« Balance ta Cape », le journal-manifeste déculpabilisant et piquant !

« Balance ta Cape », le journal-manifeste déculpabilisant et piquant !

« Balance ta Cape »

Les jumelles Anne-Sophie et Fanny ont encore frappé ! Elles publient leur troisième livre écrit à quatre mains « Balance Ta Cape ».

Après, « Et si vous deveniez l’héroïne de votre vie » et « Celle qui a dit Fuck » nous avons hâte de retrouver les aventures de l’héroïne, Alice, jeune femme attachiante et dynamique toute pleine de paradoxes.

C’est un livre qui va beaucoup nous parler à nous, les Mamans ! Car Alice c’est une super maman, une super working girl, une super épouse et une super amie qui décide d’alléger son quotidien en mettant sa cape au placard…

Déculpabilisant, piquant, un brin féministe, ce journal-manifeste nous décrit une femme qui fait comme elle peut et qui l’assume !

C’est aussi l’occasion de rencontrer ces deux femmes et mamans, Anne-Sophie et Fanny Lesage, fondatrices de la newsletter dédiée au développement personnel, Holi Me (www.holi-me.com) où elles partagent des conseils feel-good et bien être.

Deux super héroïnes du quotidien, solaires et pleines de joie !

Rencontre…

Est-ce que vous pourriez vous décrire chacune l’autre ? Anne-Sophie décrit Fanny et inversement…

Anne-Sophie : pour moi Fanny c’est une chef de tribu (trois enfants quand même #respect), une photographe de talent, et elle m’agace parce que quoi qu’elle porte elle est cool ahah#pasjalouse.

Fanny : Anne-Sophie pour moi c’est la bienveillance incarnée ! Elle est toujours à l’écoute des autres, calme et psychologue. Elle trouve aussi toujours le bon mot pour me faire rire quand ça ne va pas.

Qu’est-ce qui vous a poussé à écrire ce livre ?

Anne-Sophie : les retours qu’on avait eus sur « Celle qui a dit Fuck », le premier opus. Toutes ces lectrices adorables qui nous écrivaient en nous disant que le livre les avait aidées et touchées. Très vite on s’est mis à rêver d’une suite des aventures de notre héroïne.

Et puis il y a eu comme une urgence, une envie de retrouver notre héroïne. Ça ne se maîtrise pas trop après tout ! Les idées ont commencé à couler, on ne pouvait plus nous arrêter.

Comment écrit-on un livre avec sa sœur ?

Fanny : c’est avant tout des heures de brainstorming (et d’apéro). Un doc Excel (loin d’être glamour) qui reprend toutes nos idées…

Anne-Sophie : et puis après une fois que tout est balisé, on part en écriture. Comme dans tous les projets il y a des jours où ça bloque, des jours où ça coule. Il faut être bienveillante avec soi, accepter ce processus. Et surtout ne jamais se dire qu’on écrit pour être lu. C’est avant tout une démarche personnelle !

Et surtout comment travaille-t-on avec sa sœur ? Jumelle ?

Fanny : on est un vieux petit couple ! Parfois on se kiffe et parfois on a envie de s’arracher les cheveux (à la Rachel et Monica dans Friends). Mais globalement pour une longue relation de plus de 36 ans et vu le temps qu’on passe ensemble (week-end, vacances…), on se débrouille plutôt bien je trouve !

Comment décririez-vous Alice, votre héroïne ?

Qui est-elle ?

Alice c’est vous, c’est nous. C’est une femme attachiante ! Pleine de contradictions qui peut briller un instant et douter la seconde d’après. C’est cette femme qui est un peu trop dure avec elle-même et qui a une fâcheuse tendance à oublier à quel point elle est géniale !

J’imagine que ce livre est plein d’anecdotes qui vous sont arrivées dans votre vie (ou alors vous avez une sacrée imagination !)… En auriez-vous une qui vous tient à cœur particulièrement ?

Anne-Sophie : il y en a une dans le livre qui a beaucoup fait rire notre éditeur et qui est une vraie anecdote (même si je ne devrais pas l’avouer), c’est quand Alice se fait violence pour ne pas faire de commentaire à son mec qui rentre dans le lit avec son pyjama neuf qui n’est pas passé par la case « machine à laver ». Elle se fait violence pour ne rien dire et ne pas passer pour la reloue de service. J’ai quand même dû demander une « autorisation d’exploitation » à mon mari ahah.

Fanny : moi c’est le « si tu ne fais pas caca, il n’y aura pas de dessins animés » que j’ai réellement crié à mon fils constipé un soir ! Il a fini par regarder le dessin animé sur les toilettes évidemment ! Parfois les nerfs lâchent.

