmer le lien qui unit les parents et les enfants, cela est pour nos petits d’une réassurance extrême et sera fondateur pour leur vie entière.

Raconter ce qu’est le conflit

Lorsque, chez vous, le conflit est exceptionnel ou en tout cas qu’il n’envahit pas le quotidien au-delà de ce qu’il devrait, vous pouvez expliquer à votre enfant que dans une relation, même si on s’aime très fort, il peut arriver qu’on ne soit pas d’accord, sans que cela entraine une rupture de tout lien entre les personnes. C’est essentiel qu’un enfant comprenne, vive et ressente le fait que dans une famille, dans un couple on peut exprimer ce qui ne nous convient pas, ce qui nous met en colère sans que cela entraîne la dilution des liens c’est-à-dire sans que les liens s’effritent et se perdent. Comprendre cela l’aidera à accepter toutes formes de conflit qui surviendront, inévitablement, dans sa vie, et lui permettront de vivre le conflit comme une étape, comme une période de la relation et non comme une rupture de celle-ci.

Vous pouvez lui dire :

« Quand on est des grandes personnes, mais aussi quand on est enfant on peut parfois se disputer parce qu’on n’est pas toujours d’accord et que ça créer de la colère en nous, ça arrive très souvent et peut-être déjà avec tes copains ! Le but est quand même que ça arrive le moins possible, en tout cas il faut tout faire pour ne pas en arriver à être violent avec l’autre. Le plus important c’est de pouvoir dire à l’autre qu’on n’est pas d’accord mais ne pas dire de choses trop méchantes qui peuvent rendre l’autre triste. Après, on peut se pardonner, on se comprend mieux donc on arrive à être plus gentil l’un avec l’autre ».

Rassurer l’enfant sur la solidité de vos liens

Il est important de prendre conscience qu’un conflit au sein du couple vécu avec notre posture d’adulte n’a pas du tout le même effet qu’un conflit perçu entre les parents dans les yeux de nos enfants. Eux perçoivent en premier lieu la violence, et imaginent la rupture, source de fantasme angoissant chez les enfants. Si cela est possible, et que vous n’envisagez en aucun cas de rompre vos liens conjugaux, rassurez votre enfant sur le fait que vous ne vous sentez pas toujours d’accord mais que ce n’est pas pour autant que vous allez vous séparer parce que vous vous aimez très fort. De toute façon, et même si pour vous la séparation est une alternative qui ne peut être exclue ou qui est même envisageable (vous ne pouvez donc leur mentir en les rassurant sur le fait que vous ne vous séparerez jamais), rassurez vos enfants sur la distinction entre les liens amoureux, qui peuvent se dissoudre et les liens entre les parents et les enfants qui, quoi qu’il arrive ne disparaitront jamais. Il est vraiment important qu’ils puissent faire la différence entre les deux.

Vous pouvez ajouter à ce que vous avez dit juste avant :

« Même si on se dispute avec Papa/Maman ça ne change rien au fait qu’on vous aime très fort, que vous resterez toujours nos enfants et que notre famille est ce qui nous rend le plus heureux. »

Il est évident que pour que cette réassurance soit efficace et que vos enfants soient rassurés, il faut que vos paroles soient cohérentes avec vos actes. Ainsi, il est essentiel que lorsque les enfants vous « alertent » sur ces conflits, vous puissiez prendre les mesures nécessaires pour que les conflits cessent au maximum.

Quand le conflit prend trop de place

Nous rencontrons parfois des situations, des moments de la vie, où même si nous nous étions toujours promis de ne pas en arriver là, de protéger les enfants coûte que coûte, de se dire les choses calmement et de ne rien se cacher, la vie, le quotidien, les réalités et les histoires de chacun font que le conflit éclate, bien plus que ce que nous avions prévu ! Il est alors essentiel de prioriser les choses, et de prendre conscience que pour que les enfants aillent bien, pour que leur développement soit le plus harmonieux et leur enfance la plus sereine possible, il est nécessaire que les parents aillent bien.

La question de votre enfant peut alors servir « d’information préoccupante » et vous être très utile pour agir. Vous sentirez en vous si cela requiert une simple réassurance de votre part, s’il faut lui expliquer ce qu’est le conflit, ou si au contraire, vos conflits omniprésents et parfois violents le heurte et l’abîme. Leur appel est essentiel à entendre.

Quand les conflits concernent l’éducation, il peut être important de prendre du temps pour en parler et faire le point sur chacun des vécus des deux personnes dans le couple. En effet, cet aspect très important de votre rôle de parents peut venir mettre à mal l’unité de certains couples, c’est tout à fait normal (Cf référence en fin d’article).

Enfin, n’oublions pas qu’il est important que les parents soient heureux. Pour cela, il existe beaucoup de moyens de se faire aider (Cf Ressources en fin d’article). S’engager dans un travail d’amélioration voire de reconstruction de votre relation conjugale vous permettra de mieux vous connaitre chacun, d’être plus au clair avec les ressentis de l’autre et surtout de mieux vivre votre parentalité et votre rôle d’éducateur. Il m’arrive parfois de dire à certains parents de mes patients que tenir dans un climat de conflit et de tension permanent est possible pour un adulte, mais n’est pas tenable pour un enfant. Lui qui reçoit toute cette violence, cette colère, cette tension dans la maison, doit cohabiter avec des émois qu’il ne devrait pas avoir à rencontrer quotidiennement si tôt et dont il n’a pas les moyens de se protéger. Le conflit qui entraine parfois la malveillance et la distance peut être très anxiogène pour un enfant à qui on préfère un quotidien d’amour, de paix et de découvertes joyeuses. Il est parfois difficile de parvenir à mettre en place des mesures concrètes pour s’apaiser, quand le conflit est trop vif. L’enfant n’a alors que très peu de place et il est essentiel qu’il la retrouve.

Ainsi, prenez très au sérieux des conflits entre vous, parents, et ne négligez surtout pas une façon de se parler agressive ou violente qui pourrait vous paraitre « habituelle » ou « normale » entre vous. Le conflit pourrait peut-être s’apaiser si vous vous comprenez davantage, alors voici quelques ressources essentielles qui pourraient beaucoup vous aider :

Crédit photo : @Joseph Gonzalez