Mon enfant a le nez qui coule, que faire ?

Mon enfant a le nez qui coule, que faire ?

L’hiver et ses « nez qui coulent »

C’est un problème fréquent chez les petits, surtout durant la période hivernale, et la première cause de consultation médicale.
Aussi appelé rhinopharyngite en langage médicale, elle est provoquée par un virus le plus souvent et favorisée par le froid et la collectivité. La plupart du temps totalement bénin, il faut garder à l’esprit qu’avant ses 3 ans, un enfant aura 8 à 10 rhumes par an, durant chacun environ une dizaine de jours (c’est la construction de son système immunitaire).

Les symptômes ?

Écoulement et obstruction nasale, yeux larmoyant, toux, fatigue, baisse d’appétit, état fébrile.

Que faire ?

Les médicaments sont à éviter si votre enfant supporte ce petit rhume, privilégiez les soins de confort.

  • Lavage de nez (avec modération), alimentation fractionnée, bonne hydratation (pour fluidifier les sécrétions) et câlins à volonté sont les meilleurs remèdes !
  • En cas d’inconfort, une dose de paracétamol peut être administrée. Attention, n’utilisez jamais de médicament pour la toux, même ceux en vente libre. La toux est un processus naturel de défense de l’organisme, il ne faut donc pas la bloquer ou l’augmenter.
  • Pensez aussi à bien aérer votre intérieur et à garder une température entre 18 et 20 degrés dans la chambre de votre enfant. De plus les sorties, même par temps froid sont préconisées (avec évidement une tenue adaptée).

Quand consulter un médecin ?

En cas de difficultés respiratoires, d’impression d’étouffement par la toux, de vomissements, d’écoulement nasal et/ou de glaires épais et verts/jaunes, s’il refuse de manger, de dormir, s’il se touche beaucoup l’oreille, ou même simplement pour vous rassurer.

Petit point sur la désobstruction rhyno pharyngée (DRP)

C’est une manipulation permettant de « moucher » l’enfant qui ne peut le faire de lui-même.
Cela consiste à l’instillation de sérum physiologique dans la narine de l’enfant afin de dégager son nez des sécrétions.

– Pour être efficace, votre enfant est couché sur le dos, tête sur le côté, et quelques gouttes de sérum physiologique sont instillées dans la narine du haut.
– Redresser votre enfant afin de le laisser reprendre son souffle, puis faire de même de l’autre côté.

Attention ! Le nez de l’enfant est fragile. En effet, il contient des micro vaisseaux qui peuvent facilement s’abîmer et saigner. Des DRP à répétition ou mal pratiquées peuvent provoquer une irritation des fosses nasales (donc davantage de sécrétions car le nez essaiera de se « défendre » contre cette agression) et même des otites (car le sérum peut inonder et stagner au niveau de la trompe d’Eustache, en lien direct avec l’oreille). La DRP n’est pas à faire en systématique ! Seulement si votre enfant semble gêné ou si les écoulements ne sont pas clairs.
Apprenez le plus tôt possible à votre enfant à se moucher, cela lui permettra de gérer par lui-même son mouchage.

VASSEUR Sharlen, infirmière puéricultrice

À lire aussi :

Quand toute la famille est malade … même Maman !

Mariée, maman, et malade