Les superparents en font-ils trop ?

Les superparents en font-ils trop ?

Ils nous font rêver ces parents, tirés à quatre épingles, tout comme leurs enfants, quand vous avez à peine eu le temps de vous passer un coup de peigne et remis les habits froissés de la veille en toute hâte.
Ces mêmes parents qui jouent des heures avec leurs enfants, sans jamais s’énerver, à des jeux d’inspiration Montessori parfaits pour leur développement, tandis que vous avez du mal à trouver quelques minutes de libres dans le rush d’une journée chargée pour vous asseoir aux côtés des vôtres.

Mais comment font ces parents parfaits qui ne semblent jamais faire d’erreur quand vous avez l’impression d’enchaîner les faux pas et paraissent appliquer à la lettre le manuel du parent idéal alors que vous tâtonnez chaque jour dans le rôle le plus difficile de votre vie ? Vous qui avez cette désagréable sensation de courir tout le temps et après le temps ?

Les mêmes faiblesses – le même objectif

Sont-ils réellement si sûr d’eux et compétents ? Ou bien cela ne cache t-il pas finalement les mêmes faiblesses que tous les autres parents… incertitude, peur de se tromper, découragement…

Elever des enfants n’est facile pour personne. Croyez le ou non mais ces superparents que vous enviez tant ne le sont probablement pas plus que vous.
Derrière leur calme impassible et leurs sourires, derrière toute l’énergie qu’ils consacrent à leur progéniture pour être certains que ceux-ci sont les mieux habillés, parlent anglais à 4 ans, développent leur motricité fine comme des pros et pratiquent milles-et-unes activités, il y a le même désir partagé par tous les parents : ils veulent le meilleur pour leur enfant.

Soyons honnêtes, c’est ce que nous voulons tous. Et si certains semblent y parvenir mieux que d’autres, ce n’est pas forcément vrai.
En montrant ainsi de façon ostentatoire la réussite de leur vie familiale, ils cherchent aussi à se rassurer dans le regard des autres et obtenir la confirmation qu’ils réussissent bien leur mission.
Cela ne veut pas dire pour autant que les choses sont plus faciles pour eux, que leurs enfants sont moins colériques, dorment comme des anges et mangent des brocolis à tous les repas sans être sûrs d’avoir le droit de regarder leur dessin animé préféré ensuite.

Il n’y a pas de parents parfaits comme il n’y a pas d’enfants irréprochables.
Et si vous creusez un peu, il est probable que ces hommes et femmes que vous croisez au parc et que vous enviez tant n’ont pas une vie plus facile que la votre. Peut-être même que vous vous en sortez mieux..

Lâcher la pression

Toute la pression autour de la maternité sur l’éducation, la puériculture, les perturbateurs endocriniens, etc..  parasite nos pensées.
Gilet jaune et triangle obligatoires dans les voitures, détecteurs de fumée pour les maisons, casques de vélos pour les promenades, contrôle technique et contre-visite… Sous prétexte de vouloir nous protéger, la société actuelle nous bride et nous contrôle. On se doit de penser à tout, tout le temps. On n’a plus le droit à l’erreur.

Et si on lâchait un peu ? Plutôt que de regarder les voisins, ou de vaquer à vos occupations dès le pas de la porte passé (lancer une machine, préparer le dîner, sortir les devoirs, faire couler le bain…) octroyez-vous un petit temps de décompression ou de respiration :vous pourrez  profiter – vraiment- de vos enfants après.

Chacune sa méthode pour être une bonne maman, mais il me semble que l’on aura vraiment réussi quand notre enfant se sentira aimé, protégé, et accompagné dans toutes les étapes de sa vie !

 

Credit photo : ©Pinterest

À lire aussi :

Education positive ou parentalité affirmée ? Merci Charlotte Uvira de répondre à nos questions !

Je ne me sens pas libre de choisir la méthode d’ éducation que je souhaite

Éducation ; La règle c’est qu’il n’y pas de règle

Marie Cauquil O'Kelly

La rédactrice M.OC