Les devoirs : comment les faire le plus sereinement possible

Les devoirs : comment les faire le plus sereinement possible

Il faut bien l’avouer, c’est la corvée pour tous –enfants et parents- mais on ne peut y couper. Le travail scolaire après une journée d’école est difficile. Alors, on prend les choses en main pour que tout se passe bien car « ce qui est fait n’est plus à faire ». On prend donc le taureau par les cornes et on installe, petit à petit, une habitude de travail que notre enfant gardera à vie. Même si c’est sa croisade, on peut l’aider un peu. Il n’est pas question de le regarder se laisser déborder.

Le but à atteindre 

L’autonomie c’est-à-dire lui apprendre à travailler seul, ce qui n’arrive pas d’un coup de baguette magique.

 Le décor 

Le mettre en condition : il se repose en prenant son goûter à la sortie de l’école, se prélasse un peu pour se détendre et récupérer puis se met au boulot. Il jouera après, quand les leçons seront apprises et les exercices faits. C’est la récompense !

Le calme: c’est mieux pour travailler. Aussi, on canalisera le petit dernier en lui mettant un DVD ou un jeu dans sa chambre, pour se consacrer au travail du plus grand. Si on en a la possibilité, on peut demander à un baby-sitter de s’occuper des petits (bain, dîner …) quand on fait travailler les grands ou à un étudiant de faire travailler les grands quand on s’occupe des petits.

Le matériel 

Un bureau (dans sa chambre) ou une table (salle à manger, cuisine…)  sur lesquels il étalera ses livres et ses cahiers. Si c’est possible, laissez-le choisir !

Un bon ouvrier a de bons outils. Il doit avoir ce qu’il faut pour travailler (crayons, encre, cahier, feuilles …). Ce n’est pas le moment de courir après la gomme ou l’effaceur qui ne fonctionne plus.

Être à côté de lui – ou pas loin- peut le rassurer, lui donner confiance car il sait que vous l’accompagnez dans cette tâche. Mais le parent qui aide l’enfant dans son travail doit être objectif, ne doit pas laisser ses inquiétudes prendre le dessus car l’affect est forcément présent. Il ne doit pas être un deuxième professeur mais une aide qui lui montre l’intérêt de ce qu’il apprend.

Le travail 

Ne pas passer trop de temps dessus. Au-delà d’un certain temps (1/4 d’heure en CP) ils explosent et vous aussi ! Plus rien ne rentre dans leur tête, tout le monde s’énerve, ce qui est le contraire de l’effet recherché.

Toujours l’encourager, désamorcer les tensions, être positif face au travail demandé par la maîtresse, être exigeant mais bienveillant pour un travail bien fait.

Dans certaines familles, les devoirs peuvent virer au cauchemar. Il faut être conscient que cela peut « briser » une relation parent/enfant. Si c’est le cas, il n’est pas question de continuer ainsi. La mère n’est pas une institutrice, elle est juste une aide. Aussi, si on le peut, on se fait aider en le laissant le soir à l’étude de l’école, ou en demandant à un tiers(étudiant, jeune fille, voisine, grand-mère …) de nous prêter main forte. Sans oublier le père bien évidemment.

Le week-end, on trouve un moment pour organiser une « étude » familiale(le samedi par exemple). Tout le monde « bosse » en même temps et on passe le reste du week-end tranquille. Exit la panique du dimanche soir quand on réalise qu’il n’a pas terminé ses exercices de maths.

La méthodologie 

Pour les devoirs à la maison, elle reste du ressort des parents qui sont plus à même de connaître la façon de travailler de leur enfant (mémoire visuelle, auditive, kinésique, rapidité d’apprentissage, écriture laborieuse …). Mais on peut donner quelques pistes :

Dans les petites classes, on s’installe avec lui. En CP, il ne peut lire tout seul, il faut être là pour le guider et le corriger. La lecture à voix haute a besoin d’un public.

Leur faire apprendre les leçons avant de s’attaquer aux exercices. Ces derniers sont la suite logique des premières à savoir une application pratique des cours. Mais avant d’apprendre une leçon (de grammaire, orthographe, histoire, géographie, maths…), il faut s’assurer qu’il l’ait comprise. On ne peut mémoriser ce qu’on n’a pas compris. Aussi, s’il ne la comprend pas, on la lui réexplique avec des mots simples voire des schémas. Puis, on la lui fait réciter pour s’assurer qu’elle est acquise.

Pour une poésie, après l’avoir expliquée, l’idéal est de répéter une fois, deux fois, trois fois le vers à mémoriser jusqu’à ce qu’il se l’approprie et le connaisse par cœur. Quand il saura lire, il pourra découvrir et apprendre les poèmes sans aide.

Quant aux mathématiques, on l’aidera à trouver sa manière de travailler comme pour retenir ses tables (addition, multiplication) par exemple. Certains les apprendront comme une poésie, d’autres trouveront une technique pour s’en souvenir. On peut utiliser des jeux, des exercices maison, des manipulations d’objets. On peut passer par l’oral avant de restituer par écrit. Il finira par trouver une façon de faire qui fonctionnera.

Si l’enfant coince sur une matière, on peut s’aider de petits livres ou cahiers que l’on trouve dans le commerce ce qui permet d’apprendre autrement. On peut aussi s’aider de sites sur internet.

Le laisser un peu libre dans son apprentissage en trouvant la méthode qui lui convient le mieux mais ne jamais faire ses devoirs à sa place !

Petit à petit, on lui apprend l’autonomie. On partage les tâches : « tu apprends tes leçons et fais tes exercices, je te fais réciter et je corrige. Chacun son job ! ». En grandissant, on lui laisse peu à peu la bride sur le cou mais on vérifie quand même que le travail soit fait et bien fait, jusqu’au jour où il prend son envol et arrive à se gérer seul. Il n’y a pas d’âge pour ça (cela peut aller jusqu’à l’âge de 13 ans), tout dépend de la maturité de l’enfant, de son histoire personnelle, de sa volonté et de l’aide dont il a pu bénéficier.

Amélie de Garsignies

©AnnaClick

Lire aussi :

Pour ou contre les devoirs de vacances 

Ces mamans qui ont fait le choix de l’IF (instruction en famille)

Ecole à la maison Quand l’ief se passe mal

  • Ma grossesse
    semaine après semaine

    Retrouvez chaque semaine :

    • Des infos personnalisées
    • Les conseils de nos experts
    • Un rappel des démarches
    • Nos bons plans
    Je m'inscris

    Renseignez la date prévue de votre accouchement

  • Jeux concours - Les cadeaux de Maman Vogue