Maman Vogue a lu pour vous « Transmettre l’amour » de Paul Lemoine

3 novembre 2018 par Maman Vogue
Maman Vogue a lu pour vous « Transmettre l’amour » de Paul Lemoine

Vous en avez probablement entendu parler par vos tantes, mères ou grand-mères. Cet ouvrage, fruit d’une longue expérience à la fois en tant que pédiatre et père de famille de 11 enfants, trop riche pour en faire un résumé, nous a imprégné des principes universels avec lesquels chaque parent devrait se lancer dans cette grande aventure qu’est l’éducation: Transmettre l’amour de Paul Lemoine.

Lu sans contexte précis et sans attente, ce livre m’a beaucoup aidé à prendre de la hauteur par rapport à mes propres références et à comprendre le sens premier de cette mission de parent : transmettre l’amour.

De l’amour

« Éduquer un enfant consiste uniquement à lui apprendre à aimer, avec toute la progression adaptée à chaque âge et à chaque enfant » Notre mission de parent consiste à accompagner l’épanouissement de l’enfant où qu’il aille et dans la joie ce qui passe par :

  • La prise de conscience de sa condition humaine dans tous ses aspects y compris dans sa capacité à se blesser ou à blesser les autres
  • L’acquisition progressive de sa personnalitéen fonction de ses moyens et de ses aspirations profondes
  • La conscience de sa liberté, capable de se comporter selon son propre sens moral, de prendre ses responsabilités et de comprendre les limites de sa propre liberté sur les autres afin de vivre en paix avec les contraintes qui en découlent

La perception de l’amour reçu par l’enfant passe par plusieurs étapes en fonction de son développement naturel :

  1. L’amour captatif : nourrisson, il aime celui ou celle qui le nourrit, il « aime le plaisir qu’on lui donne » qui se transforme au fur et à mesure de sa prise de conscience de l’individualité de sa mère en « j’aime le plaisir que maman me donne ». A la fin de cette étape, il est capable de lier la cause à l’effet « j’aime maman qui me donne ce plaisir ».
  2. L’amour échange : « je te donne pour que tu m’aimes davantage ». Il va apprendre à montrer son amour à ses parents et attend d’eux qu’ils sachent le reconnaître en tant que tel. Les parents seront parfois un peu déboussolés devant les cadeaux que l’enfant leur fera (un livre déchiré, un objet fragile sorti de son placard,…). Il est ici primordial que les parents prennent pleinement conscience de ce qui se joue dans le cœur de leur enfant et qu’ils n’aient pas la réaction inverse à son intention. Punir un enfant qui vous montre qu’il vous aime est dévastateur.  Cet amour reste encore « égoïste », l’enfant agit de façon à servir son propre intérêt.
  3. L’amour partage : l’enfant doit apprendre à partager avec d’autres l’amour maternel et paternel. Si la famille s’agrandit, l’enfant va progressivement comprendre que l’attention, l’affection et l’amour de ses parents n’est plus exclusivement tourné vers lui. Dans cette période charnière, il est primordial que l’enfant subisse le moins possible les conséquences de cette nouvelle arrivée dans la famille. Il doit sentir le moins possible l’écart avec la période précédente, la vie doit continuer comme d’habitude et les principes doivent rester cohérents avec avant. Ne pas remarquer ces nouvelles crises qui s’en viennent, essayer de les régler avec discrétion sans trop marquer le chamboulement subi par l’enfant et éviter les comparaisons entre les multiples habitants de la maisonnée (spécialement éviter les « grand » versus « petit). En tous temps, il faut éviter aux enfants des sources de frustration natives dans la famille.

L’essence même de toute éducation consiste donc à « satisfaire normalement tous ses besoins affectifs légitimes donc pratiquement tous, car tous ont une charge affective intense et presque tous sont légitimes, seuls quelques excès sont nocifs ».

