Comment choisir les prénoms d’une fratrie ?

Comment choisir les prénoms d’une fratrie ?

Quel épineux sujet que le choix du prénom de ses enfants ! Un éternel débat avec son mari en premier lieu, puis avec l’entourage… Entre ceux, qui aiment, ceux, qui détestent, ceux, qui les trouvent désuets ou originaux, tout le monde a son mot à dire ! La pièce de théâtre « Le prénom » et le film du même nom l’illustrent parfaitement…

Mais quand on a plusieurs enfants, le sujet devient encore plus complexe ! La fratrie raconte désormais une histoire. Certains parents choisissent des prénoms en fonction de leurs origines ou des personnes qu’ils ont rencontrées. D’autres en fonction des sonorités qu’ils affectionnent ou d’événements qui les ont marqués. Tous souhaitent créer une harmonie familiale… Au sein de laquelle les prénoms des aînés donnent le tempo ! Plusieurs mères de famille se confient sur leurs choix…

Les prénoms de grands saints : Martin, Jean, Gabriel

« Pour l’aîné, nous étions tous les deux d’accord pour l’appeler Martin. Ayant un nom de famille long, nous préférions un prénom court et classique. Au moins, nous étions sûrs de ne pas nous en lasser ! Pour le second, Jean s’est imposé rapidement. C’est un prénom de famille des deux côtés. Enfin, Gabriel, prénom intemporel, est venu compléter notre trio. Nous cherchions une harmonie et surtout souhaitions compléter notre série de grands saints… Un général romain pour l’aîné, un évangéliste pour le second, un ange annonciateur d’une bonne nouvelle pour le troisième. De quoi faire rêver nos garçons et leur donner un modèle pour les tirer vers le haut ! » Louise

DuV

Les prénoms intemporels : Stanislas, Maialen, Antoine, Amaury

« Stanislas et Amaury étaient les prénoms que nous aimions tous les deux et dont nous avions parlé dès le début ! En ce qui concerne Maialen, c’est un prénom basque, que j’ai toujours beaucoup aimé, mais mon mari le trouvait trop original… Le fait qu’elle naisse à Bayonne l’a finalement convaincu ! Le prénom d’Antoine est apparu comme une évidence, car c’était celui de mon père. Dans l’ensemble, nous avons essayé de ne pas suivre les effets de mode en choisissant des prénoms intemporels. Certains jolis prénoms sont tellement donnés qu’on en trouve parfois trois ou quatre dans la même classe ! » Sophie

IMG_8601

Les prénoms rétros : Auguste, Jules, Emile, Lucien, Eugène

« Ma liste de prénoms est toujours restée dans le même style : années 1900, prénoms de « poilus » ou de monuments aux morts ! Ma bible des prénoms a d’abord été les arbres généalogiques de nos familles ! Je voulais que chaque prénom soit unique. Si on avait respecté la tradition familiale, l’aîné se serait appelé Lucien. Mais il y a dix ans, je n’arrivais pas à imaginer un petit bébé s’appelant Lucien ! C’est mon mari qui a trouvé le prénom d’Auguste qui m’a tout de suite plu. Ensuite, Jules s’est imposé naturellement, car nous avions chacun dans nos familles un duo « Auguste Jules ». Après quelques hésitations, Emile a gagné nos suffrages. Je m’entraînais à dire à la suite les prénoms de la fratrie pour voir si c’était harmonieux. C’est seulement au numéro 4 que Lucien est devenu évident. Je ne connaissais pas d’enfant s’appelant comme ça et ça me plaisait ! Pour la petite histoire, Lucien est le seul de mes enfants à être blond aux yeux bleus… comme le fameux grand-père dont il porte le prénom ! Eugène est venu compléter notre fine équipe, mais il reste encore des prénoms sur ma liste ! » Marion

Famille Leblanc

Une sonorité commune : Gauthier, Augustin, Guerric, Gonzague

« Nous n’avions pas fait attention que le son [g] revenait dans les prénoms de nos deux aînés. C’est seulement à partir du troisième garçon que nous nous sommes posés la question de continuer la série ou d’arrêter. Comme nous aimions vraiment la sonorité, nous avons persisté ! Notre quatrième fils la porte même deux fois dans son prénom. Nous avons surtout choisi les prénoms de nos enfants en pensant à des personnes que nous aimions particulièrement. » Laure

Huet

Double difficulté avec des jumelles : Solène et Agathe, Louis, Victoire

« Nous avons eu la surprise d’attendre des jumeaux pour ma première grossesse. Comme nous n’avions pas demandé le sexe, nous cherchions des prénoms courts pour notre nom de famille long et trois combinaisons possibles : une mixte, une féminine, une masculine. Il fallait que les deux prénoms se répondent et qu’on les aime autant ! Finalement Solène et Agathe sont les prénoms de deux de mes amies et possèdent par hasard le même nombre de lettres. Louis et Victoire sont venus compléter ces prénoms classiques. » Charlotte

Et pour les indécises, regardez le sketch très drôle de Maxime Gasteuil sur les prénoms parisiens : ici !

HRE_5877

© crédit photo des Mamans Vogue et pinterest

Laetitia d'Hérouville

Mère de quatre adorables diablotins, passionnée de littérature ayant cohabité avec Oui-Oui, Tchoupi & co, Laetitia part à la rencontre des "héroïnes du quotidien", ces femmes qui élèvent leurs enfants avec une bonne dose d'humour, de patience, de courage, d'amour, de cris, de larmes et de joies indescriptibles !