Mon bébé pleure… fait-il des caprices ?

Mon bébé pleure… fait-il des caprices ?

Un bébé qui pleure fait-il des caprices ?

Selon la définition du dictionnaire, un caprice est une volonté soudaine, irréfléchie et désordonnée de quelque chose.
Or, un bébé qui arrive dans ce monde totalement inconnu pour lui, n’a comme seul désir qu’on apaise son inconfort, sa faim et son angoisse d’être séparé de sa maman. Certaines mamans pensent que c’est un caprice et décident de le laisser pleurer pour qu’il ne devienne pas un enfant tyrannique…. Mais il ne peut avoir des désirs soudains déclenchant de la colère et des pleurs.
Ceci existe plus tard mais, là, on parle du bébé jusqu’à 6 mois…

Les pleurs du nourrisson sont toujours les manifestations d’un mal être

  • soit physique : la faim, le chaud, le froid, la couche sale, le sommeil
  • soit psychique : on parle souvent des angoisses du nourrisson qui se retrouve seul dans un monde inconnu, alors qu’il a vécu 9 mois dans un univers minuscule, tout contre sa maman, protégé de tout, bercé par les mouvements de celle-ci…. Brutalement, le voilà propulsé dans un berceau inconnu, loin de la voix familière et de l’odeur rassurante qu’il connaissait…

Pour exprimer son mal-être le bébé n’a que les pleurs  à sa disposition : il ne parle pas et, très vite, il comprend que, quand il pleure, maman ou papa accourent pour répondre à son appel et essayer de l’apaiser.

Il ne faut pas avoir peur de beaucoup prendre un nourrisson dans ses bras, de le bercer, de lui parler.
Ce dont un nourrisson a le plus besoin, c’est de sentir une attention tournée vers lui : alors, faites de multiples gestes qui lui donnent la sensation d’être enveloppé de tendresse, de douceur, comme il pouvait le vivre dans le ventre de sa maman. Cela va lui permettre, petit à petit, de construire comme une enveloppe protectrice autour de lui et de développer un sentiment de sécurité.

Beaucoup de parents ont peur que leur bébé n’acquière aucune autonomie, à force de répondre ainsi à tous ses besoins… Non, ce n’est pas ce qui se passera, c’est tout l’inverse : plus un bébé a été choyé, plus vite il deviendra autonome.

Non, un nourrisson ne fait pas de caprices, il exprime un besoin qui doit être entendu et, dans la mesure du possible, satisfait. Plus le bébé au démarrage de sa vie est rassuré sur la présence et l’affection de ses parents, plus il va être sécurisé et grandir sereinement dans la certitude d’être aimé.

Elisabeth Content 
Conseillère conjugale et familiale

Cabinet MOTS CROISÉS

La vie relationnelle, qu'elle soit vécue dans un couple, au sein d'une famille ou dans le cadre du célibat est souvent source de malentendus, d'incompréhensions ou d'insatisfactions.
Mots croisés propose un lieu thérapeutique d’écoute, d’accompagnement et d’encouragement.

Sur rendez-vous:
63, 65 rue du Cherche midi
75006 Paris
01 45 44 90 64