Motricité libre : concrètement que dois-je prévoir pour bébé ?

Motricité libre : concrètement que dois-je prévoir pour bébé ?

Le concept de motricité libre ou spontanée date des années 60. Emmi Pickler (pédiatre) est convaincue que le petit enfant est en mesure de se développer seul, sans l’intervention de l’adulte : l’enfant évolue librement sous le regard de l’adulte.

Le développement moteur s’acquiert naturellement et dans un ordre bien précis. Le fait que l’adulte n’intervienne pas pour contraindre l’enfant à prendre une posture entrainerait chez le tout petit un sentiment d’accomplissement et de sécurité. 

La motricité libre en pratique :

D’une manière générale il s’agit de laisser à l’enfant la possibilité de se mouvoir et d’explorer librement son environnement. L’enfant fait ses acquisitions de façon autonome il faut donc éviter de le contraindre dans une position dans laquelle il ne sait pas se mettre (ou en sortir) seul.

Dès les premiers mois, il est alors possible d’installer l’enfant au sol, sur un tapis avec différents jeux posés autour de lui pour lui donner envie d’explorer.
La motricité libre ne consiste pas à laisser le tout petit faire seul avec une surveillance éloignée, il s’agit de le laisser expérimenter seul avec son corps mais l’adulte est présent pour l’accompagner verbalement : l’encourager, lui donner confiance, installer des objets à disposition pour que l’enfant ait envie d’avancer.

Le regard bienveillant de l’adulte reste primordial pour que le tout petit se sente en sécurité. L’estime de soi est en pleine construction et le regard encourageant et aimant des parents est un miroir formidable pour le jeune enfant.

Les accessoires

Les nombreux accessoires de puériculture sont bien souvent une entrave à la motricité libre. Et oui, rassurez vous, pour laisser votre enfant expérimenter il n’est pas nécessaire d’acheter du matériel spécifique, bien au contraire !

Le transat, le cale bébé, le trotteur, le parc sont des accessoires permettant d’installer l’enfant dans une posture qu’il n’est pas en mesure de prendre seul ou qui limite les mouvements. Ils sont donc déconseillés.
Cependant restons rationnels, leur utilisation avec parcimonie reste tout à fait possible à condition que l’enfant n’y passe pas la majorité de son temps.

La motricité libre : le tapis d’éveil, le sol :

Laisser son enfant sur le tapis nécessite la présence régulière (parfois intermittente lorsque les parents doivent également s’occuper des frères et sœurs ou simplement vaquer à leurs occupations).

L’enfant a besoin de ces instants d’autonomie durant lesquels il peut observer, expérimenter les mouvements et les déséquilibres.

L’adulte qui vient régulièrement à ses côtés, lui parle, lui souri, va l’encourager, sans réagir systématiquement à sa place face aux difficultés. Cela va permette au tout petit de prendre confiance en ses capacités.  L’essentiel est de réagir à ses progrès, lui laisser les initiatives motrices en n’anticipant pas à sa place.

Mon enfant n’aime pas être installé au sol

Si certains enfants apprécient dès leur plus jeune âge être posés au sol, pour d’autre la séparation et la position leurs sont insupportables. Dans ce cas testez progressivement la notion de plaisir partagé :

Si votre tout petit passe du temps allongé avec vous, qu’il voit dans votre attitude et votre regard que vous prenez du plaisir à jouer avec lui, il va progressivement se détendre et accepter cette position qui sera alors associée à un sentiment plaisant.

Posez-le sur le dos, allongez vous près de lui pour etre à son niveau. Dans un premier temps vous pouvez établir ces moments de jeux complices sur votre lit. L’espace est confortable et votre enfant s’y sentira en sécurité à vos côtés (bien évidemment ne le laissez jamais seul sur votre lit). Regardez-le, jouez avec lui, chantez-lui de petites comptines…. Ces moments de complicité rendront la posture agréable pour vous deux ! Au fur et à mesure continuez ces temps de jeux sur un tapis au sol pour que votre enfant se familiarise avec vous.

Prenez le temps d’observer votre enfant, de le voir si habile, si futé, si inventif…. Plus vous le regarderez et plus la liberté de se mouvoir librement au sol prendra sens à vos yeux : la richesse des expériences motrices vous paraitra évidente.
Au fil du temps votre tout petit parviendra à rester seul quelques instants au sol et cette position deviendra naturelle, lui permettant alors d’explorer l’environnement en tentant de se déplacer (se retourner, ramper…).

comment appliquer la motricite libre avec mon bebe

La verbalisation :

En passant du temps au coté de votre enfant, n’hésitez pas à mette des mots sur ses actions « oh tu pousse sur tes bras pour te redresser », « je plie ta jambe » « je tire sur ton jeu » à travers ces actions votre enfant intégrera certains mots/notions car vous aurez associé l’action et le mot.

La verbalisation est également très importante lorsque votre enfant est frustré de ne pas parvenir à faire ce qu’il souhaite : par exemple, il se retrouve allongé sur le ventre mais ne parvient pas à se remettre sur le dos… Vos mots vont le rassurer, il s’agit alors de valider son émotion « je vois bien que c’est difficile pour toi, que tu es fâché/ que tu as peur, je vais t’aider à te retourner mais ne t’en fait pas bientôt tu trouveras le moyen d’y parvenir seul ».

L’aménagement de votre maison :

Pas d’investissement dans du matériel en particulier. Au début, seul un tapis suffit pour installer votre enfant au sol. Veillez seulement à ne pas le surcharger de jeux afin que votre enfant puisse se retourner sans entrave.

Il est important également de l’habiller dans des vêtements qui n’empêchent pas le mouvement (si votre enfant est en pantalon veillez à ce que ce dernier soit suffisamment souple pour permettre à votre tout petit de bouger aisément)

Les pieds nus sont plus adaptés afin de prendre appui au sol plus facilement avec les orteils. Mais nous sommes bien d’accord, en plein hiver cela reste compliqué. Dans ce cas choisissez préférentiellement des chaussons en cuir souple qui permettront de prendre appui au sol sans semelle rigide.

Votre enfant va progressivement sortir de son tapis pour explorer le monde qui l’entoure. Prenez soin d’éliminer ce qui pourrait le mettre en danger.

Une légère stimulation grâce au jouets pour les résistants :

Si votre enfant manifeste peu d’intérêt pour l’environnement qui l’entoure, n’hésitez pas à lui donner envie grâce à des jouets : hochets, balles de couleurs, à paillettes….

Placez l’objet à une petite distance de votre enfant (pas trop loin pour ne pas le décourager) cela va lui donner l’envie de s’en saisir et donc de trouver une manière de se déplacer. Lorsque votre enfant se déplacera dans la pièce, vous pourrez ensuite placer des objets sur une chaise, la table basse, le canapé…. Afin de lui donner envie de se redresser, de s’asseoir, de se mettre à genoux pour s’en saisir.

D’une manière générale, voici quelques dessins reprenant les grands principes de la motricité libre :

 

Sans titre y z

Source dessin

© photo Clarisse de Lauriston & Maman Vogue

Laure de Fleurian

Psychomotricienne D.E
Formation à l’accompagnement à la parentalité par le Toucher Bienveillant, et au portage physiologique.
Bilan / prise en charge en psychomotricité  bébés & enfants

Maman de 3 enfants

40 boulevard des Invalides 75007 Paris 06.11.94.12.81
www.psychomotricite-paris7.com