J’ai écouté mon instinct maternel et j’ai eu bien raison !

J’ai écouté mon instinct maternel et j’ai eu bien raison !

« Dès l’annonce de ma grossesse, mon mari et moi avions la conviction que nous serions de ceux que l’on appelle des parents poules. Avec ce tout petit être qui se tissait dans le secret, notre instinct de parents était né. Un sacré instinct, presque animal pour ma part.
Notre bébé est arrivé et au fil des semaines, nous avons inventé notre propre façon d’être parents. Nous avons tâtonné, en essayant de percevoir ce qui lui correspondait le mieux.

L’expérience des autres

L’arrivée d’un bébé cristallise l’attention et ce n’est pas pour nous déplaire. Car on pourrait en parler pendant des heures. Et quel bonheur de partager tous ces sujets de conversation avec d’autres qui ont déjà vécu les mêmes choses. C’est l’occasion de s’échanger de bons conseils, encore faut-il qu’ils soient partagés de façon bienveillante et reçus avec un peu de recul !

« Laisse-le pleurer », « habitue-le rapidement à être séparé de toi », « arrête du jour au lendemain l’allaitement, sinon il ne prendra jamais le biberon » … En voilà quelques-uns qui m’ont marquée. Ils étaient bienveillants et avaient certainement fait leurs preuves dans d’autres familles. Mais ils heurtaient mon instinct maternel à moi.

Le jour où j’ai choisi d’écouter mon instinct maternel

Nous avons parfois été tiraillés par la volonté de suivre les expériences des autres, pensant qu’il s’agissait de la seule façon de bien faire. Mais rapidement, nous sommes revenus à nos propres convictions. Car pourquoi faudrait-il tout précipiter ? Pourquoi faudrait-il  sevrer nos enfants à peine venus au monde, de tout ? Lorsqu’on en a la possibilité, ne peut-on pas les couver un peu, leur offrir ces quelques mois ou années de cocon avant de les projeter dans le tourbillon de la vie en société ?

Ce que mon instinct de mère me soufflait

  • Je n’ai jamais laissé pleurer mon bébé dans son berceau. Résultat : quelques semaines lui ont suffi pour faire ses siestes et quelques mois pour faire ses nuits.
  • Je le prends à chaque fois qu’il pleure. Car mon instinct de mère me dit qu’un bébé qui pleure a besoin d’être consolé par ses parents. Résultat : ce n’est pas pour autant un enfant capricieux.
  • Je ne n’ai jamais confié mon bébé pendant les 9 premiers mois de sa vie. Résultat : à 9 mois, son entrée à la crèche s’est extrêmement bien passée et il joue normalement avec les autres bébés. Son auxiliaire de puériculture parle même de cas d’école, tant son adaptation était réussie.
  • Je l’ai sevré en douceur. Pas facile d’accepter une tétine en silicone lorsqu’on est habitué au sein de maman. Résultat : aujourd’hui, il bat des records de vitesse lorsqu’il boit son biberon.

On ne devrait pas avoir de complexes à vouloir faire les choses en douceur. Après tout, la meilleure formation n’est-elle pas celle de mère ?

 

Apolline BC
© photo Maman Vogue

Les Mamans

Marie, Paola, Bérénice, Florence, Tiphaine, Astrid, Lorraine... Plus d'une centaine de mamans participent à l'élaboration de ce site, pour une plus grande diversité de conseils, d'avis, de bons plans, de coup de pouce et de témoignages.

Vous voulez nous aider ? Vous avez besoin de conseils ? Vous voulez donner votre témoignage ?
N'hésitez-pas à nous contacter !

  • Ma grossesse
    semaine après semaine

    Retrouvez chaque semaine :

    • Des infos personnalisées
    • Les conseils de nos experts
    • Un rappel des démarches
    • Nos bons plans
    Je m'inscris

    Renseignez la date prévue de votre accouchement

  • Jeux concours - Les cadeaux de Maman Vogue