Aider bébé à combattre ses petites douleurs digestives

Aider bébé à combattre ses petites douleurs digestives

Dur dur d’être bébé : avoir mal au ventre et devoir rester à plat sur le dos sans pouvoir se mettre seul en position fœtale, vous imaginez ?

Même plus âgé et plus mobile, vous avez l’impression que votre enfant souffre en se recroquevillant et/ou a des rejets de lait. Généralement, les principaux suspects retenus sont … ses troubles digestifs !
En effet, son système digestif étant encore immature, bébé peut peiner à tolérer le lactose, dont la digestion incomplète peut provoquer des gaz. Par ailleurs, le clapet anti-reflux de son œsophage (à l’entrée de l’estomac) ne fonctionne pas encore de façon optimale, ce qui peut entraîner des rejets de lait.

En attendant que vos petits anges grandissent (beaucoup de choses s’arrangent avec la diversification, patience et courage !), voici quelques conseils pour les soulager de leurs injustes douleurs :

Mon bébé a des rejets

  • Evitez les tétées/biberons trop abondant(e)s/ trop rapides ou trop rapproché(e)s. Espacez les repas d’au moins 2h.
    En fait, un équilibre positif est à trouver entre réduire suffisamment la quantité de lait dans chaque biberon afin d’observer une amélioration significative des rejets post-repas et garder un délai d’au moins 2h entre chaque biberon.
    En effet, en modifiant ainsi la quantité de ses repas votre enfant réclamera peut être plus tôt son prochain biberon.
  • Modifiez la tétine de son biberon afin de lui permettre de manger plus doucement et avaler moins d’air à l’origine de maux de ventre. Optez pour une vitesse inférieure. Une tétine usée peut être à l’origine d’une même problématique et doit aussi être remplacée.
  • Faites lui prendre son repas dans un environnement calme.
  • Limitez les grumeaux dans son biberon en l’agitant suffisamment de façon à les éliminer. Imaginez vous préparer un cocktail !
  • Faites des petites pauses au milieu des repas en lui faisant faire une pause/ rôt à mi-biberon par exemple
  • Installez bébé sur un plan incliné après sa petite collation ( dans un transat par exemple)
  • Préservez ce calme du repas pendant le temps de digestion.
  • Evitez les jus de fruits : leur acidité peut provoquer des reflux chez votre bébé. De plus, les laits lui offrent suffisamment de vitamines !
  • Veillez à ce que ses couches ne soient pas trop serrées.
  • Surélever la tête de bébé pendant son sommeil est possible et compatible avec les recommandations de coucher. Vous pouvez placer un petit oreiller, ou une couverture pliée sous le matelas de son berceau. Cependant, certaines règles doivent être respectées : couchez bébé sur le dos (maintenir cette position jusqu’à ses 6 mois, ensuite il sera capable de se retourner seul s’il se met sur le ventre pendant la nuit) et dans une turbulette ( pas de couverture) ; le matelas est surélevé de 15° degré maximum ; aucune couverture ou doudous dans le berceau (afin d’éviter qu’il glisse en dessous).

Mon bébé a des coliques, gaz, ballonnements

  • Apaisez bébé par vos câlins, paroles, promenades, berceuses, musiques.
  • Adoptez une attitude détendue pendant et après le biberon/ la tétée
  • Ne fumez pas à l’intérieur de votre habitation. Le tabagisme passif favorise les coliques chez le nourrisson.
  • Massez lui délicatement le ventre en réalisant des mouvements circulaires légers (dans le sens des aiguilles d’une montre), en élargissant progressivement les cercles de son nombril vers l’extérieur.
  • Placez-le contre votre ventre, ses jambes contre vous, ses jambes fléchies « en grenouille ». La passation de chaleur de votre corps à son ventre et la douceur que le câlin lui apporte sont autant d’apaisements pour son petit corps.
  • Faites progresser et évacuer l’air de son ventre avec la technique du « pédalo » : bébé couché sur le dos sur vos genoux ou une surface place, vous attrapez ses pieds et approchez simultanément un genou puis l’autre de son ventre.
  • Bébé allongé sur le dos, approchez doucement ses genoux de son ventre en lui pliant les jambes, relâchez, puis recommencez en lui parlant ou le distrayant pour que ce moment puisse être calme. Vous pouvez aussi le maintenir autant qu’il le souhaite dans cette position foetale antalgique qu’il ne peut adopter lui même :bebe
  • Enfin, lorsqu’il est éveillé, non immédiatement après un repas et sous votre constante surveillance, installez votre petit bout sur le ventre, la tête doucement mise sur le côté. Il a tout à y gagner même s’il s’apprécie pas cette position inhabituelle au début. En effet, cela lui masse le ventre, maintient celui-ci au chaud, lui permet d’évacuer air et rejets éventuels, fait travailler ses muscles du cou – essentiels pour tenir ensuite sa tête-, stimule la mobilité de son cou et de sa tête, limite les risques de plagiocéphalie (tête plate) !

Cette position n’a pas besoin d’être maintenue longtemps, simplement le temps d’un jeu, d’une distraction par maman. Afin de l’habituer à cette position nouvelle et de lui permettre d’y rester au moins quelques minutes, selon son âge placez un ou deux jouets devant lui et à portée de mains ou distrayez le avec ceux-ci. Parlez lui beaucoup, rassurez-le de votre douce voix.

Parents, vous voici armés, sus aux petits maux de bébé !

Marie Duval

Infirmière puéricultrice, Marie travaille à la maternité catholique Sainte Félicité.
Munie d'une expérience en néonatalogie, elle suit également une formation en Lactation.
Marie est évidement fan de bébés, mais elle a surtout le don de se multiplier! Elle court après 150 projets, et 24h dans une journée n'est jamais suffisant!