La mort subite du nourrisson – Et si tout s’arrêtait ?

La mort subite du nourrisson – Et si tout s’arrêtait ?

La mort inattendue du nourrisson (MIN) ou mort subite du nourrisson (MSN) représente, dans les pays développés, la principale cause de mortalité de l’enfant entre l’âge d’un mois et un an. Toutes les mamans ont peur que tout chavire en quelques secondes et ont du mal à quitter bébé des yeux chaque minute. Alors, concrètement, que peut-on faire pour l’éviter au maximum ?

Qu’est ce que la mort inattendue du nourrisson ?

Elle désigne le décès subit et imprévu d’un nourrisson de moins d’un an, apparemment en parfaite santé.
Ces décès surviennent le plus souvent lorsque l’enfant dort et demeurent inexplicables, même après une enquête approfondie.
Bien qu’aucun médecin ou chercheur ne sache comment prévenir la mort inattendue du nourrisson, les études les plus récentes montrent qu’il existe des moyens de protéger votre bébé.

Quels sont ces moyens de protection ?

Les positions de sommeil

Les études menées ont démontré que la mort inattendue du nourrisson est moins fréquente chez les nourrissons qui dorment sur le dos.

A faire :

  • Couchez bébé sur le dos.
    Cependant, dans certains cas, l’état de santé de l’enfant peut exiger qu’il dorme sur le ventre. Consultez au préalable votre médecin afin de discuter des besoins particuliers de votre bébé.
  • Dans une turbulette s’attachant aux épaules (pas de couvertures, risque de glisser en dessous).
  • Sur une surface ferme et plate.

A noter : bébé dort sur le dos mais peut jouer sur le ventre ! Cette position possède de nombreuses vertus (digestives, développement moteur et musculaire, prévention de la plagiocéphalie), mais implique aussi quelques règles :
Installé dans un endroit protégé, sur un tapis type tapis d’éveil, bébé peut être placé sur le ventre, s’il est éveillé et sous votre constante surveillance. Ceci peut se faire sur de courtes périodes et selon le confort de bébé.

Si votre bébé est capable de se retourner sur le ventre tout seul, il n’est pas nécessaire de le forcer à dormir sur le dos.

A strictement éviter :  

  • Les matelas et oreillers mous.
  • Les objets, les jouets en peluche dans le berceau.
  • Les tours de lits, car ils peuvent gêner la circulation d’air autour du visage de votre enfant.
  • Les plastiques, comme l’emballage qui recouvre un matelas neuf, peuvent aussi nuire à la circulation d’air.
  • Le co-dodo est à éviter.
    De plus, le bébé court un risque plus grand s’il dort avec un fumeur ou encore avec quelqu’un qui a consommé de l’alcool ou une autre drogue qui altère les réflexes. Le risque de la mort inattendue du nourrisson augmente si le bébé dort avec un fumeur.

L’environnement pendant son sommeil

Tout d’abord, ménagez un milieu sans fumée et sans drogues (dont alcool) à votre bébé, avant et après sa naissance. Ne laissez personne fumer en présence de votre bébé : l’impact sur sa santé et sur le risque de mort inattendue du nourrisson est prouvé et significatif.

Ensuite, visez une température de chambre entre 18 et 21 degrés : ni trop froid, ni trop chaud !
Si vous ne disposez pas de thermomètre d’intérieur ou de régulateur de température, fiez-vous à votre sensation : si la température vous convient, elle lui conviendra aussi.
Toutefois, afin de vous assurer qu’il n’a pas trop chaud, placez votre main sur sa nuque : vous ne devez pas y déceler de traces de sueur. Utilisez des gigoteuses légères que vous pouvez ajouter ou enlever selon la température de la pièce.

Il est à noter que l’allaitement présente des avantages importants pour la santé du nourrisson et peut aider à le protéger contre la mort subite du nourrisson.

Enfin, concernant la tétine ou sucette, la Société Française de Pédiatrie vous signale une information supplémentaire sur la prévention de la mort inattendue du nourrisson : « Une étude scientifique américaine montre le rôle protecteur de l’usage d’une tétine pendant le sommeil. L’Académie Américaine de Pédiatrie se prononce en faveur de cette pratique pour les bébés entre 1 mois et 1 an, en plus des recommandations habituelles, qui restent essentielles et qui concernent le couchage. »

© Crédits photos Albane de C, pour Maman Vogue

Sources :
Site officiel périnatalité
Fondation canadienne pour l’étude de la mortalité infantile,
Institut canadien de la santé infantile,
Société canadienne de pédiatrie et Santé Canada
Société Française de pédiatrie.

Marie Duval

Infirmière puéricultrice, Marie travaille à la maternité catholique Sainte Félicité.
Munie d'une expérience en néonatalogie, elle suit également une formation en Lactation.
Marie est évidement fan de bébés, mais elle a surtout le don de se multiplier! Elle court après 150 projets, et 24h dans une journée n'est jamais suffisant!