La joie du repas du soir, on en parle ?!

La joie du repas du soir, on en parle ?!

Avant d’avoir des enfants, le repas du soir, c’était simple.
Tu ouvrais le réfrigérateur et tu faisais avec ce qu’il y avait dedans (rien, la plupart du temps).
Puis, le concept de bouche à nourrir t’est apparu progressivement.
Au début, le repas du soir consistait à leur mettre du lait dedans. Facile.
Mais très vite, le pédiatre t’a parlé diversification alimentaire, repas équilibré et tutti quanti.
Alors, le repas du soir est devenu ton pire ennemi. Celui qu’il a fallu ajouter à ton planning chargé de mère nouvellement nommée.
Tu as donc retroussé tes manches et tu es partie à l’assaut. Comme tu sais qu’on gagne rarement une bataille seule, tu as demandé conseil aux initiés.

A commencer par ta mère. Des milliers de repas du soir à son actif. Dans tes souvenirs, tu as toujours mangé à ta faim, et même que c’était équilibré.Son secret ? Une liste de repas épinglée sur le frigo. D’où émane une liste de courses pour concocter lesdits repas.
L’idée te convenait assez, mais très vite, la galère des repas du soir s’est transformée en galère de la trouvaille des repas du soir. Il fallait faire deux listes et pendant ce temps-là, celle des choses à faire, elle, ne cessait d’augmenter.
Tu t’es tournée vers ta meilleure amie. Quatre enfants en sept ans et une organisation millimétrée. Une liste de courses préenregistrée sur son ordinateur. Un Drive récupéré toutes les semaines à la même heure. Respect et considération.
Tu as dû l’admettre : faire tes courses sur un écran, ce n’était pas ton truc. Non pas que les néons blafards du supermarché te manquaient, mais tu as quand même moins de chance de te tromper entre 6 bouteilles de lait et 6 packs de lait quand tu es dans le rayon.
C’est alors que tu as pensé à ta jeune collègue : le contenu de son tupperware avait toujours l’air appétissant. Une discussion pendant la pause méridienne plus tard, tu avais ta solution. Ta collègue se faisait livrer, tout simplement. Pas de liste, pas de préparation.
Une semaine de Deliveroo plus tard, tu t’es rendue à l’évidence : non seulement le livret A que tu avais ouvert pour tes enfants n’avait aucune chance de recevoir un centime, mais l’alternance kebab/pizza ne recouvrait que moyennement leurs besoins en vitamines.
Au moment où tu pensais abandonner la bataille, ta sœur t’a parlé de son dernier achat en date : son livre de batch cooking. Deux heures pour préparer les repas de toute la semaine, la promesse était de taille. Ton optimisme en a pris un coup quand tu t’es aperçue que l’ingrédient principal décliné dans quatre repas sur sept était la lentille, abhorrée par ta progéniture.
Face à tant de haine, tu aurais pu renoncer. Mais tu n’avais pas mené un tel parcours du combattant pour abandonner si près du but.
T’est alors venue une idée. Sans doute la meilleure de ces dernières semaines : remplacer les lentilles par des pâtes. Economique, facile à cuisiner, équilibré.

Caroline V.

Photo ©Isabelle Dohin pour MAMAN VOGUE