Les pensées positives pour un accouchement sans douleur

Les pensées positives pour un accouchement sans douleur

Garder confiance en soi en en son bébé, évacuer doutes et peurs, respirer de la bonne manière… voici quelques clefs pour vivre un accouchement serein. Ne vous occupez que de vous-même et de vos sensations, tout le reste sera géré par la sage-femme, le médecin ou votre mari. Focalisez-vous sur votre ressenti, vos contractions, la descente de bébé, votre instinct.

Votre corps est fait pour donner la vie, faites-lui confiance !
Voici quelques conseils qui vous aideront à réduire la douleur pendant l’accouchement.

De l’amour pour un accouchement naturel

D’après Ina May Gaskin, sage-femme américaine, avoir des gestes d’amour et d’affection avec son mari, s’embrasser, s’enlacer permettrait une libération plus forte d’ocytocine, hormone de l’amour et de l’accouchement. Cela favorise l’ avancée du travail en le rendant plus efficace.

Il faut créer une bulle d’intimité intérieure, conseillée par Ina May Gaskin dans son fabuleux livre “Le Guide de la naissance naturelle”. Beaucoup de femmes ne souffrent pas grâce à cet environnement doux et serein qui règne dans la salle, cette bulle d’amour et de tendresse. La présence de la sage-femme qui vous a accompagné tout au long de votre grossesse et qui respecte ce besoin d’intimité est évidemment un gros plus.

La visualisation positive

La visualisation positive consiste à imaginer et se concentrer sur des images agréables et positives pour éviter de se focaliser sur les contractions et les sensations désagréables. La douleur est fortement réduite de cette façon.

Tout d’abord prenez de profondes inspirations et essayez de visualiser ces images en fermant les yeux :

– Image de votre souffle qui, à l’inspiration, par des pieds (la terre) et monte jusqu’au-dessus de la tête (le ciel) et repart ensuite à l’expiration vers la terre.

– A chaque contraction, pensez à une vague qui vous submerge. Puis qui vous ramène au bord de l’eau et vous laisse en paix dès que la contraction s’atténue et passe. Profitez ensuite de ce sentiment de paix où vous pouvez vous reposer avant que la prochaine contraction ne vous emporte à nouveau dans son tourbillon.

– Vous pouvez également essayer de visualiser votre bébé : imaginez-le en train de suivre ce passage à l’intérieur du bassin et visualisez ce chemin peut vous aider à comprendre à quoi servent vos contractions. Ainsi, vous êtes en lien avec votre bébé, vous l’encouragez et l’accompagnez par la pensée.  Ces images peuvent vous aider à donner du sens à la douleur que vous ressentez et à ne pas vous laisser submerger par l’angoisse et le doute.

Les positions physiologiques

Pendant le travail n’ayez pas peur de bouger ! Soyez maître de votre corps et suivez votre instinct, ce que votre corps vous dit pour être le mieux possible pendant le travail et pendant l’expulsion.
Vous pouvez choisir la position au feeling et ne pas réfléchir, le corps sait très bien gérer tout seul (!) ou bien suivre les conseils de votre sage-femme sur les différentes postures physiologiques adaptés à la position de votre bébé afin de lui faciliter le passage. 

Le livre de Bernadette de Gasquet, Accouchement la méthode de Gasquet est vraiment top. Elle présente différentes positions physiologiques à réaliser pendant l’accouchement pour libérer le bassin, faciliter le passage du bébé, abaisser la douleur, etc.

Accepter les sensations et la douleur

Une chose est sûre vous n’allez pas accoucher par l’opération du Saint Esprit ! Rappelez-vous qu’il est tout à fait normal et physiologique que la douleur soit présente : votre corps bouge et se modifie car bébé est en route.
Il est important de bien intégrer cela, pour ne pas stresser ou avoir peur de nos ressentis corporels pouvant être impressionnants.

Essayez d’atteindre cette bulle où ne se trouvent ni pensées, ni intellect, ni raison. Parvenir à atteindre cette bulle par un lâcher prise total vous permettra de vivre le travail de façon beaucoup plus légère.

Les pensées positives

Répétez-vous le plus de fois possible des phrases positives « J’en suis capable », « je fais confiance à mon corps et à mon bébé », « je n’ai pas peur », « tout va bien se passer », « chaque contraction me rapproche de mon bébé », « ce qui est bon pour moi est bon pour mon bébé », « je suis une femme enceinte magnifique »…

Ces phrases vont aider votre subconscient à se concentrer sur votre capacité naturelle à donner naissance, votre force et votre résilience. Evacuer la peur que vous pouvez ressentir, construire votre confiance en soi sont vraiment les clefs principales d’un accouchement serein !

Une bonne respiration pour un accouchement réussi

Pour Ina May Gaskin, la bouche, la gorge et l’utérus sont totalement liés. La respiration lente et profonde facilite l’ouverture des sphincters . 

Deux techniques que conseillent Ina May Gaskin

  • Inspirez lentement puis expirez lentement et profondement comme si l’on soufflait sur une bougie sans vouloir éteindre la flamme.
  • On relâche complètement les lèvres et on souffle un bon volume d’air avec une certaine pression pour les faire doucement vibrer, comme pour imiter le bruit que fait le cheval. 

Lire aussi

Sophrologie et grossesse ; Comment préparer un accouchement relax ?

Témoignages; Donner la vie, tout m’a semblé si naturel