Cap ou pas cap… d’autoriser nos enfants à faire l’école buissonnière pour partir en vacances hors vacances scolaires ?

Cap ou pas cap… d’autoriser nos enfants à faire l’école buissonnière pour partir en vacances hors vacances scolaires ?

Ah, comme il est tentant d’improviser une semaine de vacances en famille en dehors des vacances scolaires… Une occasion inédite de casser le rythme, à petit prix et sans les foules habituelles… Mais du point de vue des apprentissages et de l’institution, est-ce réellement une bonne idée ?

On en a tous rêvé mais on n’a pas tous osé le faire : profiter des périodes hors vacances scolaires pour partir skier une petite semaine en famille, ou revenir 3 jours après la rentrée pour payer un billet d’avion moins cher. C’est effectivement tentant, mais est-ce autorisé ? D’un point de vue légal, clairement non, car à partir de 6 ans l’école est obligatoire. Elle devrait même le devenir dès 3 ans à la rentrée 2019 https://www.education.gouv.fr/cid128437/assises-de-l-ecole-maternelle.html . Le site du Ministère de l’Education Nationale le rappelle sans ambiguïté http://eduscol.education.fr/cid48231/vos-questions-nos-reponses.html  : « L’assiduité aux enseignements obligatoires prévus à leur emploi du temps est un des devoirs des élèves. Les vacances prises par les parents en dehors des congés scolaires fixés par le calendrier scolaire national ne constituent pas un motif légitime d’absence ».

Dans la pratique, ce n’est pas tout à fait comme cela que cela se passe : très régulièrement des élèves font l’école buissonnière…avec la bénédiction de leurs parents puisque c’est avec eux qu’ils partent en vacances ! Mais si ce n’est pas officiellement légal – et donc interdit, est-ce réellement préjudiciable pour les enfants ? Qu’en pensent les institutrices ? Pour Séverine, institutrice en primaire, « les enfants qui partent en vacances ont une chance folle et vont apprendre tellement de choses dans le cadre de leurs vacances – si ce ne sont pas des vacances console/télé bien sûr – qu’il ne faut surtout pas les en priver, quel que soit le niveau dans lequel ils sont scolarisés ! ».

Au fond, on comprend par là qu’une semaine d’école séchée ne devrait pas mettre en péril la scolarité de l’élève… même si pour Valérie, institutrice en maternelle après avoir longtemps enseigné en primaire, « c’est important de prendre en considération le niveau de l’enfant : si l’élève n’est déjà pas très à l’aise à l’école, ce n’est pas lui rendre service que de lui faire rater l’école car ce sera ensuite difficile de rattraper et pourra engendrer une vraie souffrance ». Larissa, institutrice en CM1/CM2, considère elle que par principe, « l’école étant obligatoire à partir de 6 ans, c’est embêtant que des élèves manquent la classe pendant que les autres travaillent ».

Justine, enseignante en primaire est pragmatique : « C’est de toute façon compliqué d’empêcher les familles de le faire, mais du coup la manière dont c’est fait a son importance. Si c’est exceptionnel, évidemment on comprend, mais j’ai des élèves qui partent systématiquement la veille des vacances et qui reviennent le lendemain de la rentrée, sans même demander l’autorisation, je reconnais que ça m’exaspère ».

Et le rapport à l’école, à l’autorité, à l’Institution dans tout cela ? Pour Justine et Larissa, ce n’est pas très bon de dire à un enfant que ce n’est pas grave de rater l’école. Si on peut rater l’école pour partir en vacances, alors pourquoi irait-on quand on a juste la flemme ? « Être assidu, c’est une question de respect des autres élèves mais aussi une question de respect du travail de l’enseignant », explique Larissa. Car bien entendu quand un élève est absent, les parents attendent généralement de l’instituteur qu’il fournisse le travail à faire pour ne pas prendre de retard… Et Séverine de rappeler que réciproquement ces vacances « ne sont possibles que si les parents s’engagent à rattraper le travail fourni par les enseignants ».

Alors, Parents, prêt à franchir cet interdit ? Profitez-en si votre enfant est en maternelle, c’est le moment de faire assez sereinement l’école buissonnière d’autant que, comme nous l’avons préalablement rappelé, la scolarisation deviendra probablement obligatoire dès 3 ans dans quelques mois…. https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F1898. (NB : nous ne sommes pas en train de dire que ce qu’apprennent les enfants de maternelle n’est pas fondamental, mais il est certain que le retard qu’ils auront pris pendant la semaine d’absence sera plus facilement rattrapable qu’en CM1 où en une semaine on peut aborder en même temps la notion de C.O.D en français et de fractions en maths). Si vos enfants sont en primaire et que vos billets sont déjà pris, dites-vous qu’à titre exceptionnel, l’Institution et l’institutrice ne devraient pas s’opposer à une petite semaine de vacances en dehors des clous, mais attention à ne pas le faire tous les 3 jours !

Sinon, au-delà du fait que vous prendrez le risque d’énerver l’enseignant, c’est le Directeur Académique des Services de l’Education Nationale qui pourrait vous tomber dessus ! https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F1899

Photo ©Petit Picotin

Valentine de La Celle

Lire aussi :

Pour ou contre le port de l’uniforme à l’école ?

5 astuces pour bien gérer le départ à l’école

Le unschooling ou pourquoi mes enfants ne vont pas à l’école (oh la la)

  • Ma grossesse
    semaine après semaine

    Retrouvez chaque semaine :

    • Des infos personnalisées
    • Les conseils de nos experts
    • Un rappel des démarches
    • Nos bons plans
    Je m'inscris

    Renseignez la date prévue de votre accouchement

  • Jeux concours - Les cadeaux de Maman Vogue