A l’arrivée de leur enfant, elles ont changé de vie professionnelle

A l’arrivée de leur enfant, elles ont changé de vie professionnelle

Maman… il y a celles qui étaient faites pour ça et celles qui ont besoin d’un peu plus de temps. Et puis il y en a d’autres pour qui la maternité est un tel bouleversement qu’elle porte ses fruits jusque dans la sphère professionnelle et les amène à changer de métier. Devenir maman peut, en effet, être l’occasion de se découvrir de nouvelles passions ; à l’instar de ces nombreuses « mompreneurs » qui mettent sur pause une carrière classique dans une grande entreprise pour se lancer à leur compte dans la couture, le tricot ou la déco pour enfants.

 

Une question d’équilibre…

La première motivation d’un tel changement est souvent la recherche d’un nouvel équilibre. Avec un enfant, finies les réunions qui durent jusqu’à 20h et exit les vacances prises en décalé du calendrier scolaire. Ou alors il faut investir dans une bonne nounou, ce qui est loin d’être évident ! Ces nouvelles exigences poussent certaines femmes à revisiter complètement le partage entre vie professionnelle et vie familiale. C’est le cas de Clémence qui a quitté son poste parisien dans le parfum pour envisager très sérieusement de se lancer à son compte. Surtout que la naissance de son fils a coïncidé avec un déménagement dans le Sud de la France.

« Cela correspondait à un changement de vie général. Impossibilité de concilier mon métier de cœur (Paris oblige, déplacements fréquents, aménagement du temps de travail impossible) avec l’activité de mon mari et ses absences fréquentes. D’autant que, en devenant maman, les priorités ont évolué et les besoins de ma famille priment sur l’activité exercée. »

 

D’organisation ….

L’arrivée d’un enfant contraint à prendre un nouveau rythme et s’organiser autrement. Certaines mamans y prennent goût et tirent un trait sur les longs trajets qu’elles n’hésitaient pas à faire auparavant. Le télétravail, quand il est possible, est souvent la solution idéale. Nul besoin alors de bouleverser sa carrière mais seulement de trouver une nouvelle manière de travailler. Mais d’autres mamans sont plus radicales et ne veulent plus d’une vie professionnelle trépidante qui les rend fatiguées et stressées à leurs familles. « Être mon propre chef, créer sans contrainte » et « faire avancer mes projets sans pression de rendu » ; voilà les nouveaux besoins professionnels de Clémence.

Domitille aussi a fait le choix de l’autoentreprenariat afin d’adapter ses horaires de travail et être disponible pour sa fille lorsqu’elle n’est pas à l’école. « Je ne suis pas carriériste mais j’aime travailler », par contre « le rythme de ma fille est ma priorité » confirme-t-elle. Elle ajoute qu’elle a changé « pour avoir un travail épanouissant qui colle à mes talents et me laisse donc de l’énergie pour m’occuper de ma famille et de ma maison ». Une belle leçon pour cette maman qui est devenue analyste de la personnalité professionnelle et qui aide ses clients à se redécouvrir et se diriger vers leur champ de compétences le plus naturel.

 

… mais aussi de bonheur !

La maternité pousse à revisiter sa définition du bonheur et nous rappelle que réussir sa vie professionnelle ne rime pas toujours avec responsabilités et gros salaire. Clémence, elle aussi, a besoin aujourd’hui de « trouver un sens réel à ce que je fais ».

 

Cindy, quant à elle, a décidé de ne pas reprendre le travail immédiatement. Pourtant, cette maman de 3 enfants est loin d’être inactive. Elle profite de son congé parental pour continuer à étudier à distance depuis chez elle. Son idée ? « Etre réellement opérationnelle lorsque je ne devrai plus être absente pour un 39 de fièvre, une varicelle, des maux de dents, des fesses rouges et que les enfants seront plus autonomes ». La maternité est aussi une chance de continuer à grandir et à apprendre. En tous cas, quand elle retrouvera le chemin du travail, elle sait ce qu’elle cherchera : « des horaires en adéquation avec les horaires de l’école et la proximité de mon lieu de travail ».

 

Dans tous les cas, devenir maman ne signifie pas réduire les défis professionnels ni être moins exigeante. Clémence résume : « je cherche une activité qui me divertisse, sollicite la créativité, l’envie et le besoin de progresser et de se dépasser. » et ajoute que « notre génération pousse les femmes à ne pas faire de concession, à se réaliser tant comme mère que comme working girl, l’inspiration ne manque pas ! ».

De quoi donner l’envie à d’autres mamans de sauter le pas et de se réinventer ?!

 

Marie-Amélie Clement

Photo ©Blue Cicada Photograhy x amandine.lw pour MAMAN VOGUE