Et si on arrêtait avec le « mom-shaming » ?

Et si on arrêtait avec le « mom-shaming » ?

L’adage populaire dit qu’il faut tout un village pour élever un enfant. Cela peut être vrai dans le sens où une maman peut avoir besoin des conseils de sa propre mère, de ses sœurs, ses amies, ou même des professionnels de l’enfance, pour s’y retrouver et s’occuper au mieux de son enfant.

Ces bons conseils il faut les écouter, mais une maman doit garder en tête que c’est elle qui prendra les bonnes décisions, car personne ne connaît son enfant comme elle le connaît. Personne ne saura mieux s’en occuper qu’elle-même.

Et pourtant, certaines personnes ne peuvent s’empêcher d’émettre un avis qui relèvent du jugement. Les jeunes mamans sont souvent la cible de commentaires désagréables concernant leur façon de s’occuper de leurs enfants. Et comme de nos jours on aime bien mettre des étiquettes sur tous les comportements, cela s’appelle le mom-shaming.

Avec les réseaux sociaux, ce comportement semble s’être amplifié. Simplement parce que les gens ne connaissent plus personnellement la maman qu’ils attaquent, et sont cachés par des pseudos. Ils semblent ne plus avoir le filtre de la bienséance, et se permette d’accuser des mamans qui ne montrent finalement qu’une toute petite partie de leur vie. Je suis aberrée de voir le nombre de messages de critique que peuvent recevoir certaines mamans sur Instagram ou Facebook. Quoi qu’elles fassent, certains trouveront toujours qu’elles n’utilisent jamais le bon lait, les bonnes couches, ou encore le bon siège auto. Ces messages peuvent être parfois d’une grande méchanceté, et ils reviennent à dire tu es une mauvaise mère.

Et le plus absurde dans tout cela, c’est que si on réunit toutes ces réflexions, on en vient à dresser un tableau plus que contradictoire.

Car il se trouve que nous avons toutes notre propre vision de la maternité et notre façon de faire. Il existe des choses avec lesquelles nous sommes plus ou moins à l’aise. Et la façon de faire de notre voisine ne va pas forcément être la même que la nôtre. Et alors ? Il n’y a pas un seul modèle d’enfant. Chaque enfant est différent, chaque parent aussi. Nous avons tous été éduqués différemment, et cela se reflète dans notre manière d’être parent. Et même lorsqu’on a plusieurs enfants, nous ne sommes pas complètement les mêmes pour notre deuxième que pour notre premier, parce qu’on a évolué, et que notre situation a changé.

Et si le meilleur conseil était simplement notre instinct ? Chaque maman fait avec l’enfant qu’elle a, ses besoins, ses moyens aussi, et surtout avec son ressenti.

L’exemple le plus probant du mom-shaming concerne souvent l’allaitement. Entre les pour et les contre, il y a de quoi se perdre ! L’allaitement est certes ce qu’il y a de mieux pour nourrir son bébé ? Mais parfois, ça ne fonctionne pas, pour pleins de raisons, que les personnes extérieures ne connaissent pas forcément. Et ça ne regarde que la maman et son bébé ! Malheureusement certaines personnes trouveront toujours qu’une « vraie mère » allaite ses enfants, ou au contraire qu’il ne faut pas les allaiter trop longtemps. Et si on se mêlait de ce qui nous regarde pour une fois et qu’on laissait les autres faire à leur guise ?

Il existe aussi la fameuse rivalité (absurde selon moi) entre les mamans qui travaillent et celles qui restent au foyer. Chacune de nous, selon sa situation ou son tempérament, fait des choix de vies, et les assument. Il n’y a pas de situation meilleure que l’autre. Il n’y a que des personnes et des situations uniques.

Si nous voulons en finir une bonne fois pour toute avec la culpabilité maternelle, arrêtons de nous juger les unes les autres, soutenons-nous, encourageons-nous. Certains groupes Facebook sont fait pour cela, comme « Vie de maman » par exemple qui est un lieu d’échanges. Nous avons certes besoin de conseils de temps en temps, mais certainement pas d’être montrées du doigt.

Ce qu’il faut retenir c’est que chacune de nous est la meilleure maman qui soit pour ses enfants. Peu importe les choix que nous faisons, notre mode de vie, notre ratio de purée maison ou notre marque de liniment !

« Il n’y a aucune recette pour une être une mère parfaite, mais il y a mille et une façons d’être une bonne mère ». Jill Churchill

©Nathalie Coster pour MAMAN VOGUE

 

Tiphaine Crozon

Maman d’un petit garçon, passionnée par l’écriture et la littérature. Tiphaine échanger sur sa vie de jeune femme et de maman.

  • Ma grossesse
    semaine après semaine

    Retrouvez chaque semaine :

    • Des infos personnalisées
    • Les conseils de nos experts
    • Un rappel des démarches
    • Nos bons plans
    Je m'inscris

    Renseignez la date prévue de votre accouchement

  • Jeux concours - Les cadeaux de Maman Vogue