Comment gère t-on une famille nombreuse aujourd’hui ?

Comment gère t-on une famille nombreuse aujourd’hui ?

La famille nombreuse intrigue et impressionne toujours. La logistique du quotidien demande une attention plus importante à chacun et requiert une sacrée organisation pour garder le rythme. Les grandes fratries se concentrent sur un véritable esprit de famille où chacun apporte sa part dans le foyer. Les responsabilités sont souvent partagées très tôt et les enfants sont plus vite autonomes.

Comment gère t’on une famille de 5 à 6 enfants de nos jours ? Quel quotidien ? Quelle organisation ?

Trois mamans ont accepté de partager leur expérience. Toutes s’accordent à dire que le nombre demande plus d’attentions à chacun et qu’il est important de savoir consacrer des moments singuliers avec l’un ou l’autre pour ne pas toujours gérer la fratrie en groupe.

Témoignages de 3 mamans de fratrie de 5 et 6 enfants :

Alix, maman de 2 filles et 3 garçons, âgés de 8 à 17 ans

« La gestion au quotidien demande un peu d’anticipation selon le planning de chacun (cours, activités extra-scolaires, travail…) et surtout du dialogue. J’ai eu la chance de pouvoir faire évoluer mon activité et ses horaires au rythme de ma famille. Quand les enfants étaient petits, je pouvais gérer des rendez-vous le soir après le coucher. Aujourd’hui, avec des enfants adolescents, je privilégie le travail en journée pour être présente pour les repas et favoriser la communication. Notre fratrie est mixte, chacun participe à l’entretien de la maison naturellement et selon ses affinités. Un jour équivaut à une responsabilité pour chacun : mettre la table et débarrasser le lave-vaisselle par exemple. La préparation d’un repas donne l’occasion d’un moment d’échange avec l’un, un rendez-vous chez le médecin permet un temps avec un autre. Je saisis la moindre occasion pour passer un temps privilégié avec l’un d’entre eux (habillement, conduites…). Le temps du coucher est un moment où je me rends entièrement disponible pour une histoire, une prière et échanger. Parfois ce rituel est compromis et demande des ajustements, je veille à le maintenir au mieux dans le quotidien. Mon mari et moi favorisons l’autonomie et leur propre responsabilité. Nous ne demandons pas aux aînés de s’occuper des plus petits. Nous pensons que chaque expérience extérieure est une richesse pour s’ouvrir aux autres et mieux accepter la différence. Par exemple, les séjours linguistiques ont permis à nos aînés de découvrir une autre famille, une autre éducation, de comparer et d’échanger sur ce qu’il a aimé pour éventuellement nous permettre de faire évoluer la nôtre. »

Emma, maman de 2 filles et 4 garçons, âgés de  12 ans à 17 mois

« Mon mari et moi sommes tous deux issus d’une fratrie de 5 et 6 enfants. L’esprit de famille transmis par nos parents est en nous. Je suis en congé parental pour le 6ème enfant et je vais reprendre mon travail à 60%. Ce rythme offre un équilibre pour la famille et me permet d’être présente à la sortie de l’école et pour les devoirs ensuite. La gestion d’une famille nombreuse demande de l’énergie et il est important aussi de savoir solliciter de l’aide – elle peut être ménagère et aussi s’établir entre mamans de l’école pour les conduites – pour ne pas se laisser dépasser par un trop plein de charges domestiques (lessives, rangement…). Pour la gestion des repas, j’établis des menus à la semaine avec un ou plusieurs enfants. Cela permet de faire plaisir à tout le monde et de dresser la liste de courses pour la semaine. C’est le papa qui gère les courses et le repas du dimanche. Cela me permet de me décharger aussi. La famille nombreuse demande de se simplifier le quotidien au maximum et de prioriser. Pour les activités extra-scolaires, on fait le tri sur l’activité que les enfants désirent réellement et on leur apprend à gérer la frustration en même temps. On ne peut pas tout faire ni tout avoir. Cela me permet aussi de mieux gérer le planning des conduites. Les enfants réclament un moment privilégié pour chacun, nous essayons de le mettre en place. Par exemple, le rituel du soir permet de favoriser le dialogue, les câlins, les bisous et les histoires. Il est important que chaque enfant se sente exister individuellement dans une grande fratrie, mon mari et moi y veillons.»

Natalia, maman d’1 fille et 4 garçons, âgés de 10 à 3 ans

« Notre vie en expatriation a renforcé notre envie de créer une grande famille, de former notre « petit cocon ». Nos enfants sont rapprochés, 1 an d’écart pour les 3 premiers et 3 ans pour les 2 derniers. Ils ont des liens très forts et protecteurs et je pense que l’expatriation renforce ces liens. La famille nombreuse demande d’accorder davantage d’autonomie très tôt : pour l’habillage, le rangement, l’aide au quotidien concernant les repas (mettre et débarrasser la table par exemple)… J’ai arrêté de travailler pour me consacrer à ma famille, j’ai la chance de pouvoir le faire. Je suis en veille constante sur la gestion quotidienne de la famille et de la maison sinon cela peut vite déborder sans un minimum d’organisation. La famille nombreuse laisse moins de place aux détails matériels, on agit au mieux pour tout le monde. Pour les repas, je les adapte aux enfants pour leur faire plaisir mais c’est le même plat pour tout le monde. Pour les devoirs, nous sommes tous autour de la table et je me rends disponible selon les besoins de chacun. Je pense qu’il est important de former un vrai binôme avec le papa pour que cela fonctionne bien. Mon mari est en déplacement la semaine et gère la famille à 80% le weekend pour me décharger et passer un moment privilégié avec les enfants. »

Alexandra Caroni

Lire aussi :

Mère au foyer d’une famille nombreuse : je vais très bien merci !