Cet été, je médite sur ma féminité

Cet été, je médite sur ma féminité

Et si on profitait de l’été pour réfléchir à notre féminité ? Difficile de se poser sur ces questions tout au long de l’année avec le rythme à tenir…L’été peut être le bon moment pour nous concentrer un peu sur nous-mêmes, méditer cette question essentielle de la femme qui vit en nous et peut-être se lancer de nouveaux défis pour la rentrée.

Pour ce faire, on vous propose de réfléchir à plusieurs questions qui ont pour objectif de casser ou révéler vos a priori sur la féminité, de les confronter avec vos aspirations profondes et de définir comment vous avez envie de dévoiler encore plus votre féminité individuelle.

Est-ce que je me trouve féminine ?

Avant toutes choses, voilà la première question qui légitimera toutes les autres. Efforcez-vous d’évaluer votre propre niveau de féminité quelle que soit la façon dont vous sentez qu’elle se voit ou se ressent. Comment  vous percevez-vous ? Et surtout, pourquoi ? Vous sentez vous femme dans vos attitudes, votre posture, vos attributs physiques, votre façon de vous mettre en valeur, … ? Pour compléter cette auto-évaluation de façon pertinente, nous vous conseillons aussi de poser la question à votre entourage bienveillant, comme vos maris ou vos familles proches par exemple. Souvent, on ressort étonnées des réponses qui nous sont apportées. Cela peut aider à ouvrir les yeux et casser une image qu’on s’était soi-même collée à la peau.

Qu’est-ce qui me semble féminin ?

Quand vous regardez d’autres femmes, quelles sont leurs caractéristiques que vous associez au féminin ? Est-ce leur attitude dans un certain cadre : en société, en couple, au travail ? Est-ce leur aspect physique ? Est-ce leur caractère ? Est-ce leurs vêtements ? Qu’est-ce qui vous fait dire d’une femme qu’elle est féminine ?  L’objectif est de révéler vos idées préconçues sur le féminin. Vous avez forcément hérité culturellement et familialement d’une vision des femmes, d’une façon de les percevoir et de les qualifier. Elle correspond peut-être justement à votre nature ou bien pas du tout et vous n’arrivez pas à vous en défaire pour être plus en cohérence avec vous-même. Cet exercice permet de faire la chasse à nos représentations mentales de la féminité. D’ailleurs, idéalement, n’appliquez pas uniquement cet exercice à des femmes que vous connaissez bien, promenez-vous dans la rue et demandez-vous quelles sont les femmes que vous trouvez féminines et pourquoi.

 

De quelle représentation des femmes j’ai hérité ?

Question plus épineuse…Vous descendez forcément d’une lignée de femmes. Certaines vous inspirent, d’autres vous étouffent. Certaines vous donnent envie d’être plus femmes, d’autres de l’être moins. Alors, toujours pour casser vos représentations mentales, projetez les parcours, attitudes, aspects des femmes de votre lignée et demandez-vous ce qui en ressort. Faites le bilan de l’influence que ces femmes ont sûrement eu sur votre propre vision de la féminité. Par exemple, avec une maman carriériste et très appréciée dans son travail, arrivera-t-on à être mère au foyer ? Avec une maman qui rejette les fanfreluches et trouve tout maquillage superficiel, arriverez-vous à affirmer votre féminité de cette manière ?

Qu’est-ce que la maternité a changé à ma féminité ?

La maternité vous a forcément changé en profondeur mais aussi physiquement. Comment vivez-vous ce nouvel état ? Qu’est ce qui a changé dans votre rapport à votre corps et à votre nature féminine ? Faites une liste de ce qui a changé en vous et de façon pratique dans votre quotidien et demandez-vous si ces changements affectent en bien ou en mal votre féminité.

Qu’est-ce que je souhaite changer ?

Avec ces questions, vous pouvez confronter la réalité avec vos schémas mentaux  et le plus important; avec vos désirs.  J’aimerais porter beaucoup plus de boucles d’oreilles, je ne le faisais pas car j’avais tellement peur d’avoir l’air superficielle et idiote. Mais en fait, je trouve que ça sublime tout de suite une femme quelle que soit sa tenue. Ça en jette tout de suite sans en faire trop, c’est une féminité qui correspond à ma personnalité. Ou encore : je souffre de me trouver peu féminine à crier sur les enfants et mener mon monde domestique à la baguette. Je choisis de me forcer à plus de souplesse et de rondeur qui correspondront mieux au besoin que j’ai de me sentir femme.

Bref, choisissez des axes de progrès, quels qu’ils soient. Ceux qui correspondront à vos aspirations profondes révélées par votre observation de vous-même et des autres. Ce que vous valorisez chez les autres est toujours une bonne piste à creuser pour vous-même.

Chaque femme a besoin de se connecter avec sa propre nature qui est unique et différente de celle des hommes. Différente, non inférieure ou supérieure. Cet été, prenez le temps de prendre soin de vous, de vous valoriser et de vous demander comment vous pourriez être encore mieux connectée avec vous-même et votre nature féminine. Identifiez la femme que vous souhaitez être et déclinez là dès la rentrée.

©Photo : Sabrina Soave x Joséphine Family pour MAMAN VOGUE

Lire aussi :

Comment le féminisme met en danger la féminité

Paola Marceau

Working mum de 2, la maternité est pour elle un sujet intarissable d'échanges et de questionnements et une aventure galvanisante au quotidien.

Elle partage avec joie son vécu, ses interrogations et ses petits tips !