AU SECOURS JE VAIS GROSSIR !!!

AU SECOURS JE VAIS GROSSIR !!!

Si l’annonce d’une grossesse est synonyme de joie, il s’ensuit rapidement, chez beaucoup de femmes, l’angoisse de la prise de poids. Voir son corps se déformer, son ventre pousser inexorablement comme la possible présence de vergetures sont autant de raisons de provoquer chez certaines un petit vent de panique.

Halte aux idées reçues!

L’idée qu’une femme enceinte doit manger pour deux est un lourd héritage que nos mères et grands-mères nous ont légué. Certaines mangent alors comme quatre (on ne sait jamais… ils sont peut-être bien cachés !) se permettant tous les excès et vivant au jour le jour en se disant que c’est le moment où jamais.

D’autres au contraire, paniquées par le moindre kilo supplémentaire vont alors entamer un régime, se privant de certains nutriments essentiels au bon développement du petit être en formation.

La plupart, fort heureusement, se situe entre les deux, tantôt se laissant aller à quelques petits plaisirs (en même temps si ce n’est pas maintenant que vous prenez du Nutella à la petite cuillère, quand le ferez-vous ?!), tantôt se réfrénant pour ne pas faire grimper la balance, au moins la veille du rendez-vous chez le gynécologue !

Quelle est donc la meilleure solution ?

Ce qui est certain c’est que tous les régimes amaigrissants, quels qu’ils soient, sont contre –indiqués au cours de la grossesse, sauf contre-ordre de votre médecin. La prise de poids ne doit pas être inférieure à 7kg afin d’éviter tout risque de carence ou de fausse couche.

Il est recommandé par l’HAS (la Haute Autorité de Santé) de prendre entre 9 et 12kg lors d’une grossesse pour une personne de corpulence moyenne avant la grossesse (cf calcul d’IMC*). En cas de jumeaux, une prise de poids supplémentaire de 3 à 4 kg est observée.belly-2354_1920

Un gain excessif, en revanche, expose la maman à un risque d’obésité, de diabète et de maladies cardiovasculaires. Le bébé quant à lui, peut présenter une macrosomie (poids du bébé supérieur à 4kg) entrainant une prématurité voire une césarienne. C’est la raison pour laquelle, en cas de surpoids, il est recommandé de se limiter à 9 kg en surveillant son alimentation.

Il faut savoir qu’en ce qui concerne les besoins, une femme enceinte n’a pas de besoins énergétiques supplémentaires avant les trois derniers mois. A ce moment-là, l’ajout d’un goûter composé par exemple d’une pomme, un yaourt et 2 carrés de chocolat (si pas de diabète gestationnel) serait une bonne solution. Avant cela, le corps s’adapte parfaitement. Faites-lui confiance.

Ecoutez votre corps, mangez, bougez!

En réalité la part psychologique est, il me semble, prépondérante. Soyez donc détendue et faites confiance à la nature. Ecoutez votre corps qui vous pousse souvent à consommer les aliments dont vous avez besoin, souvent ceux riches en magnésium et en calcium mais écoutez aussi votre estomac qui vous indique également lorsqu’il est plein !

Dites-vous plutôt que cette période est idéale pour prendre plein de bonnes habitudes : votre enfant se nourrit et se construit uniquement grâce à ce que vous mangez. Certains scientifiques (à lire pour les passionnés : L’expérience sensorielle du nouveau-né et sa rétention à long terme: une analyse expérimentale de l’apprentissage des odeurs chez l’enfant humain de Maryse Delaunay-El Alla) ont montré l’impact de ce que vous mangez sur les goûts à venir de votre enfant. Vous voulez qu’il mange de tout plus tard ? Commencez à lui apporter cela dès maintenant et surtout faîtes-vous plaisir !

Enfin n’oubliez pas que la grossesse n’est pas une pathologie. Si vous avez la chance de ne pas avoir de contre-indications médicales, continuez à bouger ! Ce n’est bien sûr pas le moment de vous mettre au squash ou à l’équitation si vous n’en avez jamais fait, mais ce n’est pas non plus une raison pour vous installer définitivement dans votre canapé ! Marche à pied, natation (surtout sur le dos) et gymnastique douce type Pilates sont d’excellents moyens de maîtriser votre prise de poids et limitent en même temps de 50% le risque de développer un diabète gestationnel. Cela permet enfin de maintenir une activité abdominale et la récupération fonctionnelle du périnée après l’accouchement.

Ne débutez pas un régime dès la sortie de la maternité!

Pour finir, une fois que mini-vous sera dans vos bras, ne soyez pas trop dure avec vous-même. Paris ne s’est pas fait en un jour ! Si vous allaitez, vos besoins augmentent encore un peu (attention, j’ai dit un peu !). Il est donc encore trop tôt pour entamer un régime. Si vous avez suivi mes conseils d’ailleurs, il est possible que ce ne soit pas nécessaire ! Les quelques kilos pris en amont servaient aussi à cette période. Vous avez besoin d’énergie pour vous  et pour votre bébé. Le poids de forme devrait donc se rétablir naturellement durant les quelques mois à venir !

 

*L’IMC ou Indice de Masse Corporelle est un nombre indicatif qui permet de connaître votre état nutritionnel. Il se calcul ainsi : =,,.- (,-2.).

Interprétations :

Sans titre

Cette interprétation n’est valable que pour les adultes et non les enfants ou les femmes enceintes.

Adélaïde d’Aboville

Adélaïde d'Aboville

Diététicienne nutritionniste diplômée d'Etat
Professionnelle du secteur paramédical et championne de l'alimentation équilibrée !
Maman de 3 enfants

www.adelaide-nutritionniste.fr
16 rue saint Romain - 75006 Paris, 0669283607