Le top et le flop des phrases à dire pour entourer les couples en désir d’enfant

Le top et le flop des phrases à dire pour entourer les couples en désir d’enfant

Elles ont vécu une longue attente d’un enfant naturel ou adopté. Elles nous témoignent de ces petites attentions qui leur ont fait du bien et des phrases qui ont été dures à entendre parce que maladroites, trop curieuses ou juste déplacées. Je crois que, malheureusement, nous avons tous autour de nous, une amie, une sœur, une belle-sœur, une collègue… qui attend un enfant qui tarde à venir et nous ne savons pas quoi lui dire car il est difficile de se mettre à sa place. Alors, voici une petite recension à laquelle plusieurs d’entre elles ont contribué et qui pourrait être bien utile ! Merci à elles d’avoir accepté de témoigner sur cette douloureuse période de leur vie à laquelle, les couples de tout horizon, ne sont pas bien préparés avant de se marier.

D’abord, il conviendrait d’expliquer que lorsqu’une femme attend un enfant qui ne vient pas, elle est blessée dans sa chair profonde et dans sa vocation profonde. Comme une célibataire qui subit un célibat non choisi, c’est une situation qui renvoie à un vide profond de manquer à sa vocation. Chaque femme ne réagit pas de la même façon car elle est unique dans cette situation avec son histoire, sa personnalité et son contexte. En effet, il y a des femmes qui vivent globalement bien cette période de leur vie, profitant et trouvant une autre fécondité et d’autres qui sont anéanties. Mais le point commun, c’est que dans ces situations qui peuvent durer, parfois très longtemps, il y a des phases avec des moments où le moral est bon et d’autres où elle va être heurtée par tout ce qui la renvoie à son attente.

Ceci, pour expliquer que cette compilation de témoignages est subjective. Il n’y a pas de phrases positives retenues mais plutôt des attentions et comportements qui leur ont fait du bien. En effet, comme souvent, la douleur est parfois telle, que les mots ne font pas toujours le poids et que souvent, il vaut mieux ne rien dire mais adresser des gestes et attentions délicates.

Les FLOP

Sur l’état de la grossesse et de la fatigue avec des enfants

« Je déteste être enceinte! »

« J’ai des nausées, je suis grosse, j’ai des vergetures »

« Il (mon nourrisson) m’a réveillé « X » fois cette nuit. J’en peux plus. Profites-en toi »

« Tu as de la chance toi, tu as échappé à l’accouchement, l’allaitement… »

« Tu ne te rends pas compte, nous on a une vie / un travail en rentrant le soir »

Les « bons conseils »

« N’ayant pas d’enfant, vous devriez développer une relation privilégiée avec vos neveux »

« C’est dans la tête »

« Ça marchera le jour où tu arrêteras d’y penser ! »

« Mets-toi à fond dans un projet pour ne plus y penser et ça va marcher ! »

« Le plus dur c’est d’avoir le 1er et ensuite la machine est en marche »

« Fais une prière / une neuvaine / un pèlerinage à tel saint / tel lieu et ça marchera »

« Il faut que ton mari mange du saumon tous les matins » (recettes de grand-mères)

« Il faut que tu manges du fromage tous les matins » (recettes de grand-mères)

Les discussions exagérément centrées sur les enfants :

« C’est super tous ces bébés qui auront le même âge. C’est vraiment top d’être toutes enceintes en même temps »

« Tu sais bien, Machin qui a trois petits gars et deux filles, la cousine de Truc, elle a eu des jumeaux »

Les histoires des autres

Je connais telle personne qui connaît telle personne qui a attendu longtemps son 1er et qui a enchaîné les autres ensuite !

