Comment réduire le risque de fausse couche ?

Comment réduire le risque de fausse couche ?

Une fausse couche est l’interruption naturelle d’une grossesse intervenant, la plupart du temps, avant 20 semaines de grossesse (après cette date, la fausse couche sera étiquetée comme tardive). La plupart des fausses couches ont lieu très tôt dans la grossesse, parfois avant même qu’une femme sache qu’elle est enceinte.

Dans la plupart des cas, il est impossible de prévenir une fausse couche.

Au moins 15 % des femmes vivent une fausse couche au cours des premières semaines de leur grossesse (avant 14 semaines d’aménorrhée). Pour réduire les risques et mieux les prendre en charge, le Collège national des gynécologues et des Obstétriciens Français (CNGOF) a énuméré des recommandations.

·     La fausse couche précoce : pourquoi ?

Il y a de nombreuses causes pouvant expliquer la fausse couche et des facteurs de risques la favorisant. Les causes de ces fausses couches spontanées sont souvent inconnues, mais le plus souvent la fausse couche interrompt une grossesse qui, de toute manière, n’aurait pas pu se poursuivre. Quelles sont les plus fréquentes ?

– Les anomalies génétiques: lors d’une fausse couche précoce, le développement de l’embryon ou du fœtus ne se fait pas correctement à cause d’incompatibilités au niveau génétiques. C’est la cause la plus retrouvée de fausses couches précoces.

-Certaines maladies chroniques touchant la femme peuvent entrainer un risque de fausse couche (maladie thyroïdienne, infection, diabète déséquilibré, problèmes hormonaux..)

  • Saignements, douleurs… tous les symptômes de la fausse couche précoce

Des saignements vaginaux légers ou abondants, irréguliers ou constants. Il faut consulter un médecin en cas de saignements, surtout s’ils sont accompagnés de douleurs dans le bas du dos ou à l’abdomen. Mais, il n’y a bien souvent aucun signe annonciateur et c’est à l’échographie que le verdict pourra être posé.

  • Qui présente le plus de risque de fausse couche ? : Les facteurs de risque

Le Collège des gynécologues et des obstétriciens Français (CNGOF) a identifié les facteurs de risques associés à la survenue d’une fausse couche précoce :

– l’âge maternel supérieur à 35 ans. Les femmes de 35 ans ont 20% de risque de faire une fausse couche. À 40 ans, ce risque augmente à 40% et à 45 ans, il est de 80%. L’âge du père pourrait également jouer un rôle (les risques de fausse couche seraient plus élevés chez les femmes dont le partenaire a plus de 40 ans)

– les femmes ayant déjà vécu deux fausses couches ou plus. Après une fausse couche, le risque d’en faire une deuxième est le même que lors de la première grossesse.

– les femmes consommatrices de tabac, d’alcool, de café : risque multiplié par trois

– un indice de masse corporelle maternel (IMC) supérieur ou égal à 25

– les femmes qui présentent des anomalies du col utérin ou de l’utérus (fibromes utérins, polypes, syndrome des ovaires polykystiques).

  • Comment réduire ce risque ?

Dans majorité des cas, il est impossible de prévenir une fausse couche et de réduire son risque, puisqu’elle est souvent liée à des anomalies embryonnaires. Mais certaines habitudes peuvent être adoptées afin de mettre toutes les chances de son côté pour le bien être de son corps et de la bonne santé de son bébé.

  • Mettre à jour son carnet de vaccination (les vaccins contre larubéole et la grippe peuvent être effectués avant tout début de grossesse).
  • Surveiller mensuellement sa sérologie de toxoplasmose si celle-ci s’est avérée négative en début de grossesse (si vous n’êtes pas immunisée)
  • Evitez toute consommation d’alcool et de tabac
  • Adoptez de bonnes habitudes alimentaires
  • Faites de l’exercice régulièrement et adapté à votre état de forme
  • Rendez-vous à toutes les visites chez votre praticien prévues tout au long de votre grossesse.

Vivre une fausse couche précoce est un événement difficile à traverser dans sa vie de femme et dans la vie de couple. Les projets et les attentes de cette grossesse sont souvent subitement interrompus et la question de savoir quand une nouvelle grossesse pourra amener du bonheur semble trouver difficilement une réponse. Une femme sur quatre fera une fausse couche dans sa vie sans avoir d’impact sur la suite de sa fertilité. Une nouvelle grossesse pourra avoir lieu dans les mois qui suivent sans avoir besoin d’un bilan médical poussé ou d’un temps d’attente particulier.. Faites vous confiance, votre tour viendra également, agrémenté d’une histoire en plus dans votre coeur..

Photo @Sabrina Soave pour MAMAN VOGUE

Marie Péché

Master de maïeutique à l’université de Metz
Sage-femme à la maternité catholique Ste Felicité depuis 4 ans
Sage-femme libérale remplaçante dans divers cabinets, préparation à la naissance, suivi de grossesse, rééducation du périnée, suivi gynécologique

Aime faire du sport entre ses gardes et dès que l’emploi du temps le permet. Adore flâner dans Paris mais les montagnes manque vite ! Retour au vert le plus souvent possible
Partage sa vie entre trois villes différentes et distantes, première mécène de la SNCF :)