Comment mieux s’organiser pour passer du temps de qualité avec mes enfants ?

Comment mieux s’organiser pour passer du temps de qualité avec mes enfants ?

Quelle maman ne souhaite pas mettre de côté ménage, cuisine, et devoirs du soir pour profiter au mieux de son enfant ? Qui ne se couche pas chaque soir en prenant de bonnes résolutions pour passer plus de temps de qualité avec son tout-petit ?
Alors voici quelques astuces pratiques pour ne pas être débordée et passer le plus de temps possible avec ses enfants !

 

« Tu dois être drôlement organisée ! »
Voilà la phrase que j’ai sans doute le plus souvent entendue lorsqu’on me parlait de notre famille.

Eh bien en fait, non, je ne suis pas bien organisée, il y a simplement des impératifs auxquels nous nous sommes tenus mon mari et moi. Les exceptions ne faisant que confirmer la règle, bien sûr.

Ces règles touchent beaucoup aux horaires et aux lieux

Pour les horaires il n’est pas question d’une heure fixe à la minute près, mais du moment où on dit : « à table, au lit, le goûter est fini, il faut travailler, debout les enfants, il faut se lever… », et là il faut obéir. Tout de suite. Si on est ferme, les enfants comprennent vite et l’habitude devient une aide précieuse.
De la même façon, on ne peut pas rentrer n’importe comment dans la chambre des parents, et le salon n’est ni une salle de jeu, ni un hall de gare. Les enfants y sont les bienvenus mais ne peuvent pas se l’annexer. Il doit rester rangé et accueillant pour tous.
En y réfléchissant et d’une certaine façon, je pense que ce n’est pas moi qui suis organisée, c’est la vie de famille qui est organisée, et je m’y plie, comme mon mari et mes enfants.

Savoir dire OUI, savoir dire NON est d’une importance capitale.

Aussi bien vis-à-vis des enfants des amis ou de la famille. Posez-vous et prenez le temps de la réflexion :
Est-ce bien, est-ce utile ?
Est-ce que je suis capable de le faire ?
Est-ce que j’ai le temps de le faire ?
Est-ce prioritaire ?
Et puis, est-ce que j’ai envie de le faire ? (mais cette question-là est plus secondaire car ce n’est pas forcément parce qu’on n’a pas envie de faire quelque chose que cela ne doit pas être fait).
Ayant arrêté moi-même de travailler pour m’occuper à plein temps de la famille, je dis non par exemple, à la personne qui cherche auprès de moi d’un air condescendant, un dépannage auprès de ses enfants pour filer travailler, mais je dis oui à celle qui est malade, qui attend un bébé ou qui souhaite partir, juste à deux, en WE avec son mari. A chacune de trouver ses marques.

Aider et se faire aider

Ce va-et-vient incessant avec le mari, la famille, avec les amis aussi, donne à la vie une dimension autre, plus grande et plus facile. L’expérimenter peut-être difficile au début à cause de notre égoïsme : « j’en fais déjà bien assez ! », ou de notre orgueil : « moi tout seul ! ». C’est en fait le mélange des deux qui permet un heureux équilibre.

En ce qui me concerne, je ne pouvais pas supporter qu’on m’aide, mais je trouvais beaucoup de satisfaction à aider. C’est alors que j’attendais notre sixième enfant, que mon mari a été muté et est parti travailler dans une autre province. Tout allait encore à peu près jusqu’au jour où… je me suis cassé le pied. Là, c’était fini : le  « moi tout seul » ne suffisait plus et pendant que je me tracassais en me demandant comment j’allais m’en sortir, j’ai vu frapper à la porte, toutes les amies que j’avais aidé, heureuses et soulagées de pouvoir me rendre la pareille. Vous ne pouvez pas imaginer comme je me suis fait chouchouter et ce que j’ai découvert la vraie entraide.

Ayez plusieurs enfants !

Pour finir et certainement contrairement à ce que vous croyez, pour ne pas être débordée, ayez plusieurs enfants.
Bien sûr, vous aurez plus de linge à laver et à repasser, bien sûr les courses seront plus importantes, mais les choses deviennent incroyablement faciles.

L’exemple des aînés est un mode d’emploi parfaitement adapté aux plus jeunes qui n’ont plus qu’à regarder et copier ce qui s’est déjà passé avant eux. De même, les règles des aînés seront automatiquement suivies et acceptées par les plus jeunes. Quant aux plus grands, sous le regard des petits, ils prendront leurs responsabilités de faire et de bien faire. Bien sûr il vous reste à montrer l’exemple, à accompagner pour que chacun reste dans les rails, et à expliquer pourquoi.

Ne pas vouloir aller plus vite que la musique

… et suivre le chemin de chaque enfant en le stimulant mais sans le brusquer. L’enfant a tout le temps de grandir, de marcher, de parler, d’être propre. Il faut accompagner, mais pas brusquer, il le fera naturellement.
J’ai été débordée lorsque j’ai absolument voulu que ma petite fille soit propre avant l’heure, entre le pot où elle passait des heures sans rien faire, les couches remises à contre-cœur, mon énervement et sa panique. Plus rien ne tournait rond dans la maison.
Quel soulagement lorsque ma sœur m’a dit : « Mais arrête, Brigitte, tu as tout le temps et elle aussi. Ce n’est pas le moment, c’est tout. » Incroyable ce que la paix est revenue dans la maison.