Quel est votre point de vue sur les mamans de notre génération ? Pensez-vous que l’on veut en faire trop au point de vouloir devenir des super héroïnes ou au contraire que l’on a une prise de conscience et que la maternité ne doit pas être un fardeau ?

Fanny : un peu des deux ! Les mentalités évoluent. On a bien assimilé qu’il n’était pas question pour nous d’être des mères parfaites et que de toute façon c’était impossible. La société plébiscite le retour à « la femme normale ». Mais sur le terrain on nous demande de nous surpasser dans notre job avec des horaires non adaptés à notre vie personnelle. On veut pouvoir profiter de nos enfants et partager de jolis moments avec eux. Sans en oublier de porter un chouilla d’attention à notre partenaire avant de s’effondrer devant notre série NETFLIX… on avouera que le challenge est de taille, et les pressions multiples. Comme on le dit depuis toujours c’est dans les petites actions du quotidien qu’on parviendra à alléger un peu la pression. Et aussi, un thème fort du livre : la solidarité féminine ! 

Quels ont été vos moments difficiles dans votre vie de maman où vous avez eu envie de balancer votre cape ?

Anne-Sophie : pour ma part je n’ai qu’un enfant de 20 mois plutôt sympathique (sauf la nuit J) mais il m’a fallu du temps pour m’épanouir pleinement dans ce rôle de mère. Trouver un nouvel équilibre. Et surtout accepter mon corps qui avait évolué.

Il nous a aussi fallu trouver un nouvel équilibre avec mon mari. Bref cette petite boule d’amour a mis à mal toutes nos certitudes !

Fanny : tous les soirs de 18h à 20h ahah je plaisante ! Disons que la gestion de 3 enfants en bas âges n’est pas toujours facile. La fatigue, les humeurs, les maladies, pas toujours simple de trouver le temps dont chacun a besoin entre celui qui veut aller au parc, celui qui a des devoirs, celle qui veut…un câlin ! J’essaie de ne pas me transformer en mumzilla (enfin un soir sur deux au moins 😉

Où trouvez-vous le temps de faire tout ce que vous faites ?? Écrire un livre, être maman, cheffes d’entreprise… ?

Anne-Sophie : pour cela on a de la chance d’avoir des compagnons très compréhensifs, qui nous soutiennent depuis toujours ! Et des grands-parents très présents. La clé !!

Alice, votre héroïne est maman de jumelles, c’est un peu votre Maman alors ?

Quelle est votre relation avec votre Maman ?
Et quelle Maman êtes-vous aujourd’hui ?

Fanny :  Ahah ! Oui pour les jumelles nous ne sommes pas allées chercher très loin ! Toute ressemblance avec des personnages existants ou ayant existé… Mais notre maman se prenait mille fois moins la tête que nous je crois. Dans notre quotidien elle est notre roc, nous aide, nous accompagne, sans jamais nous juger !

Moi je crois que je suis plutôt une maman poule. J’ai besoin de ma dose de câlins matin et soir, et surtout de savoir que tout va bien pour eux ! En ce moment j’en ai 2 sur 3 qui pleurent le matin quand je les dépose, ça me brise le cœur de maman.

Anne-Sophie : moi j’ai un petit côté hypocondriaque de nature, alors depuis que j’ai un fils je vis une angoisse permanente. Mais je me soigne et j’essaye de temporiser un peu. Mais ce n’est pas toujours facile. Si on m’écoutait on irait s’installer juste à côté des urgences pédiatriques juste au cas où…

Vous avez aussi lancé une newsletter sur le développement personnel, Holi-Me. Comment en êtes-vous arrivées à cette démarche ?

Anne-Sophie : oui il y a bientôt 4 ans on a décidé de créer cette newsletter dédiée au bien-être des femmes. On avait envie de mettre un peu de fraîcheur et de bonne humeur dans la boîte mail de ces héroïnes du quotidien le lundi matin ! Et on remercie chaque jour nos Holi Girls d’être là et de nous envoyer des petits mots doux ! 

Et si vous n’aviez qu’un seul conseil feel good à donner ?

Fanny : cette bonne vieille « gratitude », parce que ça marche ! Remercier pour ce que l’on a, pour les jolies rencontres… Le soir je demande à mes enfants de me dire ce qu’ils ont aimé dans leur journée.

Anne-Sophie : souriez !! Pour les autres mais surtout pour vous. Quand ça va mais aussi quand cela ne va pas !! C’est ma philosophie (poke Amel Bent)