L’épisiotomie

L’épisiotomie

L’épisiotomie correspond à l’incision de la paroi vaginale et surtout du périnée (ensemble de muscles soutenant les organes génitaux, de la vulve à l’anus).
Elle est pratiquée par le médecin au moment de l’expulsion afin d’éviter les déchirures lors du passage du bébé. Elle préserve une bonne continence urinaire et anale ainsi qu’une bonne tonicité des parois vaginales.

Cette intervention est tout à fait bénigne, et est pratiquée très régulièrement sous anesthésie locale ou sous l’effet de la péridurale. Elle est toujours pratiquée quand le bébé est prématuré, pour éviter que sa tête ne force.
Pour un accouchement naturel, l’épisiotomie est pratiquée quand la tête du bébé est visible, au moment d’une poussée. L’épisiotomie est généralement pratiquée si le périmètre crânien du bébé est important, si le bébé est en souffrance fœtale ou encore si le médecin doit utiliser les forceps.

Cette incision mesure de 3 à 4 cm. Après intervention, la paroi vaginale est recousue, puis le muscle releveur de l’anus (celui que l’on contracte lorsque l’on veut se retenir de faire pipi) et enfin la peau du périnée.

Les 3 jours qui suivent l’épisiotomie ne sont pas des moments très agréables pour la maman, et il est souvent difficile de rester en position assise.
A la clinique on vous demandera d’utiliser un savon spécifique pour votre hygiène intime, de bien rincer et sécher. Les sages-femmes insistent sur l’importance de cette hygiène intime, condition essentielle à une bonne cicatrisation.

Comptez environ 3 semaines pour ne plus du tout ressentir cette sensibilité.

Louise G