« Je suis mère au foyer et je laisse mes enfants à la crèche, et alors ? »

« Je suis mère au foyer et je laisse mes enfants à la crèche, et alors ? »

La mère au foyer d’aujourd’hui n’a pas toujours bonne presse. Elle est bien souvent considérée comme inutile à la société, comme si elle ne faisait rien de ses journées. Ici, chez Maman Vogue, on sait bien que tout cela est faux. Et pour cause, une mère au foyer fait mille choses pendant la journée, parfois en même temps, et elle mérite autant de félicitations qu’une mère qui travaille. Pourtant, nombreuses sont les mères au foyer qui ont fait le choix de laisser, pour une journée ou plus dans la semaine, leurs enfants à la crèche. Cela pourrait paraître bien étrange aux yeux de certains, et pourtant c’est tout ce qu’il y a de plus normal.

Quand décider de les mettre à la crèche ?

Une mère qui doit reprendre le travail inscrit la plupart du temps son enfant à la crèche autour de 2 ou 3 mois. Une mère au foyer va les garder généralement un peu plus longtemps à la maison.

Mathilde est mère de six enfants entre neuf ans et cinq mois et demi. Femme d’agriculteur, elle ne travaille plus depuis la naissance de son aînée. « Dès qu’ils ont été sevrés, vers six ou sept mois, je les ai tous mis à la crèche, jusqu’à leurs trois ans. Je les mets en accueil régulier, une journée entière par semaine. »

Marie Emmanuelle, quant à elle, a d’abord inscrit son aînée, à un an, à la naissance de son second, puis quand celui ci a été un peu plus grand, elle l’a inscrit à son tour. D’abord en accueil occasionnel, puis en accueil régulier, deux jours par semaine.

Pourquoi mettre ses enfants à la crèche alors qu’on reste à la maison ?

Il existe des milliers de raisons pour lesquelles une mère au foyer voudrait s’accorder un ou plusieurs jours de liberté. « Je voulais avoir un jour dans la semaine pour moi, nous dit Mathilde, pour aller faire des courses, faire du sport, aller à des rendez-vous, ou tout simplement me reposer, notamment quand j’ai encore un tout-petit allaité à la maison ».

Les enfants de Marie-Emmanuelle n’ont que treize mois d’écart. « Ils sont maintenant presque comme des jumeaux. L’écart se réduit et le rythme est très intense quand ils sont avec moi. Il fallait les laisser à la crèche pour que je puisse m’occuper de moi et de la maison. En général, le matin je gère les courses et le ménage, et l’après midi je prends du temps pour moi. Je me fais une sortie ou je me pose pour lire. Au début cela me paraissait insensé de me soucier seulement de moi, alors j’étais obligé de mettre temps de lecture sur ma to-do list ! ».

Marie Louise a une situation particulière. « Ma deuxième a des soucis importants de santé, et je dois souvent aller avec elle à des rendez-vous médicaux. Je devais donc inscrire mon petit troisième (6 mois) à la crèche. Sa grande sœur y va aussi de temps en temps, je ne veux pas la surprotéger, elle doit pouvoir jouer avec des enfants de son âge et ne pas être tout le temps à la maison.  Et cela me libère du temps pour aller à la prière des mères ou à la messe, ou encore prendre un café avec les copines. Cela permet aussi de ne pas imposer aux enfants les temps de courses ou de ménage qui ne sont souvent pas très drôle pour eux ».

Est-ce bénéfique pour les enfants ?

Certains pourraient craindre de séparer l’enfant de l’environnement familial, alors qu’il pourrait y rester avant d’entrer à l’école. Peut exister aussi la peur de l’influence des autres, des microbes, etc… Et pourtant pour ces trois mamans n’y voient que des bénéfices.

« Ils s’habituent à être confiés et se frottent d’autres enfants que leurs frères et sœurs, pense Mathilde. C’est aussi l’occasion pour eux de faire d’autres choses, comme par exemple des activités que je ne peux pas forcément faire à la maison avec eux. »

Les enfants de Marie-Emmanuelle sont dans une petite crèche qui a instauré une pédagogie Montessori. « Ils ont des règles de vie en communauté. Par exemple, ils ont un petit panier où ils mettent leurs chaussons ou leur doudou après la sieste. Cela constitue une douce transition vers l’école. Ils apprennent des règles en dehors de celles de la maison. Et ils peuvent faire des activités différentes, aller à la bibliothèque par exemple ».

