Lettre à mon père

Lettre à mon père

***

Mon cher Papa,

Depuis quand ne t’ai-je pas écrit une lettre ?

Depuis mes vacances en Espagne quand j’avais 16 ans ? Non, je me souviens d’une lettre postée sous le soleil, mais elle était sûrement adressée à Maman et à toi. En fait, je ne pense pas t’avoir jamais écrit.

N’aie pas d’inquiétude. Je ne suis pas malade, je n’ai pas une mauvaise nouvelle à t’annoncer. Ni mauvaise, ni bonne d’ailleurs. Je n’ai rien à annoncer, juste des petites choses à dire. Des choses que, j’espère, j’arrive à faire passer par mes actions, mes regards, mes baisers quand nous nous voyons. Des choses que tu devrais donc savoir. Mais des choses qu’on ne dit jamais officiellement.

Quand on a plus de 30 ans, qu’on est une femme active, mariée et mère de famille, a-t-on encore le droit de dire son père qu’on l’aime ? Peut-on lui dire l’immense place qu’il a toujours eu et qu’il a toujours dans notre cœur ?

Je voulais te dire merci Papa.

Merci pour le père que tu as été quand j’étais petite. Et merci d’être le père que tu es pour moi aujourd’hui.

Merci pour ta gentillesse, ton soutien, ton humour et ton originalité qui ont soufflé sur mon enfance.

Merci de m’avoir tant aimée quand j’étais petite, puis supportée à l’adolescence ! Merci d’avoir toujours été là, même quand la discussion était tellement plus facile avec Maman ou que tu n’approuvais pas du tout mes décisions.

Merci surtout de ne pas avoir été un père parfait. Si tu l’avais été, comment aurais-je pu tomber amoureuse d’un autre ? Comment aurais-je pu accepter les défauts des garçons de mon âge ou gérer les petites déceptions que l’on rencontre parfois dans son couple ? J’aurais couru après des chimères toute ma vie.

Merci de m’avoir parfois traitée en petite Princesse quand j’étais enfant, mais de m’avoir le plus souvent traitée de la même façon que mes deux frères. Merci de m’avoir encouragée à être belle, à prendre soin de moi ; tout autant que de m’avoir accompagnée dans mes devoirs de maths.

Merci d’avoir aimé Maman comme tu l’as fait, et comme tu continues de le faire. Merci de t’être montré fier de ton amour pour elle, d’en avoir témoigné au quotidien devant nous tes enfants tout en cultivant le mystère de votre intimité. C’est grâce à cela que j’ai toujours eu une si belle image de la vie de couple.

Merci d’être le grand-père que tu es et que je découvre depuis quelques années. Merci d’être pour mes enfants le même homme que celui que j’ai toujours connu. J’aime tant ces moments où j’ai l’impression de te retrouver il y a 20 ans. Mais je me demande si je ne préfère pas encore les surprises que tu réserves : ces moments ou tu joues follement avec tes petits-enfants et où je ne te reconnais presque plus. Les grands-pères sont peut-être tellement plus libres que les pères.

Merci pour ton regard qui brille que tu posais sur moi quand j’étais enfant et que tu poses encore sur moi. Merci pour ce regard pétillant que je retrouve maintenant dans les yeux de mon fils. En me mariant, je rêvais d’avoir des garçons qui ressembleraient à mon mari. Aujourd’hui (qui me l’aurait dit à l’adolescence ?), je suis heureuse de retrouver dans mon fils les traits de son papa mais aussi le regard de son grand-père.

Comme il est difficile de finir cette lettre sur un ‘’Je t’aime’’. Curieusement, on ne se le disait jamais quand j’étais petite. Je ne crois pas que je ne vais pas oser te l’écrire ici… mais je crois que tu connais le fond de mon cœur maintenant.

 

Je t’embrasse tendrement…

 

Ta fille,

Charlotte

 

© pinterest

  • Ma grossesse
    semaine après semaine

    Retrouvez chaque semaine :

    • Des infos personnalisées
    • Les conseils de nos experts
    • Un rappel des démarches
    • Nos bons plans
    Je m'inscris

    Renseignez la date prévue de votre accouchement

  • Jeux concours - Les cadeaux de Maman Vogue