5 mythes sur l’apprentissage d’une seconde langue par votre enfant

5 mythes sur l’apprentissage d’une seconde langue par votre enfant

L’apprentissage d’une seconde langue est une question récurrente pour les enfants. A quel âge commencer ? Y a-t-il des risques de retard lié à un apprentissage précoce ? Comment accompagner son enfant dans cette aventure au quotidien ? VivaLing, première académie de langues en ligne pour les enfants, vous aide à décrypter les 5 mythes les plus tenaces sur cette question.

Mythe 1 : La plupart des enfants sont monolingues. Le bilinguisme concerne très peu d’enfants.

Et bien non. Plus de la moitié de la population mondiale grandit en fait en parlant plus d’une langue.
Pour commencer, certains pays (comme par exemple Singapour) sont officiellement multilingues, et beaucoup d’autres le sont en pratique.
En Chine, si le mandarin est la lingua franca, des centaines de millions de personnes parlent des langues régionales comme le shanghaïais, le cantonais ou le hokkien.
En Inde, la plupart des gens parlent l’une ou l’autre, voire les deux langues nationales (anglais et hindi), une langue régionale officielle (il y en a 22), et une langue locale ou familiale.
Même en Europe, de plus en plus d’enfants grandissent avec plusieurs langues, tant et si bien que les multilingues forment maintenant 54% de la population.

Mythe 2 : Laissez les enfants tranquilles, ils apprendront quand ils seront grands.

Si seulement c’était le cas…mais ça ne l’est pas !
Il est vrai que les adultes progressent beaucoup plus vite, au début, grâce aux capacités analytiques et au savoir accumulés pendant toute leur vie. Mais ils plafonnent très rapidement. Et la hauteur de ce plafond varie grandement d’un individu à l’autre. En revanche, les enfants commencent peut-être plus lentement, mais eux – et eux seuls – pourront surmonter les difficultés de prononciation, d’exactitude et de fluidité.

Gardez cette règle générale en tête : l’âge d’acquisition d’une langue est un très bon indicateur du niveau finalement atteint. L’enfance est en effet une période sensible pour l’apprentissage des langues.
Ah, et au fait, ils peuvent aussi apprendre en s’amusant !

Mythe 3 : Les enfants multilingues ont un retard de développement langagier.

Faux. Les enfants grandissant avec deux langues ou plus n’ont pas de retard de développement langagier particulier. Évidemment, leur vocabulaire dans l’une ou l’autre langue sera souvent inférieur à celui d’un monolingue ; mais pris ensemble, les vocabulaires des deux langues sont au moins aussi importants que celui d’un enfant monolingue.

Il y a aussi des interférences positives, comme un savoir métalinguistique acquis au travers d’une langue et transféré à l’autre.

Mythe 4 : Les enfants multilingues confondent leurs différentes langues.

Non, pas du tout.
En fait, dès la naissance, les enfants peuvent distinguer des langues différentes. Ce qui, effectivement, se produit, c’est qu’au cours d’une conversation, un enfant parlant plusieurs langues les mélange (au sens de “combine” ou “utilise simultanément”) mais ce n’est pas de la confusion. On appelle cela le code switching.

Quelle en est la cause? C’est souvent que le bon mot vient d’abord à l’esprit de l’enfant dans l’autre langue (et peut-être ne le connait-il même pas dans la première langue). Cela n’arrive que lorsque l’enfant sait que son interlocuteur parle aussi la seconde langue. En conversation avec un monolingue ou si on leur demande de ne pas faire de code switching, les enfants s’en tiendront à une seule langue.

Mythe 5 : Il n’y a pas vraiment d’avantages à apprendre d’autres langues.

Ah bon ? Tenez-vous bien, Robert Lane Greene, journaliste pour The Economist prétend avoir calculé, en se basant sur les travaux d’Albert Saiz, économiste du MIT, le retour sur investissement (ROI) de l’apprentissage des langues en matière de salaires ; selon lui l’apprentissage d’une autre langue vaut le coup !
Le gain est évalué pour un Américain à 67 000 $ de plus en cumulé sur l’ensemble de sa vie. 67 000 $ en moyenne car toutes les langues ne rapportent pas le même bonus… Ainsi, si un américain choisit d’apprendre l’espagnol, il peut gagner 51 000 $ en plus, le français, 77 000 $ et l’allemand, 128 000 $

Mais être multilingue, c’est tellement plus qu’avoir un salaire plus élevé. Une vraie réussite à l’école et au travail, en captant les détails les plus subtils. L’ouverture à d’autres gens et cultures, en parlant à leur cœur et non pas à leur cerveau. Les avantages cognitifs non linguistiques, comme une plus grande capacité à traiter des informations contradictoires. Et même, comme cela a été découvert récemment, une survenue plus tardive des maladies du grand âge comme celle d’Alzheimer.

vivaling maman vogue

VivaLing est la première académie de langues en ligne pour les enfants. VivaLing enseigne l’anglais, le mandarin, l’espagnol, le français (et très bientôt l’allemand) aux enfants de 3 à 18 ans, dans plus de 30 pays à travers le monde.
Grâce à VivaLing, les enfants apprennent une nouvelle langue avec de vrais professeurs de langues certifiés par le biais de cours ludiques et interactifs en vidéo en temps réel.

www.vivaling.com

© Crédits photos Annaclick

Laure de Fazende

Journaliste spécialisée dans les joies et les petits tracas de la grossesse. Laure répond à vos interrogations, vous soutient, se réjouit avec vous de ce grand bonheur qu’est l’arrivée d’un bébé.

Jeune maman d'un petit bonhomme de 4 mois

  • Ma grossesse
    semaine après semaine

    Retrouvez chaque semaine :

    • Des infos personnalisées
    • Les conseils de nos experts
    • Un rappel des démarches
    • Nos bons plans
    Je m'inscris

    Renseignez la date prévue de votre accouchement

  • Jeux concours - Les cadeaux de Maman Vogue