Je suis mère au foyer et j’en suis heureuse ! Alors ne me dites pas …

Je suis mère au foyer et j’en suis heureuse ! Alors ne me dites pas …

Mère au foyer, voilà, c’est ça mon métier; mère au foyer. J’aime cette vie que j’ai choisie. J’aime cette vie que j’ai la chance de vivre. J’aime mon métier entourée de mes enfants, et oui je suis heureuse ! Alors ne me dites pas …

Tu ne regrettes pas d’être mère au foyer à la longue ?

Depuis que j’ai arrêté de travailler, je n’ai jamais regretté mon choix de vie, notre choix de vie. Jamais. Même les jours difficiles, ceux où tout nous pèse, où les circonstances pénibles s’enchaînent. Même ceux pendant lesquels je suis fatiguée, lessivée, harassée, et pendant lesquels les enfants sont odieux. Ces journées qu’on ne voit pas se terminer… Mais c’est comme tout, il y a des jours avec, et des jours sans. Et je l’avoue, quelquefois, je me plains bien trop facilement

Toute ma vie, j’ai rêvé d’être une maman : quand on me demandait petite ce que je voulais faire, je disais « m’occuper de mes enfants ». Ne me serinez pas de discours féministes, gardez votre conception vieillotte de la mère au foyer qui n’est pas accomplie et qui gâche ses compétences si vous, vous voyez les choses comme cela. Je suis femme au foyer, et j’aime ça.

Je ne vous fais absolument pas de manifeste contre les femmes qui travaillent, bien évidemment que non ! Je pense qu’il faut juste se connaitre assez, bien en discuter avec son conjoint, envisager toutes les options possibles (arrêt total, ou bien si cela est possible à l’endroit où vous travaillez de passer aux 3/4 temps, ou mi-temps, arrêt à durée déterminée, etc.). C’est comme tout, il y a des avantages et des inconvénients… le tout est d’y trouver son ÉQUILIBRE, d’être épanouie, et de ne pas faire de choix par dépit. Au moment où vous devrez faire un choix, les choses doivent être claires pour que vous ne vous sentiez pas étouffées, voire carrément prises au piège.

J’admire ces mamans qui travaillent, qui doivent jongler entre boulot, enfant, vie familiale. Je ne sais pas comment elles font. Je n’y arriverai pas, ça je vous l’assure. Mais ce qui est drôle, c’est qu’une de mes meilleures amies a un super poste, la vraie femme active dans toute sa splendeur, la business woman qui essaie de concilier son travail et sa vie avec son conjoint et ses enfants… et elle me dit elle-même qu’elle m’admire. Parce qu’à la fin de ses congés maternité, elle trépignait de revenir à son travail, de reprendre une vie « active »… Et c’est vraiment une super maman elle aussi. On a toutes un rôle à jouer dans la société, l’important est d’y trouver sa place.

Mais tu ne t’ennuies pas ?

Ah bah non non, je t’assure que non. Quel doux mot que le mot « ennui »… c’est joli, c’est beau… et il n’est plus apparu dans ma vie depuis un moment tiens. Sérieusement, avec 3 enfants en bas âge dont un petit exclusivement gardé à la maison, je n’ai pas le temps de m’ennuyer ! Un jour ne dure que 24 heures… et il y a tant à faire dans une journée ! De plus, je suis du genre ordonnée et organisée, et une maison (même si la mienne n’est pas non plus immense !) à tenir, c’est du travail.

Et ta vie professionnelle ?

Oui c’est sûr, il m’arrive de me dire que mes études ne m’ont servi à rien. Bon ça c’est quand je vois tout en noir, parce qu’en fait, j’ai tout de même acquis certaines compétences, j’ai rencontré pendant mes études mes meilleurs amis  et mon mari (accessoirement😉 !), et même s’il paraît bien enfoui, j’ai ce « bagage » niveau diplômes…

J’ai fait des études… assez longues même. Double cursus, bac +5, ce n’était pas trop mal parti. Au moment de choisir un métier, j’étais assez embêtée : on ne me proposait qu’un travail à l’étranger (un changement de continent, l’année où je préparais mon mariage, c’était tout de même embêtant…), ou bien il fallait que je passe des concours… ce qui ne m’enchantait pas vraiment. J’ai donc fait quelques petits boulots de remplacement, sans être vraiment vraiment motivée, ni enthousiaste. Je devais m’occuper quoi. Et puis, je ramenais un peu d’argent. J’ai eu mon premier enfant. Et très vite, mon deuxième. S’en est suivi le grand souci que beaucoup (voire toutes) de femmes « actives » connaissent… la garde des enfants. Pas de places en crèche évidemment. Au fond, quand on enlevait les frais de garde, je ne travaillais que pour ne gagner que quelques euros… je ne m’éclatais pas dans mon travail, bien au contraire, et le peu de temps passé au bureau me faisait culpabiliser parce que je n’étais pas avec mon bébé… A la naissance de monsieur A., après en avoir bien évidemment discuté avec mon mari et pesé le pour et le contre (autant vous dire que la colonne « pour » était largement plus fournie que la « contre »), c’était décidé, je serai… femme au foyer. Et quel bonheur… cela fait donc 4 ans et demi maintenant, et je ne me vois pas faire autre chose.

jolis enfants

Et au niveau financier, vous arrivez à gérer avec un seul salaire ?!

Oui, il n’y a donc que le salaire de mon mari (et un petit complément puisque j’ai travaillé les premières années de notre mariage). Sommes-nous malheureux ? Non. Sommes-nous habillés en guenilles ? Non plus. Avons-nous une charrette en guise de moyen de locomotion ? Ah non plus ( ok la voiture est un peu cabossée mais ce n’est pas de ma faute !) Partons-nous toutes les vacances aux Bahamas ? Aux Seychelles ? En Polynésie ? Non, et vous non plus je suppose. Ou bien si c’est le cas, tant mieux pour vous, ce doit être super. Nous essayons de partir pendant les vacances, même si les destinations sont moins exotiques, mais les enfants sont ravis, nous aussi. Et puis nous avons l’immense chance d’avoir mes parents dans une magnifique région (en toute objectivité) avec maison familiale, piscine et grand terrain pour accueillir pendant les vacances notre grande famille (4 enfants + les valeurs ajoutées, et 15 petits-enfants, je vous assure que nos loulous y passent les meilleurs moments de leurs vacances).

-pour rester dans le côté financier : « oui mais tu dépends de ton mari ». C’est vrai. Mais il dépend de moi aussi. Pas financièrement parlant, mais nous formons un couple donc par définition… Je vous rassure, je ne tends pas la main quand j’ai envie de m’acheter une robe. Si vous voulez tout savoir, c’est même moi qui tiens les cordons de la bourse comme on dit… (enfin, bon, c’est lui aussi sinon, on serait mal barré si ce n’était que moi😉 !). Nous partons du principe que l’argent qu’il gagne est pour nous deux, pour nous tous. Et moi, je n’en ramène peut-être pas mais du coup, pas de frais de nounou, de femmes de ménage et autres dépenses que nous pourrions faire si je travaillais à l’extérieur. Et puis, il faut oublier cette notion de travail salarié : une maman fait mille choses, gratuitement, bénévolement.

Oui mais tu ne cotises pas pour ta retraite !

La réponse choc : Si ça se trouve et au rythme où vont les choses, le système des retraites, dans 30 ans, il ne sera qu’un lointain souvenir… donc franchement, autant ne pas se faire de bile pour ça. Inconsciente que je suis.

Et ta vie sociale ?

Elle va bien, merci. Je n’ai pas de collègues à qui raconter ma vie à la pause café, mais j’ai de très bonnes amies avec qui je déjeune, prends des cafés, etc. J’ai la chance d’avoir un mari disponible si je veux sortir sans enfants avec mes amies, ou bien faire un peu de shopping, aller chez le coiffeur… Bref, autant j’ai choisi d’être maman à temps complet, autant il était clair dès le début que je voulais garder des moments  » rien que pour moi ».

 Et sinon, à part mère au foyer, tu fais quoi ?

C’est vrai que la femme au foyer ne brille pas pendant les dîners : vous n’allez pas raconter avec quels produits vous arrivez à récurer vos WC, ou bien quels sont les menus que vous avez préparés, ou votre routine de ménage…
A la question « et vous, que faites-vous comme travail ? », je ne peux pas répondre que je suis cadre sup dans telle ou telle entreprise. L’envie me prend quelquefois de répondre « je ne fais rien », pour couper court. C’est vrai, la société peut nous « mépriser ». Être maman au foyer n’est pas une position sociale facile à assumer, qu’on se le dise. Mais quelle importance ?
Ma seule ambition est d’être heureuse, et de rendre heureux mon foyer. C’est pour ça que j’ai choisi de totalement m’y consacrer. Et je n’ai pas non plus de talents particuliers, je ne suis pas sportive, je ne suis pas intellectuelle, je ne suis pas trop trop manuelle… mes plus belles créations et ma plus grande fierté sont au nombre de 3, bientôt 4.

Heureusement que c’est assez bien rangé chez toi, en même temps, tu n’as que ça à faire !

No comment

Anne-Carole,
blogueuse (www.lesbellespetiteschoses.com)

 

Les Mamans

Marie, Paola, Bérénice, Florence, Tiphaine, Astrid, Lorraine... Plus d'une centaine de mamans participent à l'élaboration de ce site, pour une plus grande diversité de conseils, d'avis, de bons plans, de coup de pouce et de témoignages.

Vous voulez nous aider ? Vous avez besoin de conseils ? Vous voulez donner votre témoignage ?
N'hésitez-pas à nous contacter !

  • Ma grossesse
    semaine après semaine

    Retrouvez chaque semaine :

    • Des infos personnalisées
    • Les conseils de nos experts
    • Un rappel des démarches
    • Nos bons plans
    Je m'inscris

    Renseignez la date prévue de votre accouchement

  • Jeux concours - Les cadeaux de Maman Vogue