Les « à côté de la plaque »

« Vous avez trop raison d’attendre et d’en profiter ! »

« Tu es jeune, tu as encore le temps »

« Je te comprends, cela fait 6 mois que j’attends et c’est déjà long »

« J’aurais préféré que ce soit toi » (une proche enceinte)

« On ne s’y attendait pas. On est content quand même ! » (annonce de grossesse)

« C’est une petite erreur de parcours mais on est content quand même » (annonce de grossesse)

« Un enfant, c’est déjà bien. Tu aurais pu ne pas en avoir du tout !

« Un, c’est déjà bien. C’est pas grave, il aura des cousins à la place d’une sœur ou d’un frère »

« Il est parfait votre utérus, Madame. Il faudrait changer de mari si vous voulez un enfant » (un échographiste)

Les « trop curieuses »

« C’est lequel dans votre couple qui a un problème ? »

« Mais ton mari était au courant avant votre mariage que tu avais un problème ? »

« Alors, c’est pour quand ? » ou « Quand est-ce que vous allez vous y mettre ? »

Et certaines situations difficiles :

– les annonces de naissance présentées comme « tant attendues » alors que le dernier de la famille à moins d’un an

– les annonces de naissance en grande fanfaronnade suivies des longues discussions sur la grossesse

– les discussions interminables sur les vêtements de grossesse, les nuits de nouveaux-nés…

– en vacances familiales, lorsqu’on nous a attribué, à mon mari et moi, le canapé-lit du salon de la maison, tels des ados parce que nous étions sans enfant

– tous les conseils sur « comment faire » ou « quoi faire » pour que ça marche

– les photos des bambins des autres quand elles sont très fréquentes sur Facebook ou les statuts FB : « l’enfer cette 3ème varicelle »

– les regards qui vérifient si on boit de l’alcool à un dîner ou apéro

– le tsoin-tsoin autour de la fête des mères quand il est exagéré

 

Les TOP

Ce sont davantage des attentions et gestes délicats qui marquent comme :

des annonces de grossesse personnalisées (c’est-à-dire : pas devant tout le monde mais annoncées avant ou en face à face)

les petits messages pour dire qu’on prie pour nous tout simplement et pour notre désir d’enfant

– les copines enceintes ou qui viennent d’avoir un bébé et qui comprennent sans rien dire, la distance qu’on pourrait mettre avec elles quelques temps pour se protéger ou que le cadeau de naissance de leur enfant ne viendrait pas ou pas tout de suite

– toutes les mamans qui font l’effort de parler d’autres choses que de leurs enfants

– une maman témoignait aussi que les groupes sur réseaux sociaux comme « Désirs d’enfants » sur Facebook sont très utiles pour s’épancher car on parle entre personnes qui vivent dans la même galère et on ne se donne pas de conseils !

 

Merci pour les témoignages de ces mamans qui savent très bien que la plupart des personnes se veulent consolantes car elles sont déstabilisées par la situation. Elles disent aussi que de toute façon, elles sont sans cesse renvoyées à leur propre vide même sans ces petites phrases et ces situations parfois inévitables.

Cette recension n’est, bien sûr, pas exhaustive et sera reçue de manière différente chez chacune car nous sommes toutes différentes avec un vécu propre !

À tous ces cœurs de femmes qui attendent un enfant : ❤️ ❤️ ❤️

© Virginie Hamon

Marie-Gabrielle Gerard

Mariée et maman de deux petites filles.

Consultante en communication. Passionnée et très curieuse, ce sont les sujets de réflexion psy et d'éducation que j'ai plaisir à explorer et à approfondir.

Depuis mon caillou Réunionnais, je profite d'un environnement sain et paisible au contact d'une population pour qui "la marmaille" comme ont dit ici, est la joie de la société !

  • Ma grossesse
    semaine après semaine

    Retrouvez chaque semaine :

    • Des infos personnalisées
    • Les conseils de nos experts
    • Un rappel des démarches
    • Nos bons plans
    Je m'inscris

    Renseignez la date prévue de votre accouchement

  • Jeux concours - Les cadeaux de Maman Vogue