Maternité et réseaux sociaux, la grande braderie de l’intimité

Maternité et réseaux sociaux, la grande braderie de l’intimité

En devenant maman j’ai eu la surprise, et le plaisir, de découvrir tout un pan parallèle des réseaux sociaux consacré à la parentalité. Accueillir un enfant est une expérience qui a été de tout temps génératrice d’échanges d’expériences entre femmes et il est indéniable qu’aujourd’hui les réseaux sociaux y participent. En même temps la maternité est quelque chose qui relève intrinsèquement de l’intime tant sur les plan psychologiques que physiques. Ces deux mouvements se retrouvent évidemment sur les réseaux sociaux  et y prennent même une ampleur particulière qui conduit de plus en plus à un recul de l’intimité au profit du partage. 

Ce déséquilibre regrettable vient tout d’abord d’un malentendu sur ce que sont les réseaux sociaux. Contrairement à ce que tout un mouvement, prôné par certaines marques ou influenceuses, veut nous faire croire ce que l’on voit sur Instagram, pour ne citer que cette application, n’est pas « la vraie vie » . On a tendance peut-être trop facilement à l’oublier mais il faut absolument garder cela en tête. Il est évident que les images que l’on voit ont été produites et sélectionnées pour communiquer sous un angle choisi. Les comptes sont des fenêtres ouvertes sur la vie de quelqu’un ou sur un univers et il serait donc absurde, si on y réfléchit rationnellement, qu’elles nous complexent sur notre propre expérience de la maternité. 

Et du côté des producteurs de contenu, que ce soient des marques ou des particuliers, la pression est assez forte pour faire preuve de transparence, pour refléter cette fameuse « vraie vie » et livrer toujours plus de choses qui relèvent de l’intime à ceux qui les suivent.   Les réseaux sociaux nourrissent notre voyeurisme et en tant qu’utilisateurs nous sommes aussi responsables de cette tendance. Et clairement ce que l’on constate, tout en gardant en tête les enjeux économiques souvent présents, c’est que quand la décence recule c’est le nombre de likes qui augmente…

Evidemment les réseaux sociaux sont un formidable outil pour échanger dans le domaine de la parentalité. Mais n’oublions pas pour autant notre pudeur quand nous nous dessaisissons d’images et de textes au profit de plates-formes monétisées et d’un nombre plus ou moins important de followers qui connaissent notre identité et notre visage. La dignité est une marque de respect envers nous-même et envers les autres, y compris nos enfants ! Non sur les réseaux sociaux on ne peut pas tout montrer, au risque parfois de choquer, et avec un peu de retenue on peut malgré tout aborder tous les sujets qui touchent à la maternité. 

On peut montrer son ventre de femme enceinte sans partager des photos presque nue.  

On peut évoquer son accouchement sans pour autant en faire un récit qui entre dans les  moindres détails. 

On peut promouvoir l’allaitement sans avoir à montrer ses seins à tout bout de champ. 

On peut normaliser les imperfections du corps post-partum des mamans sans porter aux nues ces petits défauts. 

On peut dire tout l’amour que l’on a pour ses enfants sans rédiger des lignes de déclarations mièvres que les enfants en question ne liront en plus jamais. 

Bref, vous l’aurez compris, on peut être maman, échanger sur les réseaux sociaux et garder sa dignité !

Héloïse Tertrais

Lire aussi :

La Graal du « Lâcher prise »

Slow parenting : comment ralentir le rythme pour mieux profiter de sa famille ?

Photo ©Isabelle Dohin pour MAMAN VOGUE

  • Ma grossesse
    semaine après semaine

    Retrouvez chaque semaine :

    • Des infos personnalisées
    • Les conseils de nos experts
    • Un rappel des démarches
    • Nos bons plans
    Je m'inscris

    Renseignez la date prévue de votre accouchement

  • Jeux concours - Les cadeaux de Maman Vogue