Mon bébé a pris l’avion à 3 semaines

Mon bébé a pris l’avion à 3 semaines

Une passagère surprise

3 semaines et des poussières c’est l’âge qu’avait ma fille lorsqu’elle a pris l’avion pour la première fois.
Nous vivions à l’étranger et à 5h de vol de la France lorsque j’ai appris le mariage de ma meilleure amie et que j’ai accepté d’être son témoin.
C’était juste avant de savoir que j’étais enceinte et que la naissance était prévue environ un mois avant la date du mariage…

J’ai donc réfléchi durant ma grossesse à la possibilité d’annuler ou non ma venue à ce mariage auquel je tenais évidemment à aller, mais puisque celle ci se passait bien j’ai confirmé à mon amie d’enfance que, sauf contre indication suite à l’accouchement ou bien durant les premiers jours de vie de ma fille, je serais là.

Ma fille est née à terme à 40 semaines. L’accouchement s’est bien passé autant pour elle que pour moi et nous sommes rentrées à la maison après 3 jours à la maternité.
J’ai donc passé les premiers jours à me reposer et pouponner en toute tranquillité, malgré quelques difficultés dans la mise en place de l’allaitement qui ont fini par se régler.

Après quelques jours j’avoue avoir eu un peu d’appréhension à l’idée de faire ce voyage. Ma fille me semblait tellement petite et fragile…je ne m’étais pas attendue à ça.
Et moi-même avec le manque de sommeil et les hormones en chute libre, je ne me sentais vraiment pas au meilleur de ma forme pour entreprendre cette aventure…

Pourtant je l’avais promis à ma meilleure amie, et j’avais vraiment à cœur d’être présente.
J’ai heureusement pu compter sur l’aide de mon mari qui a été très présent.

C’est lui qui s‘est occupé immédiatement après la naissance de faire faire la carte d’identité de notre fille afin qu’elle puisse voyager.
Il a confirmé auprès de la compagnie aérienne la présence du bébé et s’est assuré que nous bénéficierions bien d’une nacelle pour pouvoir l’y allonger durant le vol.
Il s’est aussi occupé de faire les valises afin que je ne donne pas de soucis avec ça et de gérer tout ce qui concernait aussi bien notre départ que notre arrivée sur place (taxis, réservation d’hôtels, etc…)

De l’organisation et…des imprévus !

Finalement le jour J j’étais plus zen que je ne l’aurais cru. Nous avons fait le choix de ne pas voyager avec la poussette puisque nous avions la chance qu’on nous en prête une sur place.

C’est donc simplement avec une valise chacun et un sac à langer plein à craquer que nous sommes partis, ma fille en écharpe contre moi.
J’avais choisi une écharpe rapide et très facile à mettre que j’utilisais déjà depuis sa naissance afin de ne pas perdre de temps à l’enlever et l’installer à chaque fois que cela serait nécessaire. Et j’ai gardé le sac à langer en cabine avec nous.

Au niveau de l’alimentation, j’allaitais toujours exclusivement ma fille donc cela facilitait la donne : pas de biberons, d’eau ou de lait en poudre à emmener avec nous. Nous voyagions relativement léger.
Le pédiatre m’avait conseillé de faire téter ma fille lors du décollage et de l’atterrissage de l’avion afin d’éviter qu’elle ne souffre des oreilles.

C’est donc ce que j’ai fait, j’avais peur qu’elle ne veuille pas téter à ce moment précis et j’avais au cas où prévu une tétine (qu’elle ne prend pas habituellement) mais elle s’est montré particulièrement conciliante et n’a pas eu l’air de souffrir grâce à ces tétées !

Durant le vol elle a dormi plus de 3 heures ce qui je dois le dire nous a bien arrangé. J’ai même pu en profiter pour moi aussi m’accorder une petite sieste et profiter du plateau repas en regardant un film. Quel luxe pour une jeune maman !

Évidemment il y a eu quelques ratées, notamment l’explosion d’une couche qui nous a amené à la changer entièrement de la tête au pieds aux toilettes alors que le signal prévention de turbulences et nous sommant de nous rendre à nos sièges et de nous attacher s’était allumé !

Bref, petit moment de panique, nous avons fait aussi vite que nous pouvions pour essuyer les dégâts et la changer en essayant de rester stables puisque nous ressentions vraiment les turbulences mais si elle est ressortie toute propre des toilettes nous ne pouvions pas en dire autant de nous même…et si nous avions prévu deux tenues de rechange pour elle dans le sac à langer, nous n’avions pas pensé à en prendre pour nous…
Quel fou rire en imaginant la tête de nos amis qui devaient venir nous chercher lorsqu’ils voudraient nous serrer dans les bras à la sortie de l’avion !

Nous sommes restés une semaine sur place et le vol retour s’est bien passé également, plus ou moins dans les mêmes circonstances hormis la diarrhée cette fois ci bien que nous ayons prévu des vêtements de secour pour toute la famille et qu’elle n’a dormi qu’une petite heure et davantage pleuré cette fois-ci.

Avec le recul je ne regrette pas du tout ce voyage qui a été vécu comme une vraie aventure par toute la famille mais qui reste un très bon souvenir.
Nous avons eu la chance d’avoir une petite fille très sage et qui nous a déjà démontré malgré son très jeune âge ses grandes capacités d’adaptation !

Je conseille à tous les parents qui hésitent de se faire confiance et surtout de faire confiance à leur enfant et de sauter le pas si c’est important pour eux et qu’ils craignent de le regretter plus tard !
Vous serez certainement surpris par la facilité avec laquelle cela se déroulera !

©Virginie Hamon pour MAMAN VOGUE

Lire aussi :

Partir en vacances sans bébé et alors ?

La check-list du départ en vacances

Marie Cauquil O'Kelly

La rédactrice M.OC