Jeux de société : vous n’imaginez pas tout ce que votre enfant apprend en jouant

Jeux de société : vous n’imaginez pas tout ce que votre enfant apprend en jouant

Nous sommes beaucoup à rêver de dimanches pluvieux qui se passeraient dans la joie et la bonne humeur autour d’une partie de Monopoly en famille et une bonne odeur de chocolat chaud. Au lieu de ça, on se retrouve avec des enfants hilares qui inventent leurs propres règles du jeu, d’autres qui se battent car ils ne veulent pas attendre leur tour ou d’autres encore qui partent en pleurant car ils ne veulent pas perdre…

Courage, les grandes parties en famille, ça va venir ! Mais pour cela, il faut un peu de préparation et de stratégie. L’amour des jeux de société, c’est comme l’amour de la lecture ou de la cuisine, ça s’apprend petit à petit. On vous donne aujourd’hui quelques conseils pour mettre vos enfants en douceur à des jeux de société. Si c’est un peu compliqué chez vous, ne baissez pas les bras : vous serez étonnée de savoir tout ce que vos enfants peuvent apprendre en jouant !

Doucement, prendre l’habitude de jouer ensemble

Il faut de la patience, de la concentration, un peu de structure et surtout, des bons jeux adaptés à l’âge des enfants. Doucement, sans même vous en rendre compte, vos parties en famille vont devenir plus calmes, plus longues et, surtout, beaucoup plus conviviales !

  • Mettre la barre à la bonne hauteur

Si sur la boîte du jeu, c’est écrit “À partir de 5 ans”, croyez cette boîte ! Ne vous dites pas que votre fils de 3 ans est déjà si malin qu’il devrait très bien pouvoir faire ce jeu. Lui acheter un jeu conçu pour des enfants de 2-3 ans de plus que lui sous prétexte que ça va le stimuler davantage, c’est risquer de le lancer dans un jeu trop compliqué, où il va vite perdre pied et dont il se désintéressera forcément. Pourquoi prendre le risque de mettre votre enfant en “situation d’échec“ pour un simple jeu de société ?

  • Ne jamais oublier que jouer doit être un plaisir avant tout

Mais si c’est votre grande qui se passionne pour ce jeu “À partir de 5 ans”, alors qu’elle en a 10, laissez-la faire ! Inutile de se moquer d’elle ou de l’inviter un peu trop catégoriquement à se tourner vers des “jeux de grandes“. Le plus important dans les jeux, c’est de s’amuser. Laissez-là aller à son rythme. Jouer aux Petits chevaux jusqu’à ses 15 ans n’a jamais tué personne. À travers ce jeu, peut-être que votre fille replonge dans des souvenirs d’enfance, s’accroche à un rituel qu’elle aime. Elle finira bien par se tourner d’elle-même vers autre chose.

  • Créer en famille une ambiance et un environnement agréable pour jouer

Si vous avez du mal à faire asseoir vos enfants autour d’un jeu de société, mettez-en place une routine agréable pour tous. Avant tout, il faut que vos enfants soient en état de se poser et de se concentrer un moment. Ne leur sautez donc pas dessus dès leur retour de l’école avec votre boîte de jeu à la main mais privilégiez plutôt le week-end. Installez-vous à une table confortable pour tous (jouer assis par terre dégénère toujours plus rapidement…), où chacun peut avoir accès au tableau de jeu, aux pions, aux dés facilement… Si vous voulez que votre petit dernier s’intéresse vraiment à la partie, mieux vaut l’assoir sur 3 coussins plutôt que de lui expliquer que c’est son Papa qui va faire avancer son pion ! Demandez à vos enfants de vous aider à tout installer, ne soyez pas les “grands organisateurs“ de la partie : plus votre enfant pourra participer (comme distribuer les cartes ou faire la banque au Monopoly !), plus il s’investira dans un jeu.

jeux de societe

1, 2, 3… Que la partie commence !

Quand les parties en famille commencent à bien se dérouler, c’est que doucement, vos enfants apprennent à se poser, à réfléchir, à se concentrer…

Chez les enfants, la première des qualités qu’il faut développer autour d’un jeu de société c’est la patience. L’enfant n’a pas tout le temps les dés ou les cartes, il doit attendre son tour, accepter de ne rien faire, de ne toucher à rien, pendant que c’est un autre qui joue.

Attendre son tour, c’est être patient mais également comprendre pourquoi on doit attendre, et comprendre à quel moment on va pouvoir arrêter d’attendre : « Après lui, et puis lui, ce sera à moi de jouer. » C’est une logique que l’enfant doit comprendre puis suivre, un début de règles à respecter.

Et ces règles à respecter lui disent quand il peut jouer mais également ce qu’il doit faire. À partir de là, et car il existe des jeux de toutes les sortes (jeux de plateaux, jeux de cartes, jeux de dés, jeux de mémoire, de stratégie…), l’enfant va apprendre à observer, à mémoriser, à compter, à planifier, à négocier, à faire des déductions… et tout cela avec beaucoup de concentration. Bref, les jeux de société vont faire travailler à plein régime les cellules grises de vos petits, et ça ne peut être que bénéfique pour eux.

Comment gérer la compétition et les mauvais perdants ?

Voilà le fléau des parents quand ils sortent un jeu de société : le mauvais perdant ! L’enfant qui refuse de perdre et qui part en pleurant, jette son pion à travers la pièce ou, pire encore, celui de son frère qui va gagner ! Car l’enfant, en apprenant à jouer, doit apprendre… à perdre aussi !

Il y a des familles où on s’arrange pour laisser gagner les enfants pour éviter les drames ; d’autres où « La règle, c’est la règle » et où on pense qu’il est bon d’apprendre à perdre dès le plus jeune âge. À chaque parent de décider en son âme et conscience : faut-il confronter les jeunes enfants aux réalités de la vie ou les en protéger le plus longtemps possible ? C’est un sujet bien trop délicat pour que nous vous donnions notre avis mais nous pouvons vous orienter vers une excellente solution : les jeux coopératifs !

Dans ces jeux, souvent conçus pour les touts petits, on ne joue pas les uns contre les autres mais on joue tous ensemble ! Soit, on joue ensemble contre quelqu’un comme, dans les 2 plus célèbres : le loup (Le jeu du loup, Nathan) ou le corbeau (Le verger, Haba). Soit on joue tous ensemble pour réaliser quelque-chose, comme par exemple sauver un petit groupe d’animaux dans Little cooperation de Djeco, jeu qui est en train de devenir un grand classique pour les touts petits.

Une autre astuce avant de vous laisser partir jouer en famille : pour les jeux de courses (Petits chevaux, Jeu de l’Oie, Course des escargots…) un truc qui marche assez longtemps dans certaines familles : féliciter chaleureusement le vainqueur, celui qui “a gagné le premier”, puis s’enthousiasmer tout autant pour le “gagnant numéro 2”, puis pour le vainqueur “numéro 3” ! Essayez, si vous y mettez du cœur, il n’y aura plus jamais de mauvais perdants chez vous !

 

Mathilde Patterson

© Annaclick

Lire aussi

Les jeux de société cultes à partager en famille

Ces objets du quotidien que nos bébés adorent

Et si on offrait à nos enfants des jeux intelligents ?

  • Ma grossesse
    semaine après semaine

    Retrouvez chaque semaine :

    • Des infos personnalisées
    • Les conseils de nos experts
    • Un rappel des démarches
    • Nos bons plans
    Je m'inscris

    Renseignez la date prévue de votre accouchement

  • Jeux concours - Les cadeaux de Maman Vogue