Devenir maman – un drôle de jeu

Devenir maman – un drôle de jeu

Quand je prends les transports en commun, il m’arrive souvent de m’attarder sur un visage et de laisser mon imagination divaguer autour de la vie que pourrait potentiellement avoir mon compagnon de voyage. Depuis quelques mois, en rentrant chez moi le soir après le travail, je passe mes trajets à me demander ce que feront en sortant du métro, celles qui, de près ou de loin me ressemblent un peu. Iront-elles, comme la plupart de mes amies et collègues, à un cours de sport ? Iront-elles boire un verre en terrasse avec leur amoureux ? Iront-elles faire une course rapide avant de se rendre à un apéro entre amis ?

Et si l’une d’entre elles joue le même jeu, que se dit-elle de moi ? Quel âge me donne-t-elle ? Devine-t-elle ma situation professionnelle ? Quel trait de mon caractère réussit-elle à percevoir ? Se doute-elle de ce que je vais faire, moi, en sortant du métro ?

Je pense qu’à ce jeu-là, j’en induis pas mal en erreur! J’ai 26 ans et on m’en donne souvent moins, parce que je travaille dans une entreprise vraiment sympa où le dress-code n’est pas très important, donc j’ai à peu de choses près le même style depuis mes années de prépa ! Par conséquent, on pourrait aisément croire que je suis en retard à mon cours de danse lorsque je monte 4 à 4 les marches de la bouche de métro !
Mais c’est un leurre, car tous les soirs, je cours car j’ai hâte d’aller chercher une petite Merveille dans notre garde partagée. Tous les soirs, entre 18h30 et 19h, mon masque tombe. Je ne suis plus une jeune femme de 26 ans, qui a étudié dans des Grandes Ecoles, et qui a la chance d’avoir un boulot stimulant dans une belle entreprise. Tous les soirs, je deviens une Maman. Je le suis le matin en quittant la maison vers 7h, et je le redeviens chaque soir à la même heure.

Mine de rien, je pose des questions précises à une collègue fraichement rentrée de congé maternité. Je cours tous les soirs pour attraper le bon RER alors que d’autres s’éternisent dans l’open-space. J’envoie des mails à l’aube alors que mes collègues se réveillent à peine. Mais jamais, je n’ose laisser transparaître aucune preuve tangible de ma vie secrète de Maman.
La honte ? Pas vraiment. La culpabilité d’avoir un profil quelque peu atypique au regard des attentes plaquées sur mon parcours ? Très certainement.

Mais depuis quelques semaines, mon masque s’affine davantage lors de mes journées de travail. Je cite le prénom de mon bébé volontiers. Je refuse une réunion trop tardive. Je pose des jours de congés posés gratuitement pour passer du temps à la maison, en famille. Peu à peu, en attendant avec impatience de retrouver mon fils le soir, j’ose imaginer que parmi ces jeunes femmes qui ont l’air de me ressembler, une autre est peut-être également en train de pester intérieurement contre un malaise voyageur inopportun qui la mettra en retard pour ces précieuses retrouvailles quotidiennes.

Peu à peu, je rends grâce pour ma famille : cette colloc du love ! Et je goûte paisiblement un bonheur, simple mais si exigeant. Dans quelques semaines, notre bébé aura un an. J’apprends chaque jour à annoncer au monde que je suis si fière d’être sa Maman !

Les Mamans

Marie, Paola, Bérénice, Florence, Tiphaine, Astrid, Lorraine... Plus d'une centaine de mamans participent à l'élaboration de ce site, pour une plus grande diversité de conseils, d'avis, de bons plans, de coup de pouce et de témoignages.

Vous voulez nous aider ? Vous avez besoin de conseils ? Vous voulez donner votre témoignage ?
N'hésitez-pas à nous contacter !

  • Ma grossesse
    semaine après semaine

    Retrouvez chaque semaine :

    • Des infos personnalisées
    • Les conseils de nos experts
    • Un rappel des démarches
    • Nos bons plans
    Je m'inscris

    Renseignez la date prévue de votre accouchement

  • Jeux concours - Les cadeaux de Maman Vogue