Les bienfaits de l’humour en famille !

Les bienfaits de l’humour en famille !

Les bienfaits de l’humour en famille

L’humour est un outil efficace et doux en famille. Il recréé les ponts entre ses membres. Faire de l’humour avec quelqu’un c’est se mettre en relation avec cette personne. On s’appuie ou on cherche une connivence. On traduit son envie de passer un bon moment, de créer une passerelle, une familiarité. D’ailleurs, si nous prenons un peu de recul, les rapports entre adultes sont plus fluides dès qu’on y met un peu d’humour et nous avons naturellement tendance à nous lier avec les gens qui nous font rire.

En famille, l’humour est un atout indéniable. Avant toute chose, il apporte de la joie. En famille, on vit en groupe dans un esprit de corps qui peut parfois être pesant. L’humour adoucit les relations entre ses membres, il permet de faire preuve de détachement ou d’ironie sur les soucis du quotidien. Il allège l’ambiance générale.

Il renforce les liens. Un même sens de l’humour, un rire qui se déclenche aux mêmes signaux sont des éléments forts pour créer un sentiment d’appartenance. Or, c’est précisément ce que cherchent chaque enfant et même chaque adulte. Etre de fait partie d’une famille ne garantit pas de s’en sentir un membre actif mais partager de l’humour peut y contribuer.

Il dénoue des tensions. L’humour est une porte de sortie d’un conflit, d’une crise momentanée. Il y a des moments où chacun peut « vriller » et le ton monte aussi vite que la colère ; si bien qu’on ne sait plus très bien pourquoi on s’énerve. L’humour est une voie de sortie royale car elle permet que personne ne perde la face. Personne ne sort perdant ou humilié puisque le lien est rétabli par le simple fait qu’on ait rit ensemble. L’humour désamorce les crises.

Une arme à double tranchant

Attention cependant à faire preuve de mesure et à utiliser le juste humour.

Le juste humour créé des liens et des connivences entre les membres d’une famille. L’ironie ou la moquerie peuvent au contraire créer des clivages et des oppositions. On peut transmettre le sens de l’autodérision à ses enfants tout en prenant garde de ne pas tomber dans l’humiliation. En famille comme ailleurs en société, des groupes peuvent se créer. Les forts à l’école se moquent de ceux qui ont plus de difficulté, les téméraires des peureux,…La blague doit être collective et veiller à ne jamais isoler un ou plusieurs membres de la famille.

Il faut également rester à l’affut des réactions de nos enfants à nos légères moqueries. Une petite dose ne nuit pas. Ils peuvent aussi apprendre à ne pas se prendre au sérieux. Mais attention le référentiel des parents est extrêmement fort pour les enfants. Une petite blague ou une petite remarque ironique peut laisser des traces, d’autant plus si on s’appuie sur le renfort du groupe. L’ironie est donc à user avec parcimonie en observant étroitement les conséquences sur le moral de ses enfants.

Quelques idées avec des petits

  • Difficile de faire des blagues avec des enfants qui n’ont pas encore totalement appris le sens de la dérision ou du second degré. Ils peuvent se sentir agressés parce qu’on leur a simplement soufflé de la mousse au visage. Alors n’hésitons pas à bien nommer les blagues « Oh je t’ai fait une farce », à accepter qu’une de nos blagues ne soit pas bien accueillie voire à demander pardon si besoin.
  • Leur humour n’est pas le nôtre. Ils vont trouver ça super drôle de vous appeler pipi caca prout et vous bon…pas forcément. Oui mais en fin de compte, ils font preuve d’humour et qui sommes-nous pour les censurer ? pour décider de ce qui est drôle?
  • Tournez-vous en dérision. Faites semblant de tomber, de vous cogner, déguisez-vous, rendez-vous ridicule,…ils se bidonneront et oublieront la discorde ou la négociation en cours
  • Transformez l’emploi des choses. Peignez-vous les cheveux avec une spatule de cuisine (propre de préférence), modifiez les paroles des comptines pendant que vous les chantez, mettez un slip par-dessus votre pantalon,…les enfants ont un esprit très pratique et réagissent au quart de tour lorsque vous utiliserez les objets du quotidien à contre-emploi
  • Dites l’inverse de ce que vous devriez dire comme « Tiens ton doudou est rouge » alors qu’il est gris ou bien le classique « Je ne te vois pas » alors qu’il est en face de vous, « On monte dans le camion des pompiers » alors qu’on prend le bus…les enfants adorent nous reprendre et contre toute attente, ça les fait rire
  • Enfin dernière astuce quand on est un peu à bout de nerfs et qu’on n’a pas trouvé d’idée dans les catégories précédents, reprenez l’air d’une comptine en disant (un peu) ce que vous avez sur le cœur. « Oh la la, ce soit vous me fatiguez. Voilà 5 fois que je t’ai demandé de mettre ton pantalon et tu es toujours fesses nues,… » sur l’air de Frère Jacques passera toujours mieux que de leur intimer un ordre légitime. La surprise l’emportera sur l’agacement et ils s’exécuteront pour connaître la fin de la chanson. S’ils ne rient pas, ils souriront sûrement et vous aussi !

Lire aussi :

Éducation  les enfants sont-ils moins bien éduqués qu’avant ?

Education bienveillante Les phrases pour se faire obéir sans hausser le ton !

Photo ©AnnaClick pour MAMAN VOGUE

Paola Marceau

Working mum de 2, la maternité est pour elle un sujet intarissable d'échanges et de questionnements et une aventure galvanisante au quotidien.

Elle partage avec joie son vécu, ses interrogations et ses petits tips !