Devenez la plus heureuse des mamans

ET RECEVEZ NOS MEILLEURS ARTICLES POUR ÊTRE UNE MAMAN COMBLÉE

Cliquez sur votre semaine de grossesse

Etre parents sans sacrifier ses rêves

Etre parents sans sacrifier ses rêves

«Profitez-en tant que vous n’avez pas d’enfants, après, vous ne pourrez plus rien faire » ou « oh la la, profites en vite avant la naissance après c’est l’horreur, tu ne pourras plus… » « Moi j’ai pas fait un DESS pour me retrouver mère au foyer, réfléchis bien avant d’enchaîner les enfants hein »

L’horreur en culotte courte ? On se détend, et on n’arrête surtout pas de rêver. Vivre ses rêves ou devenir parent, personne n’a dit qu’il fallait choisir !

Devenir parents, un sacrifice ?

Pour commencer, si on arrêtait de parler de sacrifice ? Surtout devant les enfants,  « tu n’imagines pas tout ce que j’ai sacrifié pour toi »… quel poids ! Mais cet enfant, qu’a t-il demandé ? Comment réagiriez-vous si vos parents vous le disaient ?

Il faut faire attention, quel que soit votre âge à ne pas tomber dans l’éternelle insatisfaction. Pourquoi repousser à demain ce que vous pouvez faire aujourd’hui ?
Certaines rêvent de travailler et sentent bloquées à la maison car elles ressentent une grande pression concernant l’éducation de leurs enfants. Si le fait de travailler à l’extérieur vous procure un bon équilibre, foncez ! Et voyez comment adapter un rythme de boulot avec un rythme de famille (nounou, mi -temps, télé-travail…). A l’inverse, si vous « subissez » votre travail et que vous pensez que votre place est à la maison, (et que vos finances le permettent), assumez, et vivez à 100% ces moments en famille faits de construction, de joie et d’avancées de géants de vos tout petits !

Certaines ont toujours rêvé de voyager, pourquoi ne pas le faire avec les enfants ? Surtout quand ils sont petits ? Expatriation, voyages humanitaires… viviez vos rêves !

Certaines encore ont toujours rêvé d’avoir une grande famille très tôt, et puis les années passant, elles se sentent un peu en dehors du coup, et ressentent un certain « ras le bol des couches et des biberons » en voyant leurs amies encore sans enfants parcourant le monde dans les plus beaux restos…. Et pourquoi pas vous ? Bien sûr, une famille nombreuse demande un peu d’organisation et de ressources financières pour s’autoriser quelques voyages ou moments de qualité, mais finalement pourquoi ne pas économiser sur autre chose et se permettre des petites folies ?

Tout est une question d’adaptation, et d’organisation.  Le fameux « à chaque jour suffit sa peine » est je crois important à mémoriser !

a

Devenir parents – Adapter ses rêves à sa vie

Être parent ça prend du temps, comme tout le reste dans la vie, les études, le travail, le mariage, le tout est d’adapter ses rêves aux différentes périodes de sa vie. Il faut savoir gérer ses priorités, quelles sont les vôtres ? Le tour du monde en 80 jours ou fonder une famille ? Avoir un 2ème ou accepter ce poste à Berlin ? Et pourquoi pas avoir le 2ème à Berlin ? Voilà peut être la réflexion.

Qu’est-ce qui est bon pour moi, pour nous ?

Quand on choisit de faire de grandes études, on renonce à pas mal de soirées et de vacances entre copains.

Quand on devient parents, et même 9 mois avant pour la maman, on renonce, à des soirées sushis, des pistes de skis fraîchement enneigées, des soirées jusqu’à 5 de mat, et l’ascension du Mont Blanc…

Mais tout ça on pouvait le faire avant, ou après, cela dépend de l’âge que vous avez pour votre 1er enfant.
Au risque de paraître ringarde, et loin des courants féministes actuels, je pense qu’on peut s’épanouir et avoir une vie de rêve avec des enfants rêvés.

Exemple : ce couple, qui s’est marié jeune, qui a eu 3 filles, rapprochées, la mère avait 23 pour la première, et qui me disait cet été, « quand je me suis mariée, la majorité de mes copines ne l’était pas, j’enviais leurs amis, leurs vacances croisières et les voyages qu’ils s’organisaient. Aujourd’hui les filles sont grandes et nous on a encore la pêche, on va profiter à fond pour bouger, visiter et là on est même en train de planifier notre rêve de jeunesse, partir un mois en roulotte tous les deux, et pendant ce temps la, mes copines accouchent et se retrouvent dans les couches biberons… »

Classez vos envies et vos rêves, organisez vous, mais surtout ne reprochez pas à vos enfants ce que vous n’aurez pas fait avant, essayez de le faire avec eux, ou quand ils seront grands.

Etre parents, ça n’est pas arrêter de vivre

Et puis, être parent, ça n’est pas arrêter de vivre. J’avais très envie de faire découvrir le ski de rando à mon mari, mais avec un bébé pas évident… Heureusement, parents ou beaux-parents sont là pour nous permettre aussi de souffler le temps d’un we. Eux sont ravis de voir leurs petits enfants, et nous on s’offre un we de rêve.

On peut aussi impliquer les enfants dans nos rêves les plus fous. J’en connais qui l’ont fait et sont partis 18 mois en bateau faire le tour du monde, ils sont partis à 6, revenus à 7, encore plus unis, des souvenirs et des rêves plein la tête. Quel cadeau de la part des parents, une découverte du monde insolite !

Alors oui, on ne peut pas tout le temps tout faire.

Phrase clichée mais toujours utile : « Tout choix est un renoncement » et ça ne s’applique pas qu’aux enfants. Le mariage est un renoncement, l’humanitaire en est un, le médecin libéral renonce au confort du salariat, le globe trotteur renonce à sa famille pendant un temps, etc.

Tout est une question de choix et aussi beaucoup d’apprécier les choses que l’on a au moment où l’on les reçoit.

J’ai été célibataire tardive, un temps j’ai jalousé mes sœurs qui se mariaient et avaient des enfants, puis j’ai pris le parti de profiter du présent, et de vivre mes rêves, j’ai été très fière de mon ascension du mont blanc ; très heureuse de ces croisières entre amis qui m’ont fait aimer la voile etc.

Aujourd’hui je suis maman, j’ai encore plein d’envies en tête, de rêves puisque c’est le sujet, je n’y renonce pas, je les adapte à ma vie et j’apprends à rêver cette vie de couple, de parents et je commence à rêver pour 3 et bientôt 4.

Nous avons tous une vocation, elle n’est pas dans le sacrifice qui implique une souffrance ou une frustration, mais dans des choix de vie qui rendent heureux des lors qu’on a su les poser.

MC  Richard

© photo Virginie Hamon
p
interest

Une réponse à “Etre parents sans sacrifier ses rêves”

  1. Cyrielle dit :

    Un grand merci pour cet article qui rappelle l importance du « Vivre pleinement au jour le jour ». Même si on n’a pas trop de moyens financiers, c’est possible. Il suffit d’avoir un peu d’imagination et d’aimer les choses les plus simples (pique nique en famille, balades en couple)…

Laisser un commentaire