Allaitement long : « J’ai donné le sein pendant 15 mois » !

Allaitement long : « J’ai donné le sein pendant 15 mois » !

Témoignage de maman – « J’ai choisi de l’allaiter pendant 15 mois. Un allaitement qui n’a pas été facile à tous les stades, mais dont je suis fière aujourd’hui. Une expérience que je tiens à partager avec les lectrices de Maman Vogue. »

« L’allaitement est un choix personnel. Il implique la découverte d’un nouveau corps, celui de maman, mais également un rapport très fusionnel avec son bébé. Nourrir son nouveau-né au sein est un geste naturel qui semble s’ancrer à nouveau dans les moeurs. Ma mère m’a répété pendant toute ma grossesse qu’elle n’avait pas pu m’allaiter car elle n’avait pas de lait, ma grand-mère aurait aussi été victime de ce qui semblait être une « malédiction familiale ». J’ai cru, un temps, que les femmes de notre famille ne pouvaient pas allaiter, c’était comme ça… Au fond de moi, je ressentais néanmoins le désir d’essayer d’allaiter ma fille à sa naissance. J’en ai longuement discuté avec ma gynécologue, ma sage-femme, lu plusieurs bouquins sur le sujet et tous semblaient contredire l’idée qu’une femme ne pouvait pas avoir de lait… Cela remettait en cause ce que j’avais entendu et cru pendant des années. Au contraire, on m’a expliqué qu’il n’y avait aucune fatalité et que si j’en ressentais l’envie, il faudrait que j’essaye de donner le sein à mon enfant. Tout au long de ma grossesse, j’étais de plus en plus convaincue des bienfaits de l’allaitement. J’ai même fini par me dire qu’à l’époque de ma mère et de ma grand-mère, les médecins n’avaient pas vraiment dû les soutenir dans leur projet d’allaitement. De mon côté, j’avais la chance d’être conseillée et encouragée, je me devais d’essayer, au moins pour mettre fin à la « malédiction familiale ».

C’est ce que j’ai fait. Et pas à moitié. J’ai allaité ma fille pendant 15 mois en reprenant le travail et en essayant de préserver au maximum ma vie sociale. Je ne dis pas que c’était facile, mais si c’était à refaire, je n’hésiterais pas à réitérer l’expérience une seconde fois. Pour dire toute la vérité, je me suis fixée des objectifs d’allaitement au fur et à mesure. Tout d’abord, je pensais que 3 mois c’était pas mal, ensuite j’ai vite compris que 6 mois était bien mieux car cela me permettait de la sevrer au moment de la diversification. Et à 6 mois, elle et moi prenions un véritable plaisir à se retrouver pour l’allaitement. Le geste était rodé, c’était facile, pratique, économique, sain… je n’y voyais que des avantages. Surtout qu’elle grandissait très bien, était éveillée, peu malade… Tout roulait. C’est à ce moment que je me suis dit que je continuerais tant que j’en aurais envie et que cela ne devenait pas contraignant.

J’avais également l’impression de relever une sorte de challenge. Physiquement, ce n’était pas toujours évident car elle réclamait énormément la tétée la nuit. Mais plus les mois passaient, plus je repoussais les limites. Et plus les bébés grandissent, plus les tétées s’espacent. J’ai donc pu reprendre le travail quand elle a eu 7 mois en gardant l’allaitement du matin et du soir (et de la nuit pour ma part). Je tirais parfois mon lait pour le laisser la journée à la crèche, mais elle refusait le biberon. Nous avons vécu dans cette bulle de bonheur jusqu’à ses 15 mois. C’est alors que la vie a compliqué mon choix. Changement de travail, de ville, de maison… Il a fallu faire un nouveau choix : le sevrage. Le mot est barbare, je trouve, et cette période a été un véritable calvaire pour moi. J’avais l’impression de lui refuser ce qui nous liait depuis sa naissance. Je me suis sentie « mauvaise mère ». La voir pleurer face à son biberon et m’obliger à m’éloigner d’elle pour qu’elle l’accepte a été très difficile moralement. Je vous passe les détails d’engorgement de la poitrine et de montée de lait à chaque fois que je m’approchais d’elle pendant cette période de sevrage. Les choses ont fini par se faire pour mon bébé, comme pour moi. Et aujourd’hui, je vous rassure, elle ne semble pas du tout m’en vouloir.

Comment gérer les regards extérieurs ?

Il s’agit certainement du seul élément qui a pu me mettre le doute à certains moments. « Mais tu lui donnes encore le sein ? » ; « Elle n’est pas trop grande pour ça ? » ; « Ils boivent encore du lait à cet âge là ? » ; « Tu comptes l’allaiter jusqu’à quel âge encore ? »… Et j’en passe. Ce à quoi, je m’amusais, non sans sarcasme, à répondre « Je pense l’allaiter jusqu’à ce qu’elle termine le lycée ! ».

J’ai été largement épaulée par le papa dans notre choix d’allaitement long. Lui aussi avait conscience des avantages que procurait l’allaitement de notre fille. Même si parfois, il culpabilisait de ne pouvoir m’aider la nuit, où les réveils étaient parfois rudes. Mais face aux diverses remarques et aux regards extérieurs, nous avons fait équipe, tous les trois. C’est ce qui m’a aidé, sans conteste, à les balayer d’un revers de la main. Même si, évidemment, un doute légitime s’installe.

Nous ressortons de cette aventure d’allaitement unis et avec une fille en pleine santé. La seule bonne chose à faire en tant que jeune maman est de s’écouter. Demander conseil à un professionnel en cas de doute, mais ne surtout pas se fier aux « on dit ». Vous seule savez ce qui est bon pour votre enfant ! »

Gianina P

© photo Anaïs Marti