Aider son enfant à trouver sa place dans une fratrie

Aider son enfant à trouver sa place dans une fratrie

Quelle que soit la taille de la famille, aider chaque enfant à trouver sa place est une tâche demandant du doigté, de la patience et de la compréhension. Il faut s’adapter à chacun et à chaque petit détail du quotidien, mais il y existe quelques principes qui pourraient vous éclairer.

Etre à l’écoute des désirs de l’enfant

C’est peut-être le principe premier pour aider un enfant à trouver sa place dans la fratrie. Car chaque enfant exprime de manière différente de ses frères et sœurs ce dont il a besoin, ce qui lui manque, ce qui lui fait plaisir, ce qu’il voudrait. Et parfois ce n’est pas toujours simple à décoder. Un enfant qui ne se sent pas compris, malgré les efforts de ses parents, parce qu’il y a une incompréhension dans la communication émotionnelle, va développer divers symptômes qui vont créer des tensions à l’intérieur de lui et/ou à l’intérieur de la famille.
Un enfant timide, ou qui a des frères et sœurs qui prennent beaucoup de place justement par leurs paroles, leurs comportements, peut s’inhiber et refouler ses demandes, ses envies. Finalement, cela crée des frustrations et des conflits relationnels, de la rancune, de l’agressivité.

Essayer donc d’être très attentive à la manière dont un enfant semble montrer qu’il voudrait quelque chose, parfois cela passe par des regards, des micro gestes vis-à-vis d’un objet ou d’une activité désirée ou autre.. et apprendre à l’enfant à le verbaliser, en se sentant en confiance. Il pourra ainsi de lui-même prendre sa place.

Equilibre des places et de l’espace

Les enfants doivent pouvoir participer aux petites tâches de la maison, pour les responsabiliser et leur apprendre l’esprit de service aux autres, cependant, attention à ne pas en faire des seconds parents ! Par exemple, certains ainés doivent trop souvent s’occuper des plus jeunes, se sentent responsables alors que ce n’est pas leur rôle.

Certains enfants prennent plus de place parce qu’ils ont des difficultés qui peuvent inquiéter les parents : difficultés à l’école, troubles du sommeil ou du comportement, handicap… ils demandent beaucoup d’attention, de temps, ou en prennent par eux même simplement du fait de leur caractère un peu fort ou envahissant. Le reste de la fratrie tente de s’adapter face à cela, pour retrouver un équilibre personnel et de groupe dans la compréhension et. Aux parents donc de veiller à ce que chaque enfant laisse aux autres son espace et sa place.

Cela peut paraitre fort de le dire, cependant cela arrive, pour diverses raisons psychologiques inconscientes et dépendantes de l’histoire de l’adulte, que certains parents aient des préférences/rejets pour un de leur enfant, ou font sur lui diverses projections selon les choses sur lesquelles l’enfant va appuyer, faire écho, malgré lui, par son existence, sa manière d’être, son caractère…
Les autres vont le ressentir et cela va créer un déséquilibre dans les relations, des conflits, et donner à l’enfant préféré ou rejeté une place qui n’est pas la sienne car elle est donnée par les conflits internes non réglés du parent en question. A ce moment là il est important de prendre rdv pour dénouer les nœuds, liens transgénérationnels nocifs, et recréer des relations adaptées et harmonieuses.

En cas de difficultés, il est essentiel de mettre des mots sur les émotions de l’enfant et ses émotions propres. Afin de dédramatiser, identifier, résoudre les soucis et aider l’enfant. Lui donner des clés aussi pour qu’il exprime ses émotions de la manière la plus adaptée possible et non avec inhibition ou agressivité. Il a le droit d’être en colère, mais pas pour autant de taper son frère !

Valorisation dans son unicité

A partir du moment où on se met à l’écoute de chaque enfant, cela va grandement l’aider à trouver sa place. Il va pouvoir suivre ses désirs propres, par exemple sur les activités qu’il souhaite faire et particulièrement qui le différencient de ses frères et sœurs, qui le valorisent dans ses qualités spécifiques. Autant que possible évidemment. Ceci évitera de créer des rivalités et permettra que chacun puisse trouver sa place et développer son potentiel propre.

Valorisez chaque enfant sur ses compétences et ses qualités, pour qu’il ait confiance en lui et ose être différent du frère ou de la sœur qu’il admire.

Passer du temps avec chacun

Passer un temps de qualité privilégié avec chaque enfant. Cela permet à chaque enfant de se sentir vraiment aimé et reconnu pour ce qu’il est, de compenser le manque quantitatif de temps avec ses parents par un temps qualitatif qui va le combler. Et cela permet aux parents, surtout ceux qui travaillent beaucoup de bénéficier d’un précieux avec leur enfant qu’ils voient peu et lui transmettre ce qui est important pour eux.
L’enfant s’apaise car il comprend que son père ou sa mère là ne peut pas lui accorder un temps, une place effective pour telle raison matérielle, mais que il a une place dans son cœur toujours et qu’il aura un temps privilégié une autre fois.

Par exemple on peut instaurer un rituel chaque week end, un temps privilégié par enfant, avec une activité simple, à deux, différente ou répétée. L’idée n’est pas de dépenser, cef peut être un temps de bricolage, juste un temps d’amour inconditionnel avec chaque enfant, sans être dérangé par les autres, qui peuvent être gardés par le papa, la nounou, la grand-mère, ou autre. Lire l’article 10 moments privilégiés qui renforcent les liens avec les enfants

Chacun sa place dans la maison

Il n’est pas toujours évident d’avoir une chambre par enfant. Pour que chaque enfant trouve sa place, même s’ils sont deux dans la même chambre, essayer d’organiser un coin, si petit soit t il, pour chaque enfant. Un pan de mur, avec ses dessins accrochés, un petit espace dans la chambre qu’il décore comme il veut et que ses frères et sœurs laissent en l’état, c’est son coin, son espace, où il peut mettre ses jouets et se ressourcer. Il vaut mieux une chambre où on laisse les enfants s’exprimer (et ranger après) même si tout n’est pas esthétique dans leur manière de décorer, qu’une chambre parfaite et sans vie.

Egalement si on ne peut évidemment pas avoir de salle de jeu, et comme le salon n’en est pas une non plus, laisser un espace sur le frigo, ou dans le couloir où l’on colle les créations de chaque enfant, les dessins de la fête des mères etc…

 

La place que chacun doit avoir est celle définie par son existence, sa personne, corps et âme uniques, qui a besoin qu’on lui donne une place concrète pour se manifester. Mais vous le savez, il suffit d’aimer son enfant inconditionnellement, pour ce qu’il est, lui poser des limites adaptées c’est cela lui donner sa place.

 

Marie Lucas

© photo Annaclick pour MV

 

 

 

Marie Lucas

Psychologue clinicienne et psychothérapeute en libéral.
Thérapies brèves (outils TCC, EMDR, Vittoz, relaxation) , psycho éducation (outil B. Lemoine) et bilans psy.
Coaching de vie pour ados et jeunes adultes, résolution de schémas de vie et traumas. 
Créative et intuitive, elle adapte ses outils à chaque suivi.

www.psychologue-enfance.fr