De bonne mère à mère courage…

De bonne mère à mère courage…

Mamans que nous sommes, nous avons sans doute toutes connu des « mères courage » qu’il s’agisse de la nôtre, d’une tante, d’une veuve, de nous-même… ou d’une de nos connaissances… Mais qu’est-ce qu’une mère courage ? Est-ton obligé d’être une mère courage, qui porte sa famille chaque jour, et qui s’oublie,  pour être une bonne mère ? N’a-t-on pas le droit d’avoir des faiblesses nous aussi ? Pourquoi les faiblesses d’une mère peuvent s’apparenter pour d’autres aux caractéristiques d’une mauvaise mère ?
Cette pression sociale qui pèse sur une maman qui doit être forcément une « bonne mère » est très lourde et il est absurde de juger les qualités d’une maman avec une définition qui est totalement subjective, non ?

Une mère courage, qu’est-ce que c’est ?

La définition positive :

Une mère qui affronte avec brio les épreuves que vivent ses enfants, qui garde toujours le cap pour que sa famille tienne le coup, des mères qu’on appelle « femmes de devoir ».

A titre d’exemple : alors que ma grand-mère, courageuse femme au foyer, était devenue grand-mère pour la première fois, elle dut faire face à un cancer qu’elle affronta avec un courage exemplaire. Son médecin l’avait envoyé voir un psychiatre en pensant que cela pourrait l’aider à affronter sa maladie. A l’issue de la première et dernière séance, le médecin lui dit cette phrase qui raisonne encore dans sa tête aujourd’hui : « Madame, je ne peux rien faire pour vous, vous êtes une femme de devoir ». Comment auriez-vous réagi ? Ma grand-mère était bouche-bée et s’est dit qu’elle avait perdu du temps à aller voir ce médecin !

Est-ce vraiment une réaction révélatrice d’une époque ?

La définition plus négative :

Cela me conduit à donner une définition peut-être caricaturale, certes plus négative mais qui existe bel et bien.

Poussée à l’extrême ou pas… une mère courage ne pourrait pas être une mère qui se sacrifie corps et âme pour ses enfants jusqu’à se laisser aller au point de négliger sa santé mentale, physique et son équilibre ? Cette catégorie de maman existe et nous ne pouvons le nier. Ce comportement est guidé par l’abnégation. Mais franchement, que deviennent les enfants qui ont une mère « qui tient » ?

Etre mère courage : une condition essentielle et déterminante pour être une bonne mère ?

Une chose dont je suis pleinement convaincue du haut de ma petite expérience de fille et de maman, c’est qu’un enfant est heureux lorsque sa maman est heureuse et évidemment son papa aussi. La maman doit se préserver du temps pour elle, doit connaître ses limites et ne doit pas s’oublier !
Aïe, à la lecture ou l’écoute de cette dernière phrase, certain(e)s, après avoir pâli, diraient avec effroi qu’une telle mère est égoïste, mais c’est FAUX !

Ce cliché selon lequel nous ne devons pas être égoïstes, cet égoïsme qui fait de nous des mères coupables… La question naturelle suivante pourrait être : QU’EST-CE QU’UNE BONNE MERE ? Mais donner une N’nième définition, bien qu’elle tende vers l’objectivité, ne reviendrait qu’à corroborer ces raisonnements ancestraux. Il n’y a pas que la mère, il y a le père, les parents, qui élèvent idéalement leurs enfants à deux, pourquoi le bonheur et l’équilibre de la famille ne reposerait que sur LA MAMAN ?
Ces raisonnements paraissent vieillots mais, bien que revêtus de parures actuelles, ils sont bel et bien toujours existants !
Pour conclure, si nous restons dans ce schéma classique de la « bonne mère » qu’il faut être, s’il est plus rassurant pour nous de savoir que nous le sommes alors, moi je vous le dis.

Vous êtes chacune une bonne mère : pourquoi ?

  • Parce que vous faites de votre mieux pour tout gérer à la fois, votre rôle de femme, d’épouse et de maman !
  • Parce que vous essayez au maximum de vous réserver un peu de temps pour vous et ce, même si cela vous paraît impossible
  • Parce que vous avez une capacité d’adaptation hors pair qui fait que vous savez gérer les situations urgentes, vous démener pour vos enfants, vous rendre disponible quand il le faut
  • Tout simplement parce que vos tripes, votre instinct dictent vos actions !

Enfin, retenez qu’à partir du moment où vous écoutez votre instinct, vous êtes forcément dans le VRAI, dans le MEILLEUR ! ECOUTONS-NOUS, c’est la clé de notre succès ! Une maman n’aura jamais un instinct mauvais pour ses enfants. On fait les choix qu’on peut faire à tel ou tel moment, personne ne peut nous reprocher de ne pas avoir fait ce qu’il fallait, tout le monde peut dire qu’il aurait fait mieux. Mais ce qui compte, c’est que vous avez forcément fait de votre mieux à l’instant où  il fallait prendre LA décision.

Marion-Laure M.
Photo © Estelle Cbd

  • Ma grossesse
    semaine après semaine

    Retrouvez chaque semaine :

    • Des infos personnalisées
    • Les conseils de nos experts
    • Un rappel des démarches
    • Nos bons plans
    Je m'inscris

    Renseignez la date prévue de votre accouchement

  • Jeux concours - Les cadeaux de Maman Vogue