Ma vie d’avant bébé me manque-t-elle vraiment ?

Ma vie d’avant bébé me manque-t-elle vraiment ?

Lorsque j’ai appris que j’étais enceinte, j’ai été prise d’une peur panique. Ce bébé, bien que désiré, arrivait peu de temps après notre mariage et je ne me sentais pas prête, du moins c’est ce que je croyais.

Je me souviens avoir pensé : « Je vais devoir renoncer à tellement de choses ! Je ne serais plus jamais libre de faire ce que j’ai envie de faire. Finies les sorties improvisées, les voyages entre copines, les grasses matinées à volonté… »

Pourtant, je n’étais pas de ceux qui croient que la vie est terminée dès qu’un bébé arrive. J’avais entendu autour de moi des gens dire à des futurs parents : « oh ben profitez avant qu’il n’arrive parce qu’après ce n’est plus la même, fini la liberté ! ». Et j’avais observé chez mes proches qu’en réalité ils continuaient à vivre, même en étant parents. Mais j’imagine qu’on panique toujours plus quand il s’agit de notre propre vie.

Et puis quelques semaines après, j’ai vu mon bébé sur l’échographie, il était bien là, et alors je n’avais plus qu’une seule hâte : qu’il arrive enfin et qu’il fasse partie de nos vies pour toujours.

Depuis qu’il est arrivé, la vie a certes beaucoup changée. Il nous faut anticiper certaines choses, renoncer à d’autres. Et il m’arrive parfois de regretter ma vie d’avant.

Quelle était-elle cette vie ?

J’avais des amis que je voyais souvent, ou du moins quand j’en avais envie. Je pouvais regarder un film d’un bout à l’autre sans m’arrêter. Avec mon mari nous pouvions sortir, faire des balades à n’importe quelle heure, faire des siestes le week-end sans se soucier de l’horaire, partir en vacances avec trois fois rien dans le coffre, dépenser notre argent uniquement pour nous. Je crois qu’il existait en fait une plus grande liberté de mouvement.

Depuis que notre fils est né, combien de fois avons-nous refusé une soirée, un plan voyage ou autre en disant : « s’il n’y avait que nous ça aurait été, mais avec le bébé ce n’est pas très pratique ». Car un bébé a ses exigences : en termes d’horaires, de sieste, d’alimentation parfois, et même de santé.

Avant l’arrivée de mon fils, je n’avais à m’occuper que de moi. C’était plutôt agréable, dans un sens, bien que je ne m’en rendais pas trop compte, étant donné que cela avait toujours été comme ça ! Mais j’étais finalement beaucoup tournée vers moi-même. J’avais également une fâcheuse tendance à être tourné vers le passé, et j’avais beaucoup de regrets ancrés au fonde de moi.

Avoir à ma charge une autre vie, différente et dépendante de moi, a complètement changé la donne. Depuis l’instant où j’ai su que j’étais enceinte, mon bébé est devenu la priorité. Ce qui m’a beaucoup plus tournée vers l’extérieur et vers l’avenir. Cela est aussi passé aussi par savoir prendre du temps pour moi, un temps différent. J’ai appris à apprécier réellement ce temps-là. Il en est de même pour notre couple : cela nous pousse à avoir de vrais moments de qualité, parce que l’on sait que tôt ou tard, le bébé va se réveiller et demander toute notre attention (pour notre plus grand bonheur évidemment !).

Je me souviens qu’à la naissance de mon fils, une de mes copines, déjà maman, m’avait dit : « ça y est tu vas demander comment tu as pu vivre sans lui ! ». C’est une phrase qui m’a beaucoup marquée. Déjà parce qu’à l’époque, peu de temps après la naissance, j’étais en pleine dépression post-partum et je n’avais qu’une envie c’était de retourner à ma vie d’avant, (je savais aussi que ce sentiment serait passager). Mais j’ai également réalisé que mon fils serait une partie intégrante de ma vie, une partie de moi, et que toute ma vie je n’aurais de cesse de penser à lui en premier. C’est un chamboulement énorme quand on y pense ! Et ça donne le vertige.

Alors est-ce que mon ancienne vie me manque vraiment ? Je dirais qu’il y a quelques éléments qui pourraient me manquer de temps à autre, mais que tout regret s’efface dès que je vais chercher mon fils dans son lit le matin. Il fait tellement partie de mes journées, il en est le but même. Ma vie avant d’être maman me manque plus par des considérations pratiques et extérieures. Mais pour ce qui est de mon être profond, pas vraiment. Je suis plus épanouie depuis que je suis maman, alors pourquoi regretter le passé ?

Une maman

©Freyia Photography pour MAMAN VOGUE

Lire aussi :

La culpabilité ou le quotidien des mamans

Devenir maman, le déclic de ma vie !

Les Mamans

Marie, Paola, Bérénice, Florence, Tiphaine, Astrid, Lorraine... Plus d'une centaine de mamans participent à l'élaboration de ce site, pour une plus grande diversité de conseils, d'avis, de bons plans, de coup de pouce et de témoignages.

Vous voulez nous aider ? Vous avez besoin de conseils ? Vous voulez donner votre témoignage ?
N'hésitez-pas à nous contacter !