Je n’ose plus sortir avec mes jeunes enfants

Je n’ose plus sortir avec mes jeunes enfants

C’est un passage obligé, il y a un âge auquel on a inexorablement envie veut posséder tout le magasin, où l’on s’ennuie rapidement, et l’on aime rien de plus que de se faire poursuivre par sa maman dans tous les rayons. Alors c’est fatiguant, parfois dangereux et très souvent bien énervant, surtout lorsque chacun y va de sa petite remarque ou de son regard qui en dit long. Alors voici quelques conseils pour ne pas se laisser dépasser !

L’importance d’être bien organisée

Il faut faire à l’avance son « plan » shooping, ne pas tourner inutilement dans des magasins, éviter les rayons trop intéressants pour nos enfants et dans lesquels on n’a besoin de rien. Essayez aussi de faut pas oublier le doudou, le livre musical, le playmobil qui fait passer le temps et montre que l’on pense aussi à eux dans ces moments. Un biberon, un gâteau, s’accorder une pause ensemble pour rigoler, penser à autre chose et rendre ce moment agréable pour tous.

Lire aussi l’article Parentalité positive – comment traverser les rayons du magasin sans crise de nerf ?

Garder le cap

C’est important de fixer des règles, qui au fur et à mesure des sorties seront plus facilement acceptées. Toujours tenir la poussette, ne pas toucher les produits, ne pas réclamer…Le bon respect de ces règles peut être encouragé par la possibilité d’une récompense.

Ce qui est important, c’est la constance : il faut se fixer une ligne de conduite et ne pas déroger à la règle, même si parfois des remarques ou réactions si mignonnes de nos petits nous en donnent envie !

Se faire confiance

Parfois aussi on n’a pas d’autre choix que de faire les gros yeux, mettre au coin ou élever (un peu) la voix… A chacune alors de mettre sa limite et de décider de la punition si besoin. Même s’il nous arrive d’hésiter sur la manière de réagir parce que l’on n’est pas seule, qu’on a toutes subies des remarques désobligeantes un jour et que se libérer du jugement d’autrui, ce n’est pas facile, il faut se faire confiance ! Notre réaction, si tant est qu’elle n’est pas (trop) sous l’effet de la colère est la bonne, il ne faut pas revenir dessus. Tant pis si la grand-mère d’à côté n’est pas du même avis.

Alors on y va, on se lance, puisque de toute manière on a pas le choix. Et n’oubliez pas, on est toutes passées par là et le mieux, c’est que cet âge, ça passe !

 

© photo Clarisse de Lauriston