Le syndrome prémenstruel, une bonne excuse pour expliquer notre mauvaise humeur  ?!

Le syndrome prémenstruel, une bonne excuse pour expliquer notre mauvaise humeur  ?!

Vous avez dû souvent remarquer vos petits troubles d’humeur qui précèdent l’arrivée de vos règles ? Rassurez-vous, nous sommes (presque) toutes pareilles à ce moment de notre cycle ! A quoi cela correspond-il ?

Il s’agit du syndrome prémenstruel (SPM). Le SPM est directement lié aux fluctuations hormonales de votre cycle : juste avant l’arrivée des règles, on observe une chute de la progestérone et des œstrogènes qui avaient été sécrétés en vue d’une potentielle grossesse. Lorsque la fécondation n’a pas lieu, ces hormones ne sont plus nécessaires. Leur production chute donc progressivement.
Cela entraine l’apparition d’une association de troubles physiques et psychologiques chez certaines femmes. Ces troubles apparaissent généralement dans les jours qui précèdent l’arrivée des règles et se poursuivent au début des règles.

Quels sont les signes ?

Le syndrome prémenstruel associe généralement des maux de tête, un gonflement et des douleurs aux seins, un ballonnement abdominal, des gonflements des mains, une irritabilité.

Il atteint les femmes de tous âges, indépendamment du fait qu’elles aient déjà eu, ou non, des enfants. Il peut être très bien supporté chez certaines ou au contraire entraîner des troubles difficilement supportables chez d’autres.

Comment le prendre en charge ?

  • Sensible à votre environnement, le SPM peut être déclenché ou majoré par toutes les formes de stress ou de conflits. Il vous est donc recommandé de diminuer le stress ou la fatigue dans cette période-là : limiter les sorties, les déplacements non indispensables, les tâches ménagères fatigantes (en voilà une bonne excuse !), les démarches difficiles. Il est également conseillé de supprimer les excitants (café, tabac, alcool) et d’évacuer toute forme de tension : c’est le moment de vous mettre au sport ou, pourquoi pas, au yoga !
  • Les médecines « douces » comme l’homéopathie, l’acupuncture, la phytothérapie, la mésothérapie peuvent également être utiles, avant de passer aux antalgiques ou au compléments hormonaux.
  • Si votre SPM est vraiment difficilement supportable, des compléments en magnésium, en vitamine B6 ou en progestérone (naturelle) peuvent vous être recommandés en association avec des antidouleurs.

Alors voilà, quand on vous reprochera d’être irritable dans cette période-là, vous pourrez répondre que vous n’y êtes pour rien : c’est votre « Syndrome Prémenstruel » qui est le responsable !

 

© photo Annaclick

Laure Laroche

Master de maïeutique à l'Université de St Quentin en Yvelines.
Sage-femme en maternité. Cours de préparation à la naissance et à la parentalité.
Formation master d'éthique biomédicale à l'institut politique Léon Harmel.