Grossesse et post-grossesse : quand les varices apparaissent…

Grossesse et post-grossesse : quand les varices apparaissent…

Dans les maux de grossesse les plus courants, citons les troubles de la circulation sanguine, principalement localisés dans les jambes. Et leurs conséquences qui marquent au fer rouge notre peau : les varices. Les veines peinent à remplir leur fonction d’échange de flux sanguin et gonflent à cause de la pression. Hérédité, excès de poids, position debout prolongée, bains chauds et tabagisme, les raisons sont multiples et quelquefois inévitables. Dans un précédent article (ici), nous vous donnions quelques conseils. Quatre grossesses au compteur, Stéphanie évoque l’apparition des symptômes et les solutions recommandées par les professionnels pour les soulager et les réparer…

Des symptômes

« J’ai découvert ce qu’étaient les varices à la fin de ma première grossesse. Mes veines commençaient à sortir et j’avais d’énormes crampes dans les jambes. Comme c’était l’été, j’étais complexée à l’idée de mettre mes gambettes à l’air ! Elles ont ensuite disparu pour réapparaître à chaque nouvelle grossesse de façon toujours plus douloureuse. Lors de la dernière, elles étaient présentes dès le début et ne m’ont plus quittée après l’accouchement… Signant définitivement la fin de mon corps de jeune fille ! »

Soulager des jambes lourdes

« Pour éviter la stagnation du sang, le médecin m’avait recommandé de mettre mes jambes en position haute durant la nuit. Un coussin sous mon matelas au pied du lit faisait parfaitement l’affaire ! Comme j’avais mal en permanence, je n’ai pas échappé aux bas de contention qui me soulageaient durablement la journée. Il en existe désormais de beaux modèles avec l’élastique en dentelle (comme chez Sigvaris , ici ou Gibaud, ), insoupçonnables à l’oeil nu. Le seul hic est qu’en été, il n’y a pas d’autre solution que des bas couleur chair qui restent inesthétiques !
Travaillant en position debout et stationnaire, je multipliais les courtes pauses pour me dégourdir les jambes et terminais toujours ma douche du soir par un jet d’eau froide en remontant de la cheville vers le mollet. Lourdeurs, gonflements et douleurs intenses s’atténuaient et disparaissaient grâce à la prise de médicaments veinotoniques prescrits par mon médecin (Ginkor Fort ou Daflon selon les grossesses), en comprimés à prendre tous les jours.
Je complétais avec l’application d’un baume frais pour décongestionner mes jambes et mes pieds qui avaient doublé de volume. Bref, toutes les astuces étaient bonnes à prendre ! ».

Réparer et prévenir les complications

« Sur les conseils de mon phlébologue, j’ai suivi un traitement très efficace et indolore en ambulatoire: la sclérothérapie. A l’aide d’une aiguille, le médecin injecte un produit sclérosant directement dans la veine variqueuse pour qu’elle se rétracte. Au bout de quelques jours, cette dernière disparaît toute seule. J’ai porté des collants de contention durant quinze jours pour favoriser le processus et aujourd’hui encore, je suis très satisfaite du résultat ! »
Moins douloureuse que le stripping (opération chirurgicale retirant les veines atteintes), sans suites opératoires et sans anesthésie, cette méthode est la plus pratiquée en France.

Le laser endoveineux, qui traite avec succès les varices superficielles, se présente comme une nouvelle alternative à la sclérothérapie. Toutefois, si ces traitements freinent considérablement la maladie veineuse, les varices peuvent réapparaître plusieurs mois ou années après. A l’image d’une autoroute aux multiples ramifications…

©pinterest

Laetitia d'Hérouville

Mère de quatre adorables diablotins, passionnée de littérature ayant cohabité avec Oui-Oui, Tchoupi & co, Laetitia part à la rencontre des "héroïnes du quotidien", ces femmes qui élèvent leurs enfants avec une bonne dose d'humour, de patience, de courage, d'amour, de cris, de larmes et de joies indescriptibles !