Dans un cadre

Aimer son enfant ce n’est pas tout lui autoriser, tout lui rendre possible. Pour bien s’épanouir en tant qu’homme ou femme du monde, il doit également apprendre à gérer ses propres frustrations. Voilà aussi la mission de parents, apprendre à l’enfant à accepter que tout ne sera pas toujours conforme à sa volonté et à ne pas en souffrir exagérément : « L’amener doucement à accepter les légères contraintes indispensables d’abord à son équilibre personnel puis à la vie sociale et morale ».

La pleine conscience de sa liberté passera par la compréhension de sa responsabilité individuelle, des excès qui peuvent nuire à son intérêt ou à son bonheur et l’acceptation ses limites qui s’imposent à sa liberté afin de respecter celle des autres.

Notre rôle de parent est donc également d’imposer des contraintes, par amour. « Pour qu’une contrainte ait une valeur éducative, elle doit être acceptée bien consciemment et volontairement par l’enfant, par amour : au début parce que l’enfant sent que c’est pour son intérêt (stade de l’amour captatif). Puis, lorsqu’il sera capable de mieux comprendre, parce que faire plaisir à ses parents est un moyen pour lui de les accaparer davantage, avant, bien plus tard, de le faire tout simplement pour faire plaisir, gratuitement. Ces contraintes vont donc varier selon l’âge ».

Ces contraintes devront être imposées au fur et à mesure du développement de l’enfant ; avec diplomatie et elles doivent être rares. Sur ce point, il faudra différencier précisément les règles qui servent l’intérêt de nos enfants comme ne pas mettre les doigts dans une prise ou se pencher à une fenêtre ouverte des interdictions qui alimentent uniquement le confort des parents (comme d’interdire à ses enfants l’accès à certaines pièces ou à certains objets par exemple). Enfin, il existe des contraintes qui permettront à l’enfant de comprendre certaines notions d’amour adaptées à son âge et pourrons être proposées de temps en temps comme des services.

Enfin tout ça ne sera accepté que si le parent a acquis le saint graal : l’autorité : la confiance pleine et entière de l’enfant qui sait qu’on agit dans son propre intérêt par amour pour lui.

Enfin, quelques principes clefs :

  • L’enfant doit vivre sa propre vie dans la plénitude de ses moyens
  • Il passera certains paliers en temps vouluet pendant le temps nécessaire
  • A chaque étape :
    • Acceptons ses faiblessesen protégeant sa fragilité , discrètement, sans rien annihiler
    • Conservons ses qualités d’enfant, en l’aidant à acquérir de nouvelles valeurs, lorsqu’il en est capable
    • Ne brûlons pas les étapes, nous pourrions générer des catastrophes

A mon avis, ce livre est à relire régulièrement pour se recentrer sur le coeur du sujet.

Il reste énormément à en dire. Voilà une idée des autres aspects de l’éducation qui sont abordés et apportent des clefs de lecture pertinents :

  • La gestion des crises et des colères
  • Les sanctions
  • L’éducation sphinctérienne
  • Le manque d’appétit
  • L’école
  • L’éducation sexuelle
  • La transmission de l’amour de Dieu

A propos de Paul Lemoine

Décédé en 2006, Paul Lemoine est un pédiatre français, chef du service de pédiatrie du CHE de Nantes, connu pour la mise en évidence du Syndrome d’alcoolisation fœtale appelé aussi « syndrome Lemoine » en 1968. Il est le père de onze enfants.

Lire aussi

Education : ces livres qui nous font du bien

Education des tout-petits : ce qu’il ne faut pas négliger !

Paola Marceau

Working mum de 2, la maternité est pour elle un sujet intarissable d'échanges et de questionnements et une aventure galvanisante au quotidien.

Elle partage avec joie son vécu, ses interrogations et ses petits tips !

  • Ma grossesse
    semaine après semaine

    Retrouvez chaque semaine :

    • Des infos personnalisées
    • Les conseils de nos experts
    • Un rappel des démarches
    • Nos bons plans
    Je m'inscris

    Renseignez la date prévue de votre accouchement

  • Jeux concours - Les cadeaux de Maman Vogue