« Maman, je crois que tu as (encore) un bébé dans le ventre… »

« Maman, je crois que tu as (encore) un bébé dans le ventre… »

Une grossesse surprise

« Maman, je crois que tu as un bébé dans le ventre ». Cette phrase toute anodine, lancée sur le bord du canapé au retour de l’école par mon grand, m’a déconcertée. Je n’y croyais pas et pourtant il avait raison.

J’ai découvert que j’étais enceinte le 25 mars… Une belle date qui, au final, m’a fait réfléchir sur ce qu’avait ressenti Marie lorsqu’elle appris qu’elle était elle aussi enceinte. Ce jour-là, pas de sentiment de joie immense, ni envie de dire oui à cette grossesse pas du tout prévue.

Après mes 3 garçons en 4 ans, j’aspirais à une nouvelle vie (le dernier ayant 14 mois au moment du test de grossesse), un peu moins sportive, avec des nuits complètes, des siestes non hachées, des vacances plus détendues…
Ironie du sort : nous avions espéré notre premier enfant pendant 4 ans et voilà que nous étions totalement déconcertés par l’arrivée surprise de ce petit bout.

L’acceptation compliquée

Jusqu’à l’échographie du premier trimestre, j’ai vécu dans l’angoisse, le doute et l’inquiétude de savoir comment j’allais gérer ce petit monde. Ce qui m’inquiétait le plus étant le regard des autres sur ma famille nombreuse et les remarques déplacées.

Mon mari a vraiment été un soutien, une épaule pour moi pendant ces semaines d’acceptation. Il m’a surtout permis de me lâcher, de vider mon sac. Un bébé se porte à deux, certes, mais la maman détient tout de même le rôle majeur. Il m’a chouchouté pendant cette grossesse si spéciale.
Nos parents aussi, tenus au courant assez vite, nous ont soutenu dès le début et nous vite proposé leur aide pour l’avant et l’après naissance.

Un nouveau flot d’amour

Le déclic a eu lieu lors de la première échographie. Angoissée, j’ai été accueillie avec bienveillance par un gynécologue admirable qui, par ses mots, m’a appris à AIMER ce petit bout qui grandissait en moi. Pas de besoin de mots avec nos garçons, ils savaient déjà que j’attendais un bébé  (le mystère des enfants qui ressentent tout !) et leur joie a été contagieuse !

Notre quatrième garçon est né, j’ai été submergée à la naissance par un flot d’amour et de joie incontrôlables. Cette amour, je le ressens si fort lorsque je porte mon tout-petit dans mes bras. Un peu comme si nous avions du temps à rattraper tous les deux.

J’apprends chaque jour à me laisser porter dans mes journées : il y a des jours vraiment ratés (en retard à l’école, la tétée qui tombe à 16h30, les quatre enfants hurlant à 18h30…) mais il y a surtout de nombreux moments de JOIE en famille.

Alors, oui, je me prends tous les jours (oui, oui, tous les jours !) des réflexions sur ma famille nombreuse mais maintenant j’ose répondre : « j’ai la chance d’avoir des enfants, je ne vais pas m’en plaindre ! ». Et je suis même fière de mes loulous et de leur complicité naissance 😊

Camille

©Sabrina Soave x Joséphinesfamily pour MAMAN VOGUE