10 conseils pour avoir plus confiance en soi

10 conseils pour avoir plus confiance en soi
  1. Je suis la meilleure

Des comme nous, il n’y en a pas deux. C’est vrai, non ? Nous sommes uniques. Des femmes uniques, des mamans uniques.

Si les conseils d’autrui sont de temps en temps très bons à prendre en compte, la juste mesure est, parfois, de ne pas les prendre au pied de la lettre. Les tips éducatifs qui ont fonctionné pour telle amie ne se révéleront pas forcément efficace chez vous, avec votre enfant. La solution miracle de ma collègue pour organiser son quotidien débordé n’est pas forcément celle qui vous sauvera ma vie.

Nous sommes uniques, donc nous sommes la meilleure dans tout ce qui vous concerne. Ne nous fermons pas aux avis extérieurs, mais ne mettons pas un point d’honneur à forcément les respecter au pied de la lettre. C’est en se répétant que nous sommes la meilleure que nous en convaincrons tout votre entourage. Alors dans les moments de doute ou de coup de blues, hop ! Un exercice mental tout simple d’apparence : dans sa tête, on répète « je suis la meilleure » autant de fois qu’il faudra pour que nous en soyons convaincues à ce moment-là. Et repartons de plus belle. Exercice à réitérer dès que nécessaire !

  1. Ne nous comparons pas

Puisque nous sommes chacune la meilleure en ce que nous sommes uniques, à quoi bon nous comparer ? D’accord, la fille qui est assise en face de vous dans le bus est vraiment canon. C’est vrai, votre voisine cuisine bien mieux que moi. Et oui, cette cousine que vous voyez souvent a l’air de ne pas être débordée avec ses six enfants alors que les deux vôtres vous épuisent. Et alors ? Pensez-vous vraiment qu’aucune de ces femmes ne rêverait de s’améliorer dans un domaine ? D’être, comme nous, plus comme-ci et moins comme-ça ? Les talents de l’une ne sont pas nécessairement ceux de l’autres et on s’en fiche. Chacune fait du mieux qu’elle peut comme elle le peut, et c’est justement ce qui est parfait. Au lieu regarder chez l’autre ce qu’elle a de mieux que nous, regardons ce que nous sommes pour en faire ensuite des étincelles ! Regarder l’autre faire avec envie ne fera pas de nous une meilleure personne, seule notre détermination le pourra. Et nous, on a confiance en vous !

  1. Reconnaissons nos erreurs

Avoir confiance en soi ne veut pas dire être parfaite. Eh oui ! C’est en reconnaissant nos erreurs, en admettant que nous nous sommes loupées cette fois-ci que nous avancerons plus vite. Pas d’autoflagellation, loin de là. Un simple et honnête constat qui permet de se mettre en garde : la prochaine fois, on fera autrement et c’est tout. Pour avoir confiance en ce que vous êtes donc, sachez le reconnaître puis avoir confiance en ce que vous voulez devenir. Les étapes intermédiaires – et donc quelques ratés – sont nécessaires pour repartir de plus belle.

  1. Soulignons nos réussites

Puisque l’on reconnaît désormais nos erreurs, soulignons aussi nos réussites ! C’est bête comme tout et pourtant, peu d’entre nous prenons le temps de le faire. Une réussite négligeable n’existe pas. Il n’y a rien de mal à reconnaître aujourd’hui que, c’est chouette, j’ai réussi à gérer le rush du soir sans mon mari. Bravo moi ! Soyez fière d’avoir tenu les objectifs de votre journée, même si celle d’hier était une moins franche réussite. Bravo vous !

Le reconnaître chaque jour nous prend un quart de seconde à peine, mais ça met un joli baume au cœur. Alors, pourquoi s’en priver désormais ?

  1. Sortons !

La tête explose. Seuls nos loupés sautent aux yeux. Je suis de toute façon nulle et je n’y arriverai jamais. Qui ne s’est jamais dit ça ? Parfois, il vaut mieux éviter le combat dans l’instant pour aller chercher d’autres armes, ailleurs. Quoi de plus efficace qu’un bon bol d’air frais ? Petit mari, gentille voisine, amie dévouée ou baby-sitter adorée, gardez les enfants 1 heure. Il n’y a pas de honte à demander de l’aide. Pendant ce temps, je pars m’aérer les esprits. Café en terrasse, bouquin dans un parc, session shopping, expo ou manucure, tous les prétextes sont bons lorsqu’il faut s’aérer l’esprit. Cela me permettra de rentrer revigorée, prête à reprendre le quotidien à bras-le-corps. Et en plus, les objets de mes foudres auront droit, eux aussi, à quelques instants de vacances !

  1. N’ayons pas honte de nous faire plaisir

Pour se sentir bien et avoir confiance en soi, il faut se faire plaisir. Le plaisir personnel ne devrait pas être un tabou, même pour une maman ou une femme débordée. Il est vital ! La jeune maman qui se fait plaisir en laissant son nourrisson quelques heures à son papa pour aller s’offrir un soin du visage a raison. La femme travailleuse qui rentre un peu plus tard un soir pour pouvoir aller s’acheter un petit haut en sortant d’une réunion difficile a raison aussi. Connaissez ce qui vous fait plaisir, ce qui vous remonte le moral, et usez-en. Pas comme une échappatoire mais plutôt comme une petite parenthèse bien méritée dans un quotidien pas toujours facile à gérer (n’oubliez pas, nous reconnaissons nos limites et nos erreurs !). C’est d’ailleurs souvent en se faisant plaisir qu’on se trouve plus jolie, plus détendue, plus fière de notre image, bref, qu’on a plus confiance en nous !

  1. J’aime les compliments et l’aide proposée

« Oh non c’est gentil mais ne t’inquiètes pas, je vais réussir à gérer les kids », « oh tu sais ça n’est rien du tout comme plat, c’est tout bête » … Non ! Parfois vous ne pouvez pas gérer les kids. Oui ! Ce plat était très bon. Simple ou pas, là n’est pas la question, il était excellent. Les compliments ne sont pas de vaines flatteries. Vous avez réussi votre plat, c’est tout. Et l’on souligne les réussites désormais donc, en toute logique, on accepte les compliments qui vont avec. Idem, mon amie ne propose pas de l’aide ce soir parce qu’elle pense que je suis fondamentalement incapable de gérer mes enfants. Elle est simplement là comme une amie, me propose 4 bras au lieu de deux. Mes enfants auront donc une maman moins stressée ce soir et moi, je passerai une bonne soirée avec cette amie une fois qu’ils seront couchés !

Les compliments et l’aide d’autrui sont bons à recevoir en vérité. Ce ne sont pas des flatteurs d’ego ni une ultime solution à un cas désespéré. Ce sont une reconnaissance et un relai flatteur qui montrent bien que nous donnons le maximum de nous-mêmes alors, pourquoi encore cracher dessus ?

  1. Connaissons-nous

Même si cela risque de sonner comme le fait d’enfoncer des portes ouvertes, on ne le répétera jamais assez : prenez le temps d’apprendre à vous connaître. Qu’est-ce qui me fait vibrer ? Où sont mes limites ? Quelle situation peut me rendre mal à l’aise ? Quelles sont mes plus grandes qualités et les moments pendant lesquels je me sens bien ? Quels sont mes envies et mes besoins profonds ?

Avoir confiance en soi sans connaître son moi intérieur ni ce qui nous définit est impossible. Tout comme un garçon de six ans excellent en maths ne pourra résoudre une équation s’il n’a jamais appris à le faire. Pour pouvoir atteindre ses objectifs, il faut s’assurer que nous avons toutes les cartes en mains. Se connaître est l’atout essentiel, c’est en me connaissant que je peux être fière de ce que je suis (logique, non ?). La connaissance de soi est un long tâtonnement, elle ne sera peut-être jamais acquise à 100%, mais elle est la base du château de cartes. Sans elle, tout s’écroule. Prenons régulièrement le temps de nous poser pour analyser nos réactions, sentiments, envies et peurs. Un petit peu de recul ne fait jamais de mal et cela nous permettra, dans beaucoup de cas, de régler le problème avant même qu’il n’ait eu le temps de se propager.

  1. Ne soyons pas trop exigeantes

Paul Valéry disait que « les femmes sont mélange de désir d’une certaine brutalité et de l’exigence d’immenses égards. Elles adorent la force, mais une force qui parfois s’incline ». Les envies profonds et l’exigence constante de la femme, cet éternel paradoxe…

L’exigence est profondément bonne puisqu’elle nous pousse à aller au-delà des simples acquis, à nous améliorer, à réfléchir. En revanche, il faut avouer que nous sommes plutôt exichiantes qu’exigeantes parfois… Trop d’exigence peut aussi être néfaste. N’ayons pas honte de revenir sur quelques principes éducatifs qui finalement ne servent pas à grand chose et ne sont pas forcément adaptés (les enfants ont beaucoup à nous apprendre), ni d’avoir crié ce soir alors que nous nous étions promis de ne pas le faire. C’est à force de trop d’exigences que seuls les ratés sont repérés. Ne soyons plus exigeantes outre-mesure envers nous et notre entourage, la vie n’en sera que plus simple et plus agréable !

  1. De l’art de reconnaître le beau et le bien

Reconnaître le beau et le bien en nous, on a compris. Avouez maintenant que vire dans un monde beau et bon, ce serait tout de même plus épanouissant que d’évoluer dans un univers mauvais, laid et dangereux. Notre monde prend parfois des directions que nous jugeons néfastes, certains semblent fondamentalement méchants, les actualités font peur. Mais rien n’est jamais tout noir. Avoir la décence d’esprit de reconnaître la beauté et la richesse de ce(ux) qui nous entoure(nt) est un très bon détoxifiant ! La prochaine fois que je râlerai devant la bêtise humaine je prendrai ensuite le temps de m’extasier devant autre chose. Avoir confiance, être fière de soi, c’est plus simple dans nu environnement agréable. Et il l’est, il suffit d’accepter de le voir.

N’oubliez pas : vous êtes unique, la meilleure, et nous avons confiance en vous!

Estelle de Fougerolle

Photo ©Freyia Photography pour MAMAN VOGUE

  • Ma grossesse
    semaine après semaine

    Retrouvez chaque semaine :

    • Des infos personnalisées
    • Les conseils de nos experts
    • Un rappel des démarches
    • Nos bons plans
    Je m'inscris

    Renseignez la date prévue de votre accouchement

  • Jeux concours - Les cadeaux de Maman Vogue