Ce qu’il faut aussi ajouter, en dehors du temps passé à la crèche, ce sont les retrouvailles le soir. Pour toutes ces mamans, les soirées sont bien différentes quand les enfants sont allés à la crèche. « Comme j’ai une eu journée avec moins de contraintes horaires, je suis plus détendue quand je les retrouve » dit Mathilde.

Et qu’en est-il de la culpabilité ?

Toute maman, qu’elle travaille ou non ressent de la culpabilité quand elle confie son enfant à d’autres.

Pour Marie-Emmanuelle, ce n’est pas toujours facile. « Je me sens coupable parce que je me dis que je pourrais m’en occuper et qu’ils pourraient être avec moi. Mais quand je vois à quel point ils aiment aller à la crèche, alors je me dis que c’était la meilleure chose à faire, pour eux et pour moi. Il faut savoir se poser la question : est-ce que mes enfants sont heureux ? S’ils le sont, alors pas besoin de culpabiliser.»

Marie Louise a ressenti cette culpabilité quand elle a laissé son aîné : « Mais dès que j’ai vu le bien que cela faisait pour moi et pour lui, je n’ai plus du tout ressenti cela après. »

Mathilde ressent cela la première fois qu’elle laisse ses enfants (entre 6 et 9 mois), « mais ce sentiment disparaît assez vite parce que ça se passe toujours bien » 

Que dire aux mauvaises langues ?

Pour Mathilde, confier ses enfants et prendre du temps seule, « cela fait partie de notre équilibre en tant que femme. Certaines femmes peuvent ne pas en ressentir le besoin, mais pour d’autres c’est primordial, que ce soit une journée, ou deux, ou plus. Nous les mamans, nous donnons 24h sur 24, et nous avons besoin parfois de nous retrouver un peu seules, comme toutes les femmes, pour se ressourcer et ainsi être fraîche et disponible pour nos enfants ».

« Une maman est non-stop en mouvement, nous dit Marie-Emmanuelle. On a besoin d’une journée où on reprend des forces. C’est pour mieux retrouver nos enfants, et être plus à fond quand ils sont là. On a du mal à avancer à côté quand ils sont à la maison. C’est compliqué de faire certaines choses avec des tout petits dans les pattes ! »

Pour Marie-Louise, ce n’est pas logique de travailler non-stop, 24h sur 24, alors pourquoi les mamans au foyer n’aurait pas le droit d’avoir une pause de temps en temps ? « Il faut se décharger mentalement, c’est vital pour nous ». Vital pour les mamans, mais aussi pour le couple : « Il faut apprendre à confier ses enfants. Une femme qui ne peut pas se ressourcer, cela se ressent dans son couple. »

Une femme au foyer est une femme qui a décidé, certes de rester à la maison pour s’occuper de son foyer, de ses enfants, mais elle n’est pas surhumaine. Donc oui, une mère au foyer a le droit, et même parfois le devoir, de laisser ses enfants de temps en temps (à la crèche, chez une nounou, ou même chez les grands-parents) et de penser à elle. Car nous sommes d’abord des femmes, et ensuite des mamans. Ces témoignages nous montrent à quel point cela est bénéfique pour soi mais aussi pour ses enfants.  Apprenons à nous décharger de cette culpabilité, et regardons la réalité en face : si je suis bien dans ma peau et dans ma tête, alors mes enfants le seront aussi. C’est le côté positif de l’aspect « éponge » de nos tout-petits !

Credit photo ©Virginie Hamon pour MAMAN VOGUE

Lire aussi :

Comment obtenir le précieux sésame : LA place en crèche?

J’ai décidé de laisser mon enfant à la crèche plutôt que de l’inscrire à l’école

Dix tenues chics et confortables pour la crèche

Tiphaine Crozon

Maman d’un petit garçon, passionnée par l’écriture et la littérature. Tiphaine échanger sur sa vie de jeune femme et de maman.

  • Ma grossesse
    semaine après semaine

    Retrouvez chaque semaine :

    • Des infos personnalisées
    • Les conseils de nos experts
    • Un rappel des démarches
    • Nos bons plans
    Je m'inscris

    Renseignez la date prévue de votre accouchement

  • Jeux concours - Les cadeaux de Maman Vogue