Ces 5 choses que j’aimerais dire à mon gynéco avant d’accoucher

Ces 5 choses que j’aimerais dire à mon gynéco avant d’accoucher

Notre gynéco semble être devenu notre meilleur ami / ennemi durant la grossesse. Il faut dire qu’on se voit souvent et qu’il a droit à toutes les questions que l’on ose pas forcément poser à quelqu’un d’autre. Et puis, il est le mieux placé pour nous éclairer sur les interrogations liées à ce que nous sommes en train de vivre. Il reste néanmoins un professionnel de santé avec lequel le rapport peut parfois être « pudique ». Avouons que ce n’est pas le rendez-vous le plus agréable pour notre intimité, même si on sait qu’il est indispensable pour la santé du bébé et la notre.
Voici pourtant quelques petits sujets de discussion que de nombreuses femmes pensent et ont du mal à aborder avec lui…. normal !

Que je suis désolée de l’état de mon épilation, je vous promets normalement….

C’est drôle, on veut toujours être nickel au niveau du maillot et au moment où l’on doit voir son gynéco c’est toujours la panique, la course et l’épilation quelque peu échancrée est catastrophique ! Dans votre tête, vous pensez qu’il doit se dire que vous vivez de façon bohème avec des moutons dans le jardin, que vous n’êtes pas attachée à cela et que vous ne prêtez aucune attention à vous même, que votre pauvre mari… Et puis en fin de grossesse,  avec ce ventre rebondi n’en parlons pas !

Ne vous inquiétez pas, votre gynéco se fiche pas mal de votre petite coupe, il en voit toute la journée et s’occupe plutôt de ce qu’il se passe in utéro !

Qu’il arrête de me demander de quand datent mes dernières règles !

C’est insupportable, on vous rabâche les oreilles pendant toute votre grossesse de calculs, de semaines d’aménorrhée, de date des dernières règles, de kilos pris chaque mois, de mesures de bébé qui rentrent soi disant dans la norme ou pas…. dites moi seulement si bébé va bien !

Que je ne veux surtout pas qu’il propose à mon mari de regarder

A l’accouchement, le futur papa a pour consigne de rester auprès de ma tête et de ne pas bouger d’un poil ! Les gynécos sont parfois pris d’une idée soudaine de leurs proposer de sortir le bébé pour le poser sur le ventre, de couper le cordon, de prendre des photos ou encore pire un film de mon supplice . Si certaines mamans l’acceptent, d’autres non ! Et elles ne vont pas forcément oser le dire quand le médecin fera cette proposition. Donc, j’aimerais lui dire avant qu’il ne soit trop tard !

Qu’il me pose ma péridurale le plus vite possible (c’est-à-dire dès les premières contractions)

On sait qu’il n’est pas recommandé de poser la péridurale avant d’être dilatée d’un certain nombre de centimètres pour éviter de ralentir le travail. Certes. Mais on aimerait lui dire que l’on supporte très mal la douleur, qu’on est une petite chose, toute petite chose , et que dès les premières contractions il dégaine la péridurale, allez s’il vous plaiiiiiit !

Qu’il me prévienne avant de pratiquer une épisiotomie

Le sujet est épineux et a fait l’objet de nombreux débat dans les médias notamment concernant les modes de fonctionnement de certains hôpitaux. Mais on aimerait juste pouvoir lui dire que notre corps doit être respecté, que c’est déjà suffisamment compliqué et douloureux comme ça, et que la moindre des choses est de nous informer de ce qu’il est en train de se passer, des différentes solutions à réfléchir ensemble et surtout de prendre le temps de ne pas se planter en coupant trop vite par gain de temps ! Ou tout du moins, et surtout en cas d’urgence, en parler avec la sage femme qui suit le travail pour qu’elle explique sa façon de travailler, ce qui serait bien plus productif !

Qu’il me rassure sur ma hantise de déféquer pendant l’accouchement !

Le moment de l’expulsion est un des sujets les plus tabous à cause de la fameuse envie de pousser (pas besoin de rentrer dans les détails tout le monde a compris de quoi il s’agit). Mais justement, il faudrait pouvoir parler de ce sujet librement avec son gynéco, qui est habitué à ce type de situation contrairement à nous ! Il pourra vous prescrire un suppositoire ou procéder à un lavement dès que les contractions commencent pour vous rassurer. Et si vous libérez des selles au moment de pousser, rassurez-vous, le personnel médical sera là pour y remédier en un clin d’oeil.
Alors docteur, dites moi que ce n’est pas grave si cela arrive et que tout le monde y passe !

 

Et s’il vous plait, félicitez-moi pour ces heures de torture interminables, dites-moi que mon bébé est le plus beau du monde, que le prénom choisi est magnifique, et que je suis une belle maman si heureuse !!! Dites-le moi !!!

 

© photo everythinglovely pinterest

 

Gianina Plesca

Journaliste et maman d'une petite fille. Gianina a beaucoup travaillé dans la presse féminine, c'est un secteur qui la passionne, forcément il y a tant à dire ! Elle est sportive aussi, enfin elle essaye !

Elle adore échanger avec d'autres mamans, découvrir les univers de chacune et partager toutes ces expériences enrichissantes et bienveillantes sur Maman Vogue.

  • Ma grossesse
    semaine après semaine

    Retrouvez chaque semaine :

    • Des infos personnalisées
    • Les conseils de nos experts
    • Un rappel des démarches
    • Nos bons plans
    Je m'inscris

    Renseignez la date prévue de votre accouchement

  • Jeux concours - Les cadeaux de Maman Vogue