Méthode billings : Allaitement partiel et méthodes naturelles

Méthode billings : Allaitement partiel et méthodes naturelles

Besoin de réduire l’allaitement, de commencer la diversification alimentaire, de compléter par des biberons… vous voilà dans la phase de transition entre le passage d’un allaitement complet au sevrage.
Et si vous souhaitez différer une grossesse, Mesdames, soyez attentives, sérieuses mais relaxes quand même !

Pour Billings, on considère que le sevrage commence par l’introduction d’un aliment.. Vous n’êtes plus dans le cas d’un allaitement total exclusivement au sein. Si l’allaitement peut bloquer 80% des ovulations, au cours de l’allaitement, la prolactine (hormone de l’allaitement) perd de la puissance et les œstrogènes (hormones de l’ovulation) reprennent du travail peu à peu et plus ou moins précocement selon les femmes et les allaitements. C’est comme sur un champ de course : les deux hormones s’affrontent, l’une à le dessus pendant un temps, elles se chevauchent et l’autre prend le dessus.

Cette période de « bascule entre les hormones » est perturbante car on voit ses observations se modifier et on guette une possible ovulation et son retour de couches avec impatience.
Certes, les méthodes naturelles sont plus faciles en allaitement complet car le jeu entre les deux hormones est faible mais, dès le passage à un allaitement partiel, les œstrogènes se remettent en plus grande activité.

EN PRATIQUE :

  • ­  Avoir bien repéré son p​rofil infertile de base (P​IB) après les locchies. On observee une régularité des observations et sensations identiques sur plusieurs jours (confère article sur l’allaitement complet) (PIB sec ou humide ou collant ou alternance de deux sensations/ observations.)
  • ­  Noter tout changement en observation o​u ​sensation différente du PIB : le PIB peut se modifier en allaitement partiel car les sécrétions changent (issues du développement des cellules vaginales). Il est important de ne pas les confondre avec une glaire fertile.
  • ­  Noter les tétées et les aliments introduits ou biberons.
  • ­  Union un soir sur 2 en PIB.
  • ­  Si PIB interrompu par un changement ou saignements, abstinence, compter 3 jours dès que le PIB est rétabli. Union possible le 4eme jour au soir puis reprendre la règle 1 soir sur 2 au coucher.
  • ­  Noter tout autre événement : fatigue intense, maladie, traces de sang.
  • ­  Communiquer davantage avec votre conjoint durant cette période de transition qui peut demander plus d’abstinence pour éviter les incompréhensions.
  • ­ Contacter une monitrice : elle pourra vous aider à y voir plus clair dans votre tableau et à mieux comprendre, et Soyez zen et patientes avec votre corps !

PS : il est possible, chez certaines femmes, de retrouver des cycles qu’après l’arrêt total de l’allaitement.
Les cycles peuvent être perturbés par la suite avec des phases post ovulatoire plus courtes mais cela revient à la normale en 2-3 cycles.

Ne restez pas seuls si vous vous sentez perdus, n’hésitez pas à contacter un couple moniteur dans votre région sur le site www.billingslife.fr

© Crédits photos Annaclick

­