Votre enfant n’a pas besoin non plus de manger très tôt comme un grand

Il aime ses biberons, continuez à lui en donner, surtout s’il sait les prendre tout seul. Cela vous donne du temps. Ensuite, quand il sera assez grand, donnez-lui la même chose qu’à vous : des bonnes soupes de légumes qui font du bien à toute la famille, des pâtes et du jambon, des yaourts et des fruits, tout ce qui est bon pour lui… et pour vous et qui permet de ne faire qu’un seul menu.

Plus tard, rien ne vaut la bonne cuisine familiale qui mijote sans vous, et nourrit au mieux : pot au feu, blanquette, bœuf aux carottes, poisson au court bouillon, et toujours ces éternelles soupes de légumes dans lesquelles vous râpez un bout de fromage et qui en un seul plat nourrissent toute la famille.

Le linge est un gros morceau dans les occupations d’une maman

Sortir le linge propre et mouillé de la machine, la bourrer à nouveau et la faire tourner est réservé aux temps cachés c’est-à-dire à ces moments où vous devez être là, pour surveiller, aider… mais où vos mains ne sont pas occupées. Lorsque les enfants s’habillent ou se déshabillent par exemple, ou au moment du bain, vous êtes là et vous n’êtes pas là, ils prennent leur autonomie, ils s’exercent tout seuls, mais vous êtes là quand même, au cas où.

Pour le repassage, l’idéal c’est le moment des devoirs. Vous travaillez, comme eux, chacun « son devoir d’état » et vous êtes en même temps toute disponible pour faire réciter une leçon ou expliquer un devoir… et s’il vous reste encore des tonnes de linge à repasser, installez donc votre table à repasser derrière le canapé où ils sont tous affalés, cela vous permettra en faisant avancer vos affaires de voir les programmes de télévision ou les films qu’ils regardent et de ne pas être en dehors du coup.

Enfin, n’hésitez pas à prendre exactement les mêmes paires de chaussettes par pointure :
1) Vous trouverez toujours une deuxième chaussette pour faire la paire ;
2) Vous saurez toujours dans le tiroir de quel enfant les ranger ;
3) Vous verrez tout de suite quelles chaussettes donner à ceux qui auront changé de pointure.
Ça fait toujours rire mais vous ne pouvez pas vous imaginer le gain de temps que cela procure. … un problème peut-être ? Les enfants vous diront que ce n’est pas très « fun », mais ils seront tellement contents de trouver des chaussettes à se mettre, le matin en partant à l’école !

Dites-vous et dites-leur que la sieste et la nuit sont sacrées

En ce qui concerne le sommeil de vos enfants, dès qu’ils ont appris à faire leurs nuits, dites-vous et dites-leur que la sieste et la nuit sont sacrées. Une fois qu’ils sont couchés, sauf raisons très exceptionnelles comme la maladie, ils ne doivent JAMAIS se relever. Ce temps-là est pour vous, pour votre mari et vous en avez bien besoin pour tout ce qu’il vous reste à faire, y compris la tendresse.

Quand notre fille était toute petite, vers trois-quatre ans je pense, j’avais décidé qu’elle ne devait pas sortir de son lit avant 3 heures. Je lui avais acheté une superbe horloge de Mickey en plastique à accrocher au mur et je lui avais montré : « Tu vois, quand la petite aiguille est sur le 3 ou après le 3, tu peux m’appeler. Avant c’est non. Je te mets des livres et des jouets dans ton lit, si tu es réveillée, tu peux t’occuper. » Au bout de 3 jours c’était gagné. Je ne dis pas qu’elle savait lire l’heure, mais elle ne m’a plus appelée avant l’heure dite.

Allez, je vous en donne une autre astuce qui me vient d’une amie : pour que faire la sieste ne soit pas une galère, dès qu’ils sont assez grand, vous leur mettez 2 tous petits bonbons de couleur sur l’oreiller. Quand on n’a jamais de bonbons c’est fou ce que c’est attrayant, et pour le plaisir, vous leur demandez de quelle couleur ils sont. Quand ils ont trouvé du premier coup ou lorsque l’effort a été intense, vous en rajoutez un troisième. Vous ne pouvez pas savoir comme la sieste devient un moment exceptionnel !

 

Il y a encore des montagnes d’astuces pour passer le plus de temps possible avec ses enfants en contournant les possibilités de heurts ou en se jouant des corvées. Chacun peut en trouver. Il me semble que les parents pour être vraiment au top doivent avant tout être : les rois du système D !

 

Brigitte Jacquelin

© crédit photo Clarisse de Lauriston

 

Les Mamans

Marie, Paola, Bérénice, Florence, Tiphaine, Astrid, Lorraine... Plus d'une centaine de mamans participent à l'élaboration de ce site, pour une plus grande diversité de conseils, d'avis, de bons plans, de coup de pouce et de témoignages.

Vous voulez nous aider ? Vous avez besoin de conseils ? Vous voulez donner votre témoignage ?
N'hésitez-pas à nous contacter !