Mon mari est père au foyer

Mon mari est père au foyer

Si l’égalité des sexes est aujourd’hui de mieux en mieux établie dans les couples et l’investissement de chacun dans la vie de famille de façon générale, il est encore rare de trouver des couples qui fonctionnent selon des schémas non “classiques”.

Pourtant, certains décident d’opter pour une autre solution. C’est le cas d’Hélène et Paul qui à l’arrivée de leur premier enfant il y a deux ans ont pris la décision de rompre les codes.

Chamboulement et bilan professionnel

“Durant ma grossesse, nous avons beaucoup discuté de ce que nous ferions une fois que le bébé serait là. Je suis médecin généraliste dans un petit cabinet de province et mon métier est aussi passionnant que prenant. Paul, manager dans l’agroalimentaire, avait déjà depuis quelques temps la lassitude de son métier et cherchait à se reconvertir. Nous avons tous les deux pensé que ça serait le bon moment pour lui de faire une pause, professionnellement parlant et d’en profiter de pour s’occuper de notre fille puisque cela était difficilement envisageable de mon côté.

J’ai repris mon activité deux mois après la naissance d’Aliénore.
Paul a été formidable avec elle, dès les premiers jours, et a fait preuve d’une aisance à laquelle je ne m’attendais pas. Il faut dire que nous désirions un enfant depuis longtemps et que nous nous sentions non seulement prêts mais aussi comblés par son arrivée dans nos vies.

Avec le recul je vois à quel point il a pris sur lui pour que je puisse retourner travailler dans les meilleurs conditions et sans m’inquiéter de rien.
Je pense qu’il m’a caché ses doutes, ses peurs de jeune papa, pour me protéger. Biberons, nuits, bain, courses, il gérait quasiment tout, ce père modèle! Très vite Aliénore et lui ont développé un lien particulier et il a fait tout son possible pour pas que je me sente mise à l’écart et que moi aussi je puisse développer une relation forte avec ma fille.

papa modele - maman vogue

Un équilibre à trois

Ils passaient à l’improviste tous les deux pour partager ma pause déjeuner, il s’effaçait le soir pour préparer le repas pendant que je jouais avec elle et me laissait le privilège de faire le rituel du soir et de lui lire une histoire alors que je sais qu’il adore ce moment lui aussi.
Les week-ends nous faisions le maximum d’activités tous les trois et je restais également seule à certains moments avec Aliénore pour permettre à Paul de faire une vraie pause, d’aller faire du sport ou voir des amis.

Evidemment tout n’a pas été tout rose tout le temps. J’étais souvent stressée, épuisée par mon travail. Paul, malgré tous ses efforts, ne pouvait pas dissimuler en permanence sa fatigue après de longues journées seul avec notre fille.
Je sais aussi que sa vie sociale passée lui manquait, ses anciens collègues et aussi le hand-ball qu’il pratiquait en club depuis des années et qu’il avait mis entre parenthèses.
Il y a eu des disputes, des non-dits et des incompréhensions.
Malgré tout, nous avons traversé ces premiers mois sans difficulté majeure.

Redécouvrir ses réelles passions

Arrivé à la fin de son congé parental, Paul a pris la décision de quitter son entreprise. Même si certains aspects de son ancien poste lui manquaient il ne se voyait pas reprendre ce métier, il avait changé et ses aspirations étaient différentes.
Nous avons beaucoup parlé de ce qu’il pourrait faire et de ses désirs profonds et il m’a finalement annoncé qu’il souhaitait devenir enseignant.
Puisqu’il avait fait des études de biologie plus jeune, il disposait du diplôme requis pour se présenter au concours de recrutement.
Il lui restait un peu plus de six mois pour se préparer aux épreuves. La vie faisant bien les choses nous avons appris au même moment qu’Aliénore était acceptée à mi-temps dans la micro-crèche pour laquelle nous avions fait une demande.

C’est avec cette organisation que Paul a préparé et passé avec succès le concours, à ma grande admiration, et en n’omettant pas son rôle de papa poule.
Il a profité ensuite des vacances d’été pour profiter d’elle à temps plein avant de prendre son poste de professeur-stagiaire.
Encore aujourd’hui, trois ans après, c’est toujours lui qui s’occupe le plus de notre fille.
Je suis enceinte de notre second enfant, un garçon cette fois, et il a déjà prévu de prendre son congé parental pour se consacrer à lui les premiers mois !

Une organisation de couple souvent mal comprise

Notre organisation suscite parfois l’étonnement et les remarques de ceux qui pensent que j’aurais dû assumer ce rôle de mère au foyer à sa place.
On le plaint même parfois ce qui a le don de me faire sortir de mes gongs puisque j’ai rarement entendu les mêmes exclamations apitoyées quand une femme endosse ce rôle !

En tous cas ça fonctionne pour nous et je pense qu’il est bénéfique de repenser nos schémas qu’on nous a parfois inculqué depuis l’enfance et qui ne sont pourtant pas toujours la solution la meilleure pour une famille !

 

© Clarisse de Lauriston

Marie Cauquil O'Kelly

La rédactrice M.OC

  • Ma grossesse
    semaine après semaine

    Retrouvez chaque semaine :

    • Des infos personnalisées
    • Les conseils de nos experts
    • Un rappel des démarches
    • Nos bons plans
    Je m'inscris

    Renseignez la date prévue de votre accouchement

  • Jeux concours - Les cadeaux de Maman